NOUVELLES

Une élue municipale et deux journalistes tuées par balle en Finlande

04/12/2016 10:36 EST | Actualisé 04/12/2016 10:36 EST
ASSOCIATED PRESS
Police guard the area where three women were killed in a shooting incident outside of a restaurant in Imatra, Finland after midnight, Sunday, Dec. 4, 2016. A gunman killed a local town councilor and two journalists, all women, in an apparent random shooting in a nightlife district in a small town in southeastern Finland, police said Sunday. A male suspect has been detained. (Hannu Rissanen/Lehtikuva via AP)

Une élue municipale et deux journalistes finlandaises ont été tuées par balle samedi soir dans une ville proche de la frontière russe, un drame illustrant le problème des armes, très répandues, dans ce pays.

La présidente du conseil municipal d'Imatra (sud-est, 27.500 habitants) et les deux journalistes ont été abattues vers minuit à la sortie d'un restaurant dans lequel elles avaient dîné ensemble.

Touchées à la tête ou au torse par des tirs à bout portant, elles ont succombé sur les lieux de la fusillade, a indiqué la police dans un communiqué dimanche.

Elle a rapidement interpellé un homme désigné par plusieurs témoins comme le tueur. Il n'a pas opposé de résistance et l'arme du crime a été retrouvée dans le coffre de sa voiture.

Le mobile n'apparaissait pas clairement lors de son interrogatoire dimanche, et il pourrait avoir choisi ses victimes au hasard, plutôt que pour des raisons politiques. La police n'avait à ce stade aucune indication que le triple homicide ait pu "être lié à des questions politiques ou à l'extrémisme".

L'homme en garde à vue, un habitant d'Imatra âgé de 23 ans, avait déjà été condamné pour des faits de violence. Les premiers éléments de l'enquête laissent penser qu'il a agi seul, a ajouté la police, qui ne recherchait pas d'autre suspect.

L'arme appartient à une autre personne disposant d'un permis de chasse, a-t-elle précisé. L'enquête devra déterminer dans quelles conditions le tueur en a pris possession.

Accès facile aux armes

Le maire d'Imatra, Pertti Lintunen, a confirmé à STT que la sociale-démocrate Tiina Wilén-Jäppinen, née en 1963, était parmi les victimes. L'identité des deux journalistes, nées en 1964 et 1980, n'a pas été révélée.

La Finlande connaît une criminalité relativement faible par rapport à d'autres pays européens, mais ses habitants, amateurs de chasse, sont parmi les plus grands possesseurs de fusils au monde.

D'après le "Small Arms Survey" (enquête sur les petites armes) de l'Institut de hautes études internationales et de développement de Genève, ses civils sont les quatrième les plus armés au monde derrière les Américains, les Yéménites et les Suisses.

D'autres fusillades, dont des hommes jeunes étaient également les auteurs, avaient déjà démontré ces dernières années le problème de l'accès facile aux armes en Finlande.

En 2007, un lycéen de 18 ans avait acheté un pistolet semi-automatique pour abattre huit personnes dans son établissement à Jokela (sud). Il s'était suicidé ensuite.

L'année suivante, un étudiant de 22 ans, qui avait également acquis un pistolet semi-automatique, avait assassiné dix personnes de sa classe, dont un professeur, à Kauhajoki (sud-ouest), avant lui aussi de se donner la mort.

Enfin en 2012 à Hyvinkää (sud), un jeune homme de 18 ans s'était juché sur le toit d'un immeuble pour ouvrir le feu à l'heure du déjeuner sur deux restaurants remplis de lycéens, faisant deux morts et sept blessés, avec des armes volées à un proche. Il purge une peine de prison à perpétuité.

La municipalité d'Imatra indiquait dimanche sur son site internet avoir mis en place une cellule d'aide psychologique pour les habitants.


VOIR AUSSI:


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter