POLITIQUE

Québec autorise une école pour la Mission de l'Esprit-Saint

15/11/2016 05:52 EST | Actualisé 15/11/2016 05:52 EST

Après avoir vu son école illégale fermer en 2004, le groupe religieux la Mission de l'Esprit-Saint, dans Lanaudière, a obtenu un permis du ministère de l'Éducation pour rouvrir une école privée. Pour les membres de cette communauté, cette décision leur permet d'offrir en toute légalité un enseignement qui correspond à leurs croyances.

Un texte de Jean-Philippe Robillard

Pour la plupart des enfants de la Mission de l'Esprit-Saint de Joliette, il s'agit de leur première expérience dans une véritable école. C'est qu'au cours des 12 dernières années, ils ont été scolarisés à la maison par leurs parents qui refusaient de les envoyer dans les établissements du réseau scolaire québécois.

L'école l'Accord de la Mission de l'Esprit-Saint PHOTO : RADIO-CANADA

En 2004, le ministère de l'Éducation a fermé l'école de la communauté, qui était considérée comme illégale, parce que les enseignants n'étaient pas qualifiés et que l'enseignement ne répondait pas aux normes pédagogiques.

C'est par la suite que les membres de la communauté ont commencé à enseigner à la maison, en respectant le programme pédagogique québécois sous la supervision de la Commission scolaire des Samares, pour se sortir de l'illégalité.

«C'est impossible que nos enfants fréquentent les écoles extérieures. Si on n'avait pas les valeurs spirituelles que nous avons, nos enfants iraient à l'école privée ou l'école publique à l'extérieur.» - Gracielle Francoeur, directrice de l'école

En 2007, la Cour supérieure ordonne la fermeture définitive de l'école de la Mission de l'Esprit-Saint, jugée illégale par le gouvernement.

Après plusieurs démarches, la communauté, qui croit qu'un policier montréalais mort en 1925, Eugène Richer dit Laflèche, est l'incarnation du Saint-Esprit, a obtenu un avis favorable de la Commission consultative de l'enseignement privé et un permis du ministère de l'Éducation du Québec pour lui permettre de rouvrir son école. Pour les fidèles de la mission, c'est une décision importante.

«Les écoles au Québec, ce sont des écoles laïques. Pour nous, Dieu est très présent dans nos vies. Donc c'est important que ça fasse partie de l'enseignement autant à l'école qu'à la maison.» - Sagette Anctil, une des fidèles de la Mission de l'Esprit-Saint.

L'école de la Mission de l'Esprit-Saint a rouvert ses portes en septembre, mais sous un autre nom, l'école l'Accord. Elle occupe le même immeuble que l'ancienne école de la communauté, mais d'importants travaux de rénovation ont été effectués pour répondre aux normes et aux critères du ministère de l'Éducation.

Selon la direction de l'école, le programme pédagogique est respecté et les enseignants sont qualifiés. Seulement trois des quinze enseignants sont membres de la communauté.

En tout, 88 élèves du niveau primaire et secondaire de la communauté fréquentent l'établissement. Les enfants ont les mêmes cours qu'ailleurs au Québec, mais ce qui distingue l'école, c'est la place qu'occupent les croyances de la Mission de l'Esprit-Saint dans l'éducation.

Ici, les élèves doivent faire la prière deux fois par jour. Ils doivent également apprendre et réciter au moins deux fois par semaine l'équivalent d'un petit catéchisme qui contient les principes de leurs croyances.

La directrice de l'établissement, Gracielle Francoeur, ne cache pas que la spiritualité occupe une place importante « On leur enseigne les bases, les principes de notre mission, dit-elle. On leur enseigne à travers les cours, c'est teinté un peu de ces valeurs-là. La Mission de l'Esprit-Saint et l'école font un. »

Gracielle Francoeur, directrice de l'école l'Accord PHOTO : RADIO-CANADA

Mme Francoeur admet que le programme du ministère de l'Éducation peut aller à l'encontre de leurs valeurs ou de leurs croyances.

Par exemple, « dans Éthique et culture religieuse, il était question de l'avortement, précise-t-elle. Les élèves nous en ont parlé, mais ils savent que dans la Mission, c'est un meurtre, tuer, même si c'est un embryon qui a trois jours [...] Voyez-vous, le fondateur de la Mission de l'Esprit-Saint nous a donné des réponses sur tout. »

Leur conception du monde peut aussi entrer en opposition avec le contenu de certains cours de sciences; ils estiment notamment que la planète Terre n'est pas ronde, mais en forme de poire.

La direction de l'école promet que toutes les matières du régime pédagogique seront couvertes par les enseignants.

Une des enseignantes, Lise Parent, s'interroge sur la place qu'occupent les croyances du groupe dans les classes. La « série de questions-réponses qu'on demande aux enfants d'apprendre, ça, c'est la chose qui me dérange le plus, dit-elle. Est-ce qu'on doit le faire pendant la classe? »

Cette école n'est pas unique au Québec. Il y a d'autres établissements semblables qui intègrent les valeurs religieuses à l'enseignement, que ce soit des écoles catholiques, juives ou musulmanes.

La Mission de l'Esprit-Saint dans Lanaudière compte 400 fidèles. Ils vivent tous dans la même localité. Les membres de la communauté, qui doivent verser 10 % de leur salaire à la mission, accordent une place importante aux valeurs familiales. D'ailleurs, la communauté encourage ses membres à avoir de nombreux enfants.

Quitter la Mission

Charlie-Rose PHOTO : RADIO-CANADA

Charlie-Rose a quitté la Mission de l'Esprit-Saint à 15 ans par conviction. Elle a aujourd'hui 21 ans. « À 14 ans, on nous prépare à avoir des enfants. Oui, il y a de la pression chez les femmes pour avoir des enfants, selon elle. En tout cas, c'était comme ça quand j'étais dans le mouvement. »

Même si elle a quitté la Mission de l'Esprit-Saint, Charlie-Rose voit d'un bon œil que la communauté ait de nouveau une école, mais elle espère que le ministère de l'Éducation surveillera de près l'enseignement qui s'y donne. « Quand on parle d'enfants, on n'a pas le droit à l'erreur », précise-t-elle.

Les dirigeants de l'école l'Accord prévoient déjà accueillir plus d'élèves pour la prochaine rentrée et souhaitent que le gouvernement du Québec contribue au financement de leur établissement. On ignore le montant payé par les parents pour envoyer leurs enfants dans cette école.


15 photos d'école ratées, mais totalement hilarantes


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter