NOUVELLES

Michael Applebaum pressé de subir son procès

13/11/2016 05:22 EST | Actualisé 13/11/2016 05:22 EST

Plus de trois ans après avoir été arrêté, l'ex-maire intérimaire de Montréal Michael Applebaum, 53 ans, subira finalement son procès lundi. Il a bien l'intention d'être blanchi des 14 chefs d'accusation auxquels il fait face : fraude envers le gouvernement, corruption dans les affaires municipales, complot et abus de confiance.

Un texte de Geneviève Garon

Michael Applebaum avait promis aux Montréalais de faire le ménage à l'Hôtel de Ville, lorsqu'il en est devenu le premier magistrat en 2012. En pleine commission Charbonneau, après les déboires de Gérald Tremblay, c'était un défi de taille.

Mais sept mois plus tard, en juin 2013, il a été forcé de démissionner. L'Unité permanente anticorruption l'a arrêté chez lui. Il a été accusé d'avoir accepté des pots-de-vin s'élevant à plusieurs dizaines de milliers de dollars entre 2006 et 2011. En échange, il aurait favorisé deux projets immobiliers dans l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, à l'époque où il en était le maire.

Applebaum « a hâte qu'on en finisse »

L'avocat de Michael Applebaum n'est pas sans savoir que le contexte entourant l'arrestation de son client de même que la grande médiatisation de l'affaire peuvent avoir eu des conséquences négatives sur la perception du public. Par contre, Pierre Teasdale a bon espoir que le tribunal saura faire la part des choses.

Michael Applebaum gagne à présent sa vie comme courtier immobilier. Il a bien l'intention de défendre sa réputation.

«Puisqu'il travaille dans le public, il a hâte qu'on en finisse, parce que ça a des conséquences. Ce qui ne serait pas le cas s'il s'agissait de Monsieur tout le monde. Mais la loi est égale pour tout le monde. Il n’y a pas de statut particulier pour M. Applebaum.»

- Me Pierre Teasdale, avocat de Michael Applebaum

Deux semaines sont prévues pour le procès.

L'un des témoins-clés de la Couronne est l'ancien chef de cabinet de Michael Applebaum, Hugo Tremblay.

«La poursuite a l’intention de faire entendre environ cinq témoins. Au terme de la poursuite, la défense pourra décider de faire entendre ou non des témoins.»

- Me Jean-Pascal Boucher, porte-parole, directeur des poursuites criminelles et pénales

Rien n'oblige Michael Applebaum à témoigner pour sa défense.

Deux tentatives pour éviter son procès

Au cours des derniers mois, Michael Applebaum a tenté à deux reprises de faire arrêter les procédures contre lui.

La première fois, en mai 2016, il a invoqué les délais déraisonnables. La seconde, en août, son avocat a plaidé que la Couronne n'était pas en mesure de lui fournir une partie de la preuve nécessaire pour une défense pleine et entière.

Son procès a été devancé, mais les deux requêtes en arrêt des procédures ont été rejetées.

Deux autres arrestations

Deux autres personnes avaient été arrêtées en même temps que Michael Applebaum, en juin 2013 : Saulie Zajdel et Jean-Yves Bisson, respectivement ancien conseiller municipal et ancien haut fonctionnaire dans l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce.

M. Zajdel a plaidé coupable en 2015 à des accusations de corruption et d'abus de confiance. Il a écopé d'une probation de 18 mois, assorti de 240 heures de travaux communautaires et de l'obligation de verser 10 000 $ à divers organismes.

De son côté, M. Bisson a plaidé coupable à une accusation de corruption. Il s'est vu imposer une peine de prison de 9 mois à purger dans la collectivité de même qu'une période de probation de 18 mois.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter