NOUVELLES

Un refuge pour femmes ayant fermé ses portes continue d'accepter des dons

06/12/2016 08:41 EST | Actualisé 06/12/2016 08:42 EST
iStock

L'Agence du revenu du Canada (ARC) enquête sur Osborne House Inc. : l'organisme manitobain continue d'accepter des dons malgré le fait que le refuge pour femmes qu'il gérait a fermé ses portes en avril 2015.

Dans la déclaration d'impôts présentée par Osborne House à l'ARC en 2016, qui couvre la période d'avril 2015 à mars 2016, l'organisme dit offrir un « hébergement d'urgence » aux femmes en état de crise et a dit avoir dépensé plus de 90 000 $ en activités de bienfaisance.

Osborne House a déclaré avoir 42 employés à temps plein, chacun ayant été rémunérés 39 999 $ ou moins. La déclaration fait aussi état de 42 employés à temps partiel auxquels l'organisme a versé une rémunération totale de 61 175 $.

Les documents révèlent aussi que l'organisme a reçu des dons en argent pour plus de 38 000 $. Osborne House a également déclaré un actif total de 514 794 $.

Pourtant, Osborne House ne gère pas de refuge depuis que la province a rompu ses liens avec l'organisme en avril 2015, après qu'une enquête eut soulevé des questions sur ses pratiques en matière de comptabilité et de gestion.

Le refuge que gérait Osborne House a été transféré à une autre entité charitable, Willow Place, mais l'organisme a tout de même conservé son nom, son numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance, son compte bancaire et plus de 400 000 $ en octrois provinciaux qui n'avaient pas encore été dépensés.

Au printemps 2016, CBC News avait contacté la présidente-directrice générale d'Osborne House, Barbara Judt, pour savoir pourquoi son organisme continuait d'accepter des dons malgré le fait qu'il n'assurait plus la gestion d'un refuge. Cette dernière avait répondu qu'elle avait l'intention d'ouvrir un nouveau refuge bientôt. Entre-temps, elle continuait d'offrir un service d'appui au téléphone aux femmes en état de crise à partir de sa résidence.

Mme Judt avait aussi affirmé qu'elle était la seule employée, mais n'avait pas voulu révéler son salaire.

Six mois plus tard, Osborne House n'a toujours pas ouvert de nouveau refuge pour femmes. En tentant de joindre l'organisme, CBC est tombée sur une boîte vocale où la voix de Mme Judt demande aux personnes en situation de crise d'appeler Willow Place.

La présidente-directrice générale d'Osborne House, Barbara Judt, et le président du conseil d'administration, Ken Lee, n'ont pas donné suite aux demandes d'entrevue répétées de CBC.

Selon un texte de Donna Carreiro, CBC News

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter