DIVERTISSEMENT

Les films à l'affiche dès le 25 novembre 2016 (VIDÉO/PHOTOS)

25/11/2016 03:02 EST | Actualisé 25/11/2016 03:02 EST

Sortie au cinéma prévue? Découvrez les films à l'affiche cette semaine!

Le Huffington Post Québec et Mediafilm.ca vous présentent les films qui prennent l'affiche cette semaine au Québec:


Films de la semaine


ALLIÉS

États-Unis. 2016. 124 min.

Drame d'espionnage de Robert Zemeckis avec Brad Pitt, Marion Cotillard, Lizzy Caplan, Matthew Goode, Jared Harris, Raffey Cassidy.

Maroc, 1942. Le Canadien Max Vatan débarque à Casablanca afin d'y retrouver Marianne Beauséjour, résistante ayant infiltré la haute société vichyste. Se faisant passer pour des jeunes mariés, les deux espions se laissent prendre au jeu de l'amour en attendant le moment propice pour accomplir leur mission secrète: abattre l'ambassadeur allemand et ses gardes, lors d'une somptueuse réception. Rentré à Londres après le succès de l'opération, Max fait venir Marianne puis l'épouse. L'année suivante, le couple donne naissance à un enfant, dont elle s'occupe tandis que lui, haut gradé de l'armée britannique, enchaîne les missions secrètes et périlleuses. Mais l'univers de Max bascule lorsque son état major lui apprend que Marianne serait en réalité une espionne au service d'Hitler. Refusant d'y croire, l'officier se voit néanmoins obligé de tendre un piège à son épouse pour prouver qu'il a raison.

Le réalisateur de FORREST GUMP et le scénariste de EASTERN PROMISES ont uni leurs forces pour cette production vieille école, qui rend hommage à CASABLANCA et NOTORIOUS. La tiédeur du traitement ne rend toutefois pas justice à l'effort consenti. Quelques défis techniques épatants et le jeu éclatant de Marion Cotillard donnent néanmoins du tonus à l'ensemble.

CHRISTINE

États-Unis. 2016. 120 min.

Drame de Antonio Campos avec Rebecca Hall, Tracy Letts, J. Smith-Cameron, Michael C. Hall, Maria Dizzia, Timothy Simons, John Cullum.

Floride, 1974. Christine Chubbuck crée pour une station de télévision locale des reportages appréciés par le public. Mais son patron, obsédé par les cotes d'écoute, exige d'elle et de ses confrères des topos plus juteux. Rien pour apaiser le stress de la perfectionniste et ambitieuse Christine, qui apprend qu'elle est atteinte d'une tumeur à un ovaire. Une opération la guérirait, mais elle ne pourrait plus avoir d'enfants. Cette éventualité ne sourit guère à cette célibataire qui n'a jamais connu l'amour, et qui vit encore avec sa mère. Sa chance pourrait cependant tourner quand un influent directeur de programmes se présente à la station, avec l'intention d'engager des journalistes pour le réseau national à Baltimore. Or, tout en cherchant à impressionner ce dernier, Christine multiplie les impairs. Trahie par sa réalisatrice, déçue par une sortie longtemps espérée avec le séduisant lecteur de nouvelles, la trentenaire en vient à poser un geste aussi spectaculaire que radical.

Ce récit bavard mais prenant, sur l'ambition et les dérives de l'information-spectacle, est adapté du fait divers qui avait inspiré le scénario de NETWORK. Dans sa réalisation, Antonio Campos (l'inédit SIMON KILLER) forge un climat angoissant, par des mouvements de caméra expressifs. Très investie, Rebecca Hall est bouleversante dans le rôle-titre.

FIRE AT SEA

Italie. 2016. 107 min.

Documentaire de Gianfranco Rosi.

Lampedusa, à 120 kilomètres de la Sicile, abrite un petit port de pêche et 6000 habitants. L'île de 20 kilomètres carrés, dans l'archipel des Pélages, est également le point de chute de milliers de réfugiés africains. Lesquels sont repêchés, morts ou vivants, par la garde côtière italienne, sur un pied d'alerte permanent. En plus de montrer la vie des habitants, à travers notamment le quotidien du jeune Samuele, fils de pêcheur adepte du lance-pierres et sujet au mal de mer, ce documentaire met en lumière les opérations de sauvetage effectuées auprès des embarcations précaires et surpeuplées voguant sur les flots de la Méditerranée, et les efforts déployés par les autorités sanitaires et médicales pour sauver leurs passagers.

Sans commentaire ni voix off pour guider le spectateur, ce documentaire empathique et jamais désespéré de Gianfranco Rosi (né en Érythrée) frappe fort en opposant deux réalités aveugles l'une à l'autre. Ce parti pris audacieux aurait pu atténuer le choc. Au contraire, il le décuple.

HARRY - PORTRAIT D'UN DÉTECTIVE PRIVÉ

Canada. 2016. 87 min.

Comédie de Maxime Desruisseaux avec Nick Theodorakis, Tobie Pelletier, Michel-Vital Blanchard, Denis Marchand, Jean-François Mercier.

Une équipe de cinéma suit un détective à l'éthique discutable dans sa recherche en Gaspésie d'une jeune femme, disparue depuis cinq ans.

MANCHESTER BY THE SEA

États-Unis. 2016. 135 min.

Drame psychologique de Kenneth Lonergan avec Casey Affleck, Lucas Hedges, Kyle Chandler, C.J. Wilson, Michelle Williams, Ben O'Brien, Gretchen Mol, Heather Burns.

Quand il est imbibé d'alcool, Lee Chandler provoque invariablement une bagarre avec les autres clients du bar. Logé en demi-sous-sol dans l'immeuble où il travaille comme concierge, le quadragénaire paumé reçoit un matin un appel qui le bouleverse: son frère Joe est décédé prématurément, des suites d'un malaise cardiaque. De retour dans sa ville natale de Manchester, Lee console son neveu Patrick, 16 ans, avec lequel il a toujours entretenu une belle complicité. Mais en apprenant que son frère l'a nommé tuteur de l'adolescent, le concierge hésite à accepter cette responsabilité, qui l'obligerait à quitter Boston pour s'établir à Manchester, où il a vécu un terrible drame personnel quelques années plus tôt.

Surmontant l'échec de l'inégal MARGARET, Kenneth Lonergan revient en forme avec un drame familial complexe, d'une grande vérité psychologique, dans le droit fil de son formidable YOU CAN COUNT ON ME. Sa réalisation attentive génère des moments tour à tour poignants, drôles et surprenants, portés par un Casey Affleck à la fois nuancé et vigoureux.

MÉCHANT PÈRE NOËL 2

États-Unis. 2016. 92 min.

Comédie de Mark Waters avec Billy Bob Thornton, Kathy Bates, Tony Cox, Brett Kelly, Christina Hendricks, Jenny Zigrino, Ryan Hansen.

Au bout du rouleau, Willie Soke, perceur de coffres alcoolique et misanthrope, se laisse convaincre par Marcus, son ex-complice nain qui l'avait autrefois trahi, de participer à un nouveau casse. Il s'agit pour lui de se faire recruter comme père Noël bénévole dans un organisme de charité de Chicago, de façon à pouvoir le cambrioler de l'intérieur. Willie ignore toutefois que le cerveau derrière ce coup n'est nulle autre que sa mère Sunny, qu'il déteste cordialement. Tout en s'exécutant de mauvaise grâce, le criminel attire l'attention de Diane, la directrice du centre. Elle-même alcoolique, celle-ci s'efforce d'aider l'irrécupérable Willie. Lequel, toujours aussi lubrique, parvient plutôt à éveiller la sexualité débordante de sa patronne, par ailleurs cocufiée par son époux. Quelques jours avant le cambriolage, le perceur reçoit la visite impromptue de Thurman Merman, l'ex-garçon rondouillard qui le prenait jadis pour le vrai père Noël et qui, devenu adulte, continue à le considérer comme son père.

Cette suite d'un film à succès de 2003 déçoit. Trop verbeux, le scénario fait un usage primaire de gags vulgaires et politiquement incorrects. La réalisation de Mark Waters (MEAN GIRLS) est quelconque, avec un montage parfois maladroit, et Billy Bob Thornton reprend son rôle iconique avec un évident manque d'enthousiasme.

MOANA

États-Unis. 2016. 107 min.

Film d'animation de Ron Clements et John Musker.

Il y a trois mille ans, le peuple polynésien parcourait les mers du sud à la découverte des îles où Maui, demi-dieu polymorphe du vent et de la mer, pêchait à l'aide de son hameçon magique. Tout cela s'arrêta il y a mille ans, le jour où ce dernier déroba un bijou à la déesse Te Fiti, mère de toutes les îles du Pacifique. Dès lors, l'océan se déchaîna et les Polynésiens devinrent des insulaires sédentaires. Alors qu'elle est encore toute petite, Moana, intrépide fille du chef Tui, reçoit de la mer le bijou de Te Fiti. Mais celui-ci porte malheur à son peuple, qui ne parvient plus à pêcher et ne récolte que des fruits pourris. Moana apprend alors de sa sage grand-mère que le bijou est en fait le coeur de Te Fiti, et qu'elle doit le lui rapporter afin de mettre fin à la malédiction. Au grand dam de Tui, l'adolescente part sur les mers en compagnie de Hei Hei, son fidèle coq simple d'esprit. En chemin, elle croise nul autre que Maui, qui se montre d'abord réticent à lui venir en aide.

14 ans après LILO & STITCH, les studios Disney offrent un nouveau récit d'aventures campé en Polynésie, cette fois inspiré de la mythologie océanienne. Porté par des chansons entraînantes et amusantes, ce somptueux film d'animation réserve des péripéties tour à tour loufoques et périlleuses, ainsi que des scènes marines d'une beauté à couper le souffle.

NOCTURNAL ANIMALS

États-Unis. 2016. 115 min.

Thriller de Tom Ford avec Amy Adams, Jake Gyllenhaal, Isla Fisher, Armie Hammer, Aaron Taylor-Johnson, Michael Shannon.

Suzanne Morrow, galeriste à Los Angeles, a perdu le goût de son métier et pense à quitter son époux, un homme d'affaires en difficultés. C'est alors que son ex-mari Edward, écrivain et professeur d'anglais, lui envoie le manuscrit de son dernier roman. L'ouvrage, qui lui est dédié, porte le titre "Nocturnal Animal", surnom dont il l'avait affublée à l'époque. Il y raconte l'histoire d'Edward, un homme agressé avec sa femme et sa fille sur une route du Texas. À la lecture du roman, qui relate aussi l'enquête qui a suivi l'événement meurtrier, Suzanne est bouleversée par les souvenirs qu'il fait remonter à la surface, tout en ravivant son sentiment de culpabilité quant au rôle qu'elle a joué dans leur rupture.

Sept ans après A SINGLE MAN, le grand couturier Tom Ford revient avec une proposition formelle tout aussi précieuse, au carrefour de l'enquête psychologique, sentimentale et criminelle. Habile et maladroit, parfois dans la même scène, le film, très bien interprété, comporte un dénouement ouvert qui promet de déstabiliser le spectateur en quête de réponses.

QUAND ON A 17 ANS

France. 2016. 116 min.

Drame de André Téchiné avec Kacey Mottet Klein, Corentin Fila, Sandrine Kiberlain, Alexis Loret, Mama Prassinos, Jean Fornerod.

Damien et Thomas sont toujours à couteaux tirés. En classe ou dans la cour de récréation, les deux adolescents ne ratent jamais une occasion d'en venir aux coups. Mais cette agressivité cache chez Damien, garçon renfermé, une attirance sexuelle pour son camarade de classe, fils adoptif d'un couple de paysans modestes exploitant une ferme en montagne dans leur région du Midi-Pyrénées. Les choses se compliquent quand la mère de Damien, qui est médecin, prend comme patiente la mère de Thomas, laquelle, contre toute attente, est enceinte. Afin de ménager les forces de cette dernière, et pour aider Thomas à réussir son bac, elle invite le garçon à venir rester à la maison quelques mois. Forcé d'accepter la présence de celui qui le tourmente, à tous points de vue, Damien ronge son frein. La visite pour les Fêtes de son père, militaire en mission au Moyen-Orient, ainsi que les leçons de boxe prodiguées aux deux garçons par le voisin, vont toutefois faciliter leur rapprochement.

André Téchiné brosse avec sensibilité le portrait de deux adolescents touchants et vrais. Si le troisième acte, marqué par un retournement annoncé, affaiblit l'ensemble, le récit sensible conserve sa pulsation, celle du rythme des saisons. Les dialogues de qualité font briller la distribution, et plus particulièrement Sandrine Kiberlain.

RULES DON'T APPLY

États-Unis. 2016. 126 min.

Comédie dramatique de Warren Beatty avec Lily Collins, Alden Ehrenreich, Haley Bennett, Warren Beatty, Annette Bening, Matthew Broderick, Alec Baldwin, Ed Harris.

Hollywood, 1958. Marla Mabrey débarque de sa Virginie natale, chaperonnée par sa mère. Moyennant un salaire généreux, la jeune baptiste est installée dans un bungalow confortable et passe ses journées au studio où, avec d'autres employées sous contrat avec le milliardaire Howard Hugues, elle espère passer l'audition du prochain film de ce dernier. Mais le vieil excentrique tarde à se faire voir, et engage les jeunes filles et ses chauffeurs dans un incessant va-et-vient. De guerre lasse, la mère de Marla retourne en Virginie, laissant sa fille entre les mains fiables de Frank Forbes, le dernier chauffeur entré au service de M. Hugues. Entre l'aspirante actrice et son jeune protecteur fiancé à une autre, la chimie opère. Mais leur amour naissant doit rester secret, sous peine de provoquer leur congédiement par le milliardaire qui, pendant ce temps, en découd avec les actionnaires mécontents de TWA, sa compagnie aérienne au bord de la faillite.

Dix-huit ans après BULWORTH, le légendaire Warren Beatty revient à la réalisation avec cette production nostalgique et vieille école, marquée par une photographie soyeuse, quelques répliques mordantes et des compositions inspirées. En revanche, le rythme est terriblement pédestre, ce à quoi le montage du tac au tac tente de remédier, avec plus ou moins de succès.

VICTORIA

France. 2016. 97 min.

Comédie dramatique de Justine Triet avec Virginie Efira, Vincent Lacoste, Melvil Poupaud, Laurent Poitrenaux, Laure Calamy, Alice Daquet.

Victoria Spick est décontenancée d'apprendre que son ex-conjoint, en défaut de paiement de la pension alimentaire pour leurs deux enfants, utilise leur union passée comme matière première de son roman. En réponse, l'avocate pénaliste trentenaire cherche conseil auprès de psys et de voyantes et ventile son mal-être dans des soirées arrosées et des rencontres d'un soir. Pour s'occuper des enfants en son absence, elle fait appel à Sam, un ancien dealer qu'elle a sauvé d'une peine de prison. Appelée à défendre un ami accusé d'avoir agressé sa conjointe avec un couteau lors d'un mariage, Victoria écope d'une suspension de six mois pour avoir discuté avec un témoin dans cette affaire. Contre toute attente, Sam se révélera un atout précieux dans sa quête pour retrouver son équilibre et son sens des responsabilités.

Mêlant avec fluidité vie intime et professionnelle, Justine Triet (LA BATAILLE DE SOLFÉRINO) plonge dans un chaos existentiel pour signer un portrait de femme moderne et tonique. Sa mise en scène simple et élégante met en valeur un récit dynamique, au ton impertinent. En son coeur brille une Virginie Efira (LE GOÛT DES MERVEILLES) naturelle, drôle et émouvante.