POLITIQUE

Projet de loi 62: Couillard ne s'oppose pas au tchador chez les enseignantes (VIDÉO)

22/11/2016 04:00 EST | Actualisé 22/11/2016 06:20 EST

QUÉBEC – Le premier ministre Philippe Couillard refuse d’interdire le tchador chez les enseignantes du Québec, comme le réclament le PQ et la CAQ.

François Legault a réclamé mardi au Salon bleu que le gouvernement Couillard interdise le tchador dans le cadre de son projet de loi 62, sur la neutralité religieuse de l’État.

Ce long vêtement, qui couvre tout le corps sauf l’ovale du visage, n’est pas visé par le projet de loi 62, qui exigera que les services publics soient donnés et reçus à visage découvert.

«Le premier ministre vient de nous dire qu'il n'a aucun problème à ce qu'une enseignante porte un tchador, lui qui a déjà dit que c'était un acte de soumission des femmes face aux hommes, a lancé le chef de la CAQ lors de la période de questions. Comment peut-il arriver à cette conclusion?»

«Il s'agit tout simplement de respecter le principe de la liberté et de l'égalité des hommes et des femmes, qui fait en sorte que les femmes ont tout le loisir de décider comment elles vont se vêtir, et que ce n'est certainement pas à des hommes de leur dire si elles ont raison ou pas de prendre les décisions qu'elles prennent», a répliqué le premier ministre Couillard.

«La responsabilité du gouvernement, de l'État, c'est d'encadrer les pratiques, a-t-il ajouté, notamment les accommodements, et de préciser, comme nous le faisons, que les services publics devaient être donnés à visage découvert.»

Pour sa part, le chef péquiste Jean-François Lisée a rappelé que Philippe Couillard, lorsqu’il était dans l’opposition, s’est prononcé en faveur de l’interdiction de la burqa, du niqab et du tchador chez les employés de l’État.

Le premier ministre s’est défendu en affirmant qu'il faut respecter les chartes des droits et libertés. Jean-François Lisée, dit-il, vit dans un monde imaginaire. «Il n'y a aucune femme, Mme la Présidente, dans les services publics, qui porte un tchador, il n'y a aucun policier encore qui porte quoi que ce soit non plus. Tout ça, c'est pour agiter l'inquiétude des gens, susciter la méfiance entre les communautés et semer la division dans le Québec, ce que nous ne ferons pas», a-t-il lancé à son adversaire.

Le chef péquiste lui a répliqué du tac au tac : «Donc, il vient de dire, par inférence, qu'il cherchait la division, qu'il cherchait à contredire les chartes, qu'il était dans un monde imaginaire, lorsqu'il a officiellement déposé un document où il s'engageait, au nom de son caucus, qui semble d'accord avec cette position-là, à interdire le tchador chez les employés de l'État».

INOLTRE SU HUFFPOST

Les différents types de voiles