POLITIQUE

Rejet des accusations contre les policiers de Val-d'Or : Québec solidaire déplore d'importantes lacunes (VIDÉO)

15/11/2016 01:50 EST | Actualisé 16/11/2016 11:33 EST

QUÉBEC - Le Directeur des poursuites criminelles et pénales ne portera finalement aucune accusation contre des policiers de Val-d’Or pour de présumées violences et agressions sexuelles commises à l’endroit de femmes autochtones, rapporte Radio-Canada.

Le DPCP estime qu’il n’y a pas de preuves suffisantes pour porter des accusations contre les six patrouilleurs de la Sûreté du Québec suspendus dans la foulée d’un reportage de l’émission Enquête.

Le DPCP a analysé 37 dossiers qui lui avaient été remis par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Le SPVM avait été mandaté par le gouvernement du Québec pour enquêter sur les allégations d'abus révélés dans un documentaire de l'émission Enquête en octobre 2015 et sur toute plainte similaire visant des policiers de la Sûreté du Québec.

Dans un communiqué, Québec solidaire trace un lien entre le rejet des accusations et la «culture du viol». «Il est triste de voir qu’avec tout ce qui s’est passé dans les dernières années, les mouvements de dénonciations et la prise de conscience collective sur la culture du viol, on en arrive à un résultat du genre, affirme la députée solidaire Manon Massé. Le même genre de résultat qui retient si souvent les femmes de porter plainte.»

La députée déplore que l’enquête sur les agissements des policiers ait été confiée au SPVM. «Comment demander à des femmes qui disent avoir vécu de tels actes de faire confiance aux conclusions d’une enquête faite par des collègues de leurs agresseurs?, écrit-elle. Et puis, les groupes nous le répètent depuis plusieurs années, le système de justice n’est pas adapté à la réalité des accusations pour agressions sexuelles et encore moins culturellement adaptées à la réalité des femmes autochtones.»

Québec solidaire réclame une commission d’enquête provinciale sur les relations entre la police et les communautés autochtones.

INOLTRE SU HUFFPOST

Des femmes autochtones agressées par des policiers