POLITIQUE

Gens d'affaires, industriels et écologistes interpellent Québec sur le transport durable

30/11/2016 11:03 EST | Actualisé 30/11/2016 11:03 EST
querbeet via Getty Images
Traffic jam on German Autobahn

Le poids du secteur des transports dans le bilan environnemental du Québec est tel qu'il provoque d'improbables alliances entre des leaders du monde des affaires, de l'industrie et des écologistes.

Le Conseil du patronat du Québec (CPQ), l'Association du camionnage du Québec, Équiterre et la Fondation David Suzuki s'unissent ainsi pour réclamer du gouvernement des investissements massifs dans le transport collectif et les infrastructures pour stimuler l'économie, lutter contre les changements climatiques et réduire la congestion routière.

« Au Québec, le transport en commun génère près de trois fois plus d’emplois et de retombées que les investissements en transport automobile », avancent les signataires. « Même l’Ontario, qui ne dispose pas d’un tel avantage, prend actuellement ce virage vers le transport collectif. Le Québec doit emboîter le pas à son voisin ontarien; il en va de notre compétitivité et de notre prospérité. »

Dans la foulée des accords de Paris et du sommet de Marrakech, le front commun presse le gouvernement du Québec d’intervenir dans le milieu des transports qui était, en 2013, responsable de 43 % des émissions totales de gaz à effet de serre (GES) de la province.

Qui plus est, les émissions de GES du secteur des transports ont augmenté de 31 % entre 1990 et 2013.

Le transport routier représente à lui seul 78,2 % des émissions de GES du secteur des transports québécois et 33,6 % des émissions totales de la province, soulignent-ils. Pendant ce temps, le nombre de voitures sur les routes du Québec augmente plus rapidement que sa population.

« Sans une intervention décisive et immédiate dans le secteur des transports, il sera impossible d’atteindre la cible de réduction des émissions de GES de 37,5 % d’ici 2030 », déplore Karel Mayrand, directeur général de la Fondation David Suzuki.

«Le ministère des Transports du Québec doit impérativement et prioritairement se doter d’une cible et d’une stratégie de réduction des GES qui passe par une politique de mobilité durable et d’aménagement du territoire, pour le transport des personnes et des marchandises, et ce, dès 2017.» - Karel Mayrand, directeur général de la Fondation David Suzuki

« Le secteur des transports est celui qui a connu la plus forte augmentation de ses GES depuis 1990 et menace maintenant l'atteinte des objectifs futurs du Québec en matière de lutte aux changements climatiques », ajoute le directeur principal d'Équiterre, Steven Guilbeault.

« De plus, ce secteur connaît de profondes transformations dont le développement ne peut se faire à la petite semaine. Nous avons besoin d'une vision et d'un plan qui permettra de bien orienter ce secteur », a-t-il plaidé.

Voir aussi:


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter