POLITIQUE

Élections partielles : Les partis conservent leurs acquis, mais le PLQ recule partout (VIDÉO)

05/12/2016 09:34 EST | Actualisé 06/12/2016 06:15 EST

QUÉBEC – Les partis provinciaux ont conservé leurs circonscriptions respectives lundi dans les quatre élections partielles. Toutefois, le gouvernement Couillard a vu ses résultats chuter dans chacun des scrutins.

Les quatre élections partielles visaient à remplacer de grosses pointures pour chaque parti : soit le libéral Jacques Daoust (Verdun), les péquistes Bernard Drainville (Marie-Victorin) et Pierre Karl Péladeau (Saint-Jérôme) et la caquiste Sylvie Roy (Arthabaska).

Le scrutin a été historique pour la péquiste Catherine Fournier dans Marie-Victorin, qui est devenue à 24 ans la plus jeune femme à être élue à l’Assemblée nationale. Elle ravit le titre à une autre péquiste, Elsie Lefebvre, élue en 2004 à l’âge de 25 ans. C’est toutefois, Léo Bureau-Blouin, élu à 20 ans avec le PQ en 2012, qui conserve le record tous sexes confondus.

Avec un score de 52% et une avance de 4000 voix, Catherine Fournier a écrasé ses adversaires dans ce château fort péquiste. QS et la CAQ ont obtenu 14%, le PLQ, 13%.

La circonscription de Saint-Jérôme est aussi demeurée aux mains du PQ, après la démission-surprise de Pierre Karl Péladeau au printemps dernier. C’est le conseiller municipal de Saint-Jérôme, Marc Bourcier, qui représentera désormais le parti à l’Assemblée nationale. Il a obtenu 46% des suffrages.

Dans Arthabaska, le caquiste Éric Lefebvre l’a emporté avec une large avance de plus de 3 600 voix au moment de publier, soit 43%. Il s’agit d’un soulagement pour le chef de la CAQ, François Legault, alors que l’incertitude planait dans la circonscription sur le sort du parti après que la députée Sylvie Roy eut claqué la porte l’an dernier. Celle-ci est décédée au courant de l’été des suites d’une hépatite aiguë.

Pour sa part, Isabelle Melançon a conservé le château fort de Verdun pour le PLQ, mais avec une avance beaucoup moins importante que prévu. Au moment d’écrire ces lignes, elle devançait le candidat péquiste par moins de 1200 voix, soit la plus courte majorité des quatre élections de la soirée.

QS en hausse

Il faut dire que Québec solidaire a joué les trouble-fête dans la circonscription de Verdun, en récoltant près de 20% des appuis, tandis que le PQ obtient 26%. Québec solidaire est également arrivé deuxième dans Marie-Victorin, avec 15% des voix.

Ce bon score du petit parti de gauche risque de relancer les discussions pour une alliance avec le PQ aux élections générales de 2018. Dans Verdun, une entente entre les deux formations aurait pu, en théorie, leur permettre de défaire les libéraux.

D’ailleurs, les libéraux sont en baisse dans les quatre scrutins. Dans Saint-Jérôme, ils passent de 20% à 10%. Le PLQ recule de 26% à 13% dans Marie-Victorin et de 50% à 35% dans Verdun. Pour la circonscription d’Arthabaska, la chute est moins importante, de 30% à 27%. (Les résultats finaux peuvent toujours changer).

En observant la tendance en début de soirée, le chef péquiste Jean-François Lisée a affirmé que «les Québécois veulent tourner la page». «Il y a trop longtemps qu’on est dans une spirale d’énergie négative, avec le Parti libéral au pouvoir», a-t-il déclaré aux côtés de Catherine Fournier.

Pour sa part, le premier ministre Philippe Couillard a souligné dans un rassemblement à Verdun que la composition de l’Assemblée nationale demeure la même. «Nous poursuivons notre travail. Notre travail qui est le redressement du Québec», a-t-il souligné en référence aux compressions de la première moitié de mandat de son gouvernement.

«Ça a été un travail difficile pour tous et toutes. Mais il est accompli, ce redressement et la relance du Québec est bien engagée», a-t-il assuré.