POLITIQUE

Des Manitobains échangés à la naissance rencontreront la ministre fédérale de la Santé

20/11/2016 01:30 EST | Actualisé 20/11/2016 01:31 EST

La ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, rencontrera, lundi, des membres de quatre familles dont les enfants ont été échangés à la naissance dans un hôpital du nord du Manitoba dans les années 70, selon un porte-parole des familles.

La ministre a accepté de rencontrer les hommes, leurs parents, ainsi que leurs frères et soeurs, pendant trois à quatre heures à Winnipeg, selon l'ancien ministre des Affaires autochtones du Manitoba, Eric Robinson.

Celui-ci travaille avec les familles et demande la rencontre avec la ministre depuis plusieurs mois. Il croit que les hommes et leurs familles en profiteront pour demander un programme d'accompagnement psychologique complet.

« C'est une occasion pour la ministre d'entendre de la bouche des personnes touchées ce à quoi ils doivent faire face : la douleur, l'angoisse », a expliqué Eric Robinson en entrevue samedi.

Les deux cas en cause touchent quatre hommes qui ont été remis à des parents qui n'étaient pas leurs parents biologiques après leur naissance à l'hôpital fédéral autochtone Norway House en 1975.

Ils ont dénoncé l'erreur publiquement après avoir subi des tests d'ADN confirmant les tragédies. Le premier cas à être confirmé en novembre 2015 est celui de Luke Monias et Nroman Barkam. L'échange de Leon Swanson et de David Tait Jr a été dévoilé en août dernier.

Après le dévoilement du deuxième cas, la ministre Philpott a déclaré qu'il s'agissait de circonstances épouvantables et a affirmé qu'Ottawa prendrait les mesures nécessaires pour lancer une enquête indépendante. Santé Canada a également annoncé qu'il allait offrir des tests d'ADN gratuits à toute personne née à l'Hôpital Norway House avant 1980.

Le mois dernier, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a également annoncé qu'elle allait entamer une enquête. Les policiers savent qu'en raison du temps écoulé depuis les événements malheureux, l'enquête sera difficile, mais demande quand même à toute personne qui aurait de l'information sur le sujet de communiquer avec eux.

la presse canadienne

Une nouvelle qui a bouleversé des vies

Eric Robinson a noté qu'un des hommes échangés à la naissance ne participera pas à la rencontre de lundi pour des raisons personnelles. Il rappelle que la nouvelle que leur famille n'était pas leur famille biologique a durement ébranlé les hommes et les leurs. Il raconte que certaines personnes leur ont même dit qu'ils n'avaient pas raison de se plaindre parce qu'ils avaient eu une bonne éducation.

« Tout au long de leur enfance, bien sûr, il y a eu des conjectures, mais jamais aucune preuve qui indiquait qu'ils n'étaient pas avec leur famille biologique », explique M. Robinson.

« Dans certains cas, je crois, ils ont de la difficulté à gérer la situation. C'est la raison pour laquelle cette rencontre est nécessaire et pourquoi nous avons besoin que le gouvernement travaille avec ces hommes et leurs familles », ajoute-t-il.

Eric Robinson souligne toutefois qu'il ne sera pas question de compensation financière lors de la rencontre de lundi.

Selon les données de Santé Canada, 239 bébés sont nés dans cet hôpital en 1975.

L'Hôpital Norway House n'a plus de centre des naissances et les seuls bébés qui y naissent aujourd'hui sont dans les cas d'accouchements d'urgence. Ce genre d'urgence a lieu environ tous les deux mois et un bracelet d'identification est immédiatement placé au poignet des nouveau-nés : une pratique désormais courante dans les hôpitaux.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter