DIVERTISSEMENT

«Bharati 2: Dans le palais des illusions» : voyage en Inde à la Place des Arts

28/11/2016 07:48 EST | Actualisé 28/11/2016 07:57 EST
Greg Alexander

Il fera chaud à la Place des Arts dans les prochains jours, alors que le spectacle à grand déploiement Bharati 2: Dans le palais des illusions s’installera à la Salle Wilfrid-Pelletier pour faire rayonner les couleurs et les musiques de l’Inde.

Après Bharati: Il était une fois l’Inde, qui a été applaudi par plus de 2,5 millions de spectateurs à travers le monde - dont 50 000 personnes à Montréal à l’automne 2011 et l’hiver 2013, et 900 000 en France -, on réinvente encore les codes de Bollywood pour créer une fresque qui ravira yeux et oreilles, avec décors et chorégraphies flamboyantes et musique hindi.

«Bharati 2: Dans le palais des illusions»

Abeille Gélinas est ambassadrice de Bharati 2. La DJ n’est pas sur scène avec les 80 artistes qui enflamment la production – recrutés dans une vingtaine de pays, et qui enfilent près de 700 costumes au total! -, mais elle est chargée de propager la bonne nouvelle et d’inviter le public à se joindre à la fête.

Le choix de la porte-parole n’est pas anodin : Abeille Gélinas clame avoir l’Inde imprégnée dans son ADN, et dit avoir été à la fois exaltée et bouleversée par un voyage dans ce pays, réalisé il y a presque 5 ans.

«Je ne savais pas quand, ni comment, mais je savais que j’irais en Inde un jour, confie Abeille en entrevue. Dans l’avion, je braillais ma vie! (rires) Je réalisais un rêve. C’a été un mix de toutes sortes de feelings, comme voyage. L’Inde n’est pas qu’une chose, c’est très complexe, ils vivent leur vie au maximum, là-bas. Les couleurs sont intenses, la bouffe, la musique, les sons, les klaxons… On aime ou on n’aime pas! Moi, j’ai vécu des moments où j’étais en symbiose avec le pays, et d’autres où j’avais juste hâte de retourner chez moi, dans ma petite simplicité. Mais ça reste marqué en nous.»

La passion d’Abeille Gélinas pour l’Inde n’a pas vraiment de source précise ou d’explication, mais elle est sentie et sincère, et bouillonne depuis toujours.

«J’ai toujours été fascinée par la culture indienne, précise la communicatrice et musicienne. Je ne saurais dire d’où ça vient, mais je suis végétarienne et l’art indien m’a toujours intéressée. Mes premiers appartements étaient décorés avec des coussins, des tissus et d’autres pièces d’art indiennes. J’ai toujours dit, un peu à la blague, qu’un jour j’allais marier un prince indien…»

Retour aux racines

La boutade s’est finalement presque concrétisée réellement : en août 2013, la jeune femme épousait Na’eem Adam, son amoureux d’origine indienne, qui travaille en marketing. L’homme avait demandé la main de sa douce devant le majestueux Taj Mahal, lors de leur voyage en Inde, en 2012, et la cérémonie de mariage intime, sur l’Île de Navark, à Boucherville, s’était déroulée selon certains rituels indiens et avait été précédée d’un Mehndi Party, une célébration traditionnelle du pays. Abeille avait d’ailleurs dû mémoriser des chorégraphies pour l’événement.

Puis, en juin 2015 naissait le petit Zayne, qui attache désormais pour toujours sa maman au patrimoine indien et toutes ses coutumes. Le récit de Bharati 2 : Dans le palais des illusions a ainsi beaucoup interpellé Abeille, car il raconte la quête de Bharati, une ancienne vedette du cinéma indien, exilée à Paris et recyclée en professeure de danse, qui emmène sa fille adolescente, Neelam, en Inde, en pèlerinage au temple de Venkateswara, à Tirumala, pour lui faire découvrir d’où elle vient. De son côté, Neelam espère percer le marché de Bollywood et devenir une étoile du septième art, comme sa mère avant elle.

«En prenant connaissance de cette histoire, j’ai réalisé que c’est clair, qu’un jour, je vais vouloir emmener mon fils dans ce pays-là, pour lui faire découvrir une partie de ses racines», informe Abeille Gélinas.

Visiblement très emballée par la mise en scène dont elle fait la promotion, cette dernière reconnaît que Bharati 2 : Dans le palais des illusions reprend certaines idées souvent véhiculées sur l’industrie de Bollywood, mais pas assez pour que ça en devienne exaspérant, selon elle.

«Bollywood tombe souvent dans le cliché, mais on est vraiment hypnotisés pendant 90 minutes», promet celle qui continue de faire carrière comme DJ dans des soirées au Québec, mais aussi à Miami, New York et Toronto, et qui est également membre de la formation de percussions Lady Beats, aux côtés de ses amies Mélissa Lavergne et Marie-Josée Frigon.

Bharati 2: Dans le palais des illusions est présenté à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts du mardi 29 novembre au dimanche 4 décembre. Six des sept représentations sont narrées en français, et celle du vendredi 2 décembre est en anglais. Consultez le www.laplacedesarts.com pour plus d’informations.

INOLTRE SU HUFFPOST

Théâtre: 5 pièces à voir à l'automne 2016