POLITIQUE

CHSLD: Barrette pourrait hausser le budget consacré à l'alimentation

24/11/2016 04:31 EST | Actualisé 24/11/2016 04:32 EST

Au lendemain de son opération séduction sur les menus dans les CHSLD, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, n'a pas écarté, jeudi, une hausse du budget consacré à l'alimentation dans ce réseau.

Il a toutefois rappelé que sa marge de manoeuvre était mince et que "le caviar" n'est pas pour demain dans les Centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).

Cette sortie de M. Barrette survient après une activité tout aussi inusitée que controversée organisée mercredi. Il a alors convoqué les députés et les journalistes à une dégustation de repas préparés par des CHSLD dans la région de Québec, un modèle qu'il veut implanter sur tout le territoire québécois d'ici à la fin de 2018.

Le ministre de la Santé a reconnu que ce menu allait coûter en moyenne 0,20 $ de plus par repas, une hausse de 10 pour cent, considérant que le coût moyen d'un repas était de 2,00 $ en 2015.

Il avait dit mercredi qu'aucun réinvestissement n'était prévu pour la mise en place de ces nouvelles normes, mais jeudi, il s'est dit prêt à regarder les aménagements budgétaires pour favoriser la qualité.

gaétan barrette

Cependant, il a rappelé que la marge de manoeuvre de son ministère est de 300 millions $ et qu'il y a d'autres secteurs où il doit investir.

D'ailleurs, selon lui, l'activité de mercredi a déjà permis de démontrer clairement qu'il était possible de servir quelque chose de "bon, beau, nutritif, chaud", sans investir davantage. D'autant plus, a rappelé M. Barrette, que les besoins alimentaires des résidants des CHSLD ne sont pas ceux des athlètes.

Le ministre a du reste soutenu que son nouveau modèle, qui concentre les achats et la production, produira des économies d'échelle, par l'achat de volumes plus importants de denrées, ce qui permettra d'absorber les 0,20 $ supplémentaires par repas.

Il a toutefois admis qu'il y aura des pertes d'emplois à long terme dans les services alimentaires des CHSLD, en raison de la concentration de la production.

M. Barrette envisage également une uniformisation des menus qui s'étendrait aux hôpitaux, en vue encore fois de réaliser des économies d'échelle.

Rappelons que le ministre vise à offrir au total 72 menus différents, afin d'assurer une grande diversité à la clientèle. Il a pris l'engagement de tout faire pour que cette réforme soit mise en place d'ici à l'automne 2018, soit juste à temps pour les élections générales.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Le saviez-vous? 16 faits insolites sur la politique provinciale