NOUVELLES

La police française arrête sept suspects et dit avoir déjoué un attentat

21/11/2016 08:35 EST | Actualisé 21/11/2016 11:13 EST

La police antiterrorisme française a épinglé sept suspects dans les villes de Strasbourg et de Marseille, ce qui lui a potentiellement permis de déjouer un attentat, a affirmé lundi le ministre de l'Intérieur.

Les perquisitions découlaient d'arrestations effectuées en juin durant le championnat européen de football qui s'est déroulé en France, a dit Bernard Cazeneuve.

Les arrestations de dimanche ont permis de mettre en échec "un nouvel attentat envisagé de longue date", a déclaré M. Cazeneuve aux journalistes à Paris. Les suspects auraient tout d'abord voulu sévir lors de l'Euro 2016, avant de réviser leurs plans, selon un responsable de la sécurité.

M. Cazeneuve n'a pas identifié la cible de l'attentat éventuel, mais les enquêteurs tentent de déterminer si plusieurs villes auraient pu être frappées en même temps.

Les arrestations surviennent cinq jours avant l'ouverture du célèbre marché de Noël de Strasbourg, qui attire des touristes de partout en Europe et qui avait fait l'objet d'un attentat avorté en 2000, mais le maire Roland Ries a assuré que le marché n'était pas visé et qu'il débutera comme prévu vendredi, sous haute sécurité.

Le président de la région métropolitaine de Strasbourg, Robert Hermann, a toutefois confirmé qu'un des suspects est un employé municipal.

Les suspects sont Français, Afghans et Marocains, et ils sont âgés de 29 à 37 ans. M. Cazeneuve a dit que six d'entre eux étaient connus des services du renseignement, dont un Marocain qui avait été signalé à la France par une puissance étrangère.

Les perquisitions de Strasbourg auraient eu lieu dans les quartiers de Neuhof et de Meinau, où la police a démantelé en 2014 un réseau djihadiste dont était membre le frère d'un kamikaze de Daech (le groupe armé État islamique) qui a attaqué le Bataclan à Paris l'automne dernier.

La police française a arrêté 418 personnes cette année dans le cadre d'enquêtes antiterrorisme, a dit M. Cazeneuve.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter