DIVERTISSEMENT

«La voix junior»: retour sur les premiers duels (PHOTOS)

08/11/2016 10:03 EST | Actualisé 08/11/2016 10:03 EST
Courtoisie TVA

Trois par trois rassemblés, les jeunes candidats de La voix junior ont sauté à pieds joints dans la portion des duels, dimanche, à TVA. Marie-Mai, Marc Dupré et Alex Nevsky ont formé de mini-clans parmi les membres de leur équipe respective, et ceux-ci ont montré de quel bois ils se chauffent dans des tours de chant dignes des ligues majeures. Voici notre compte-rendu de cette excellente première ronde.

Équipe Marie-Mai

la voix junior

Magnifique interprétation de Qui a le droit, de Patrick Bruel, par Sandrine Lamontagne, Loïc Nehma-Lacasse et Alexandre Richard, sous le regard terriblement ému de leur coach, Marie-Mai. La première, perçue comme une rockeuse lors des auditions à l’aveugle, a joué d’intensité, Alexandre a envoûté avec sa puissance vocale, et Loïc a été chaleureux et sympathique. On aurait prédit la victoire à Alexandre, mais l’attachant Loïc, qui a plus de coffre que ne le laisse présager son corps tout menu, s’est démarqué au fil d’arrivée. Alex Nevksy l’a défini, avec raison, comme un «petit personnage assez flamboyant». Le gamin a sautillé de joie lorsque Marie-Mai lui a annoncé qu’il poursuivra l’aventure La voix junior.

«Mes trois chanteuses théâtrales, mes trois bêtes de scène, mes trois M», a décrit Marie-Mai pour parler de Mathilde Robitaille, Megan Jobin et Madison Tucker, à qui elle avait octroyé la pièce Jour 1, de Louane. D’abord assises, les trois adolescentes se sont ensuite levées pour insuffler toute leur énergie à la chanson et ont été à peu près de forces égales, toutes trois en retenue, en sobriété et éminemment talentueuses. La complicité au sein du trio était palpable. Un fort joli numéro. Il nous aurait été bien difficile de trancher mais, le jeu étant ce qu’il est, Marie-Mai a donné sa tape dans le dos à Mathilde, non sans être déchirée de devoir dire au revoir à Megan et Madison.

Les trois jeunes hommes que Marie-Mai a jumelés sur Wasted Love, soit Maxim Doucet, Robert-Olivier Fragasso et Samuel Cormier, ont cassé la baraque avec le plaisir indéniable dont ils faisaient preuve au micro. Ils n’ont pas la langue dans leur poche; Maxim Doucet s’est dit confiant «parce que je sais que je vais cruiser Marie-Mai», a-t-il crâné, et Samuel Cormier a déclaré que La voix junior est un bon endroit pour connaître des gens. «C’est comme l’école 2.0», a-t-il ricané. Mouvements des bras et des pieds, échanges de regards, poussées d’adrénaline perceptibles à des kilomètres à la ronde, les garçons ont offert un segment absolument craquant. «On dirait que vous avez chanté ensemble toute votre vie», les a félicités Marie-Mai. Robert-Olivier était comme une tornade, sa voix profonde se distinguant du lot, et on voyait venir son triomphe, que Marie-Mai lui a accordé, mais on aurait voulu les voir revenir tous les trois la semaine prochaine.

Équipe Marc Dupré

Marc Dupré a formé un girls band avec Marilou Lang, originaire du Nouveau-Brunswick, et Gabriella Mandanici-Turner et Katrina Becker-Gedge, toutes deux de Vancouver. Les trois filles se sont époumonées sur Story Of My Life, de One Direction. Une envolée de Gabriella a littéralement charmé la foule avant le dernier refrain, mais c’est le timbre chevrotant et les aptitudes à la guitare de Katrina qui ont le plus séduit Marc Dupré, qui lui a offert son laissez-passer pour l’étape des «chants de bataille». Bien que talentueuse, la douce Marilou faisait un peu moins le poids aux côtés de ses comparses.

Quel choix crève-cœur que de devoir opter pour un gagnant entre les mignons Lee-Anne Viens, Annabelle Huot et Rafaël Dolan-Bachand, tous adorables et bourrés d’aptitudes. Les «bébés» de l’équipe Marc Dupré se sont amusés comme les petits enfants qu’ils sont en répétitions, enchaînant les blagues et les taquineries sans se prendre au sérieux le moins du monde, exténuant ainsi leur «professeur». «On est un super team!», a lancé Annabelle avant d’entrer en scène, prouvant là qu’il ne s’agit, somme toute, que d’un jeu. Devant le public, sur la très belle Si jamais j’oublie, de Zaz, chacun des bouts de choux a eu son moment : Annabelle a poussé refrains et couplets façon opéra comme une actrice, en gesticulant, Lee-Anne a fait rouler ses trémolos sur des instants choisis très précis et Rafaël a été le boute-en-train charmeur du groupe. Annabelle s’est allègrement dandinée, Rafaël n’a jamais fait taire son sourire taquin et Lee-Anne a été concentrée comme si sa vie en dépendait, son micro tendu bien droit devant elle, et les pieds nus comme aux auditons à l’aveugle. Il fallait avoir le cœur solide pour prendre une décision, mais Marc Dupré a eu le courage de voter en faveur de Rafaël. Consolation pour les fillettes, elles ont quand même eu droit à un popsicle avant de quitter l’arène de La voix junior.

L’émission de dimanche s’est conclue sur la splendide harmonie de Andy Khun, Zoé Daferuru et Camélia Zaki sur I’ll Be There, des Jackson Five. Côté registre vocal, le tranquille – mais volcanique à l’intérieur – Andy pourrait damer le pion de certains grands de ce monde, mais les deux filles en ont aussi imposé. Il était facile de deviner que le mâle de la bande s’en tirerait avec les honneurs, lui qui est pourvu d’un don, aux dires de tous les décideurs de La voix junior. «Quand il est venu au monde, ce n’est pas un hochet qu’on lui a mis dans les mains, c’est un micro», a souligné Marc Dupré à propos de son protégé.

Équipe Alex Nevksy

Dans les troupes d’Alex Nevsky, on aurait difficilement pu ne pas remarquer le très investi Brenden MacGowen, qui a sans aucun doute volé la vedette sur Flashlight, de Jessie J, même si la jeune Arabella Yacoubian a fort bien tiré son épingle du jeu également. Plus timide et mécanique dans sa prestation, Charles Poirier était un peu effacé derrière ses camarades, mais Alex Nevksy a vanté son progrès accompli depuis le début des répétitions. Sans surprise, Brenden a été l’heureux élu.

la voix junior

Pour l’amour qu’il nous reste, de Francine Raymond, semblait coller à la peau de Maëly Bouchard, même si Juliette Huot et Coralie Leblanc ont aussi été solides sur l’air choisi par leur «grand frère» Alex Nevsky. Maëly paraissait avoir une meilleure compréhension de ce qu’elle entonnait, et sa maturité a résonné jusque chez Alex, qui l’a désignée victorieuse. Admiratives les unes des autres, Maëly, Juliette et Coralie ont donné une belle leçon de fraternité pendant leur préparation et au cours de leur duel, où elles étaient en communion.