NOUVELLES

Essai routier long terme Audi A3 E-Tron 2016: oublier le côté vert (PHOTOS)

07/11/2016 09:51 EST | Actualisé 07/11/2016 09:55 EST
Courtoisie

C’est avec un brin de tristesse que j’ai remis les clés de notre Audi A3 E-Tron 2016 ce matin, après plusieurs mois en sa compagnie. Elle est loin d’être la voiture la plus sportive ou luxueuse ou exclusive que j’ai eu l’occasion de conduire au cours de l’été et de l’automne, mais peu importe l’auto qui se trouvait à côté d’elle dans le garage, l’A3 E-Tron conservait son attrait, et mon intérêt.

Audi A3 E-Tron 2016

Lorsque j’ai remis les clés au représentant d’Audi, ce dernier m’a bien sûr demandé ce que je pensais de la voiture. Ma première réponse fut qu’il s’agissait, selon moi, de la voiture hybride enfichable qui ressemble le plus à une voiture «normale». Et c'est aussi la PHEV la plus amusante à conduire du marché.

LIRE AUSSI

Mazda est le constructeur avec la meilleure consommation moyenne

L’habitacle est typiquement Audi, et le comportement routier aussi. Rien à voir avec les habitacles futuristes aux affichages numériques quelque peu déroutants des Toyota Prius Prime ou Chevrolet Volt, par exemple. Ces deux modèles offrent également des directions quelque peu floues et des performances qui s’essoufflent rapidement, tout le contraire de l’A3 E-Tron.

Si l’on compare l’Audi aux Ford Fusion Energi et Hyundai Sonata PHEV de ce monde, c’est le même constat. L’on obtient avec l’allemande à hayon une conduite plus aiguisée et beaucoup plus engageante, tout en profitant d’un style moins anonyme. Avec sa robe rouge et ses jantes de 18 pouces, l’A3 E-Tron a attiré beaucoup de commentaires positifs tout au long de notre essai. Il faut dire aussi que l’A3 traditionnelle n’est plus offerte en version à hayon, alors la variante Sportback E-Tron se démarque plus dans la circulation.

Tout semble parfait alors, n’est-ce pas? Attendez. Oui, je l’avoue, j’ai bien aimé l’A3 Sportback E-Tron, mais je suis également en mesure d’affirmer que si l’agrément de conduite n’est pas en haut de votre liste lorsque vous recherchez une voiture hybride enfichable (ce qui serait déjà un peu paradoxal), je ne pourrais vous suggérer l’A3 E-Tron.

Une autonomie qui ne répond pas aux promesses

Malgré tous mes efforts et toute ma volonté, il fut impossible de faire mieux qu’une autonomie en mode électrique de 30 kilomètres, et cela s’est fait dans des conditions idéales et avec un pied droit très léger. Attendez-vous à faire entre 15 et 25 kilomètres dans la plupart des circonstances sans consommer de carburant.

Il en manque pour rivaliser avec la Toyota Prius Prime qui en affiche 35 et qui peut atteindre 40 kilomètres sans trop d’efforts comme nous avons pu le constater lors d’un premier contact en Californie le mois dernier, et nous sommes très très loin de la Chevrolet Volt avec ses 85 kilomètres d’autonomie. La Ford Fusion Energi promet 32 kilomètres tandis que la Hyundai Sonata PHEV offre 43 kilomètres.

Quand la batterie de 8,8 kWh était à plat et ne permettait plus d’alimenter le moteur électrique, c’est le moteur quatre cylindres de 1,4 litre qui prenait le relais. La motorisation de l’A3 E-Tron Sportback développe un total de 204 chevaux tandis que le moteur à essence développe pour sa part 150 de ces chevaux. Il ne s’agit donc pas d’une bombe de puissance et la consommation moyenne de 7,1 litres aux 100 kilomètres obtenue témoigne de cette réalité.

Notre trajet le plus souvent emprunté d’une longueur de 30 kilomètres aller-retour nous permettait de profiter d’environ 18 kilomètres d’autonomie en mode électrique pour ensuite finir avec le moteur à essence pour une consommation moyenne de 3,1 litres aux 100 kilomètres.

Est-ce acceptable?

Personnellement, je réponds oui. J’aimais conduire l’A3 E-Tron Sportback. J’aimais son style, le raffinement de son intérieur, sa direction communicative et ses performances qui se présentent lorsque l’on sollicite moindrement la pédale droite. Je suis quelqu’un qui aime conduire et qui aime ressentir quelques sensations derrière le volant. L’A3 E-Tron, avec sa personnalité typiquement allemande, est en mesure de répondre à mes besoins.

Mais si tout cela n’était pas important pour moi, et que j’achetais une voiture hybride enfichable pour pouvoir conduire la plupart du temps sans consommer de carburant tout en sachant que je peux aussi effectuer des déplacements plus longs en cas de besoin grâce à un moteur à essence, je serais assurément déçu de l’A3 E-Tron.

L’A3 E-Tron est offerte à partir de 39 200 $, mais notre modèle d’essai s’approchait plutôt des 45 000 $. Il inclut des jantes de 18 pouces, des sièges sport, la caméra de recul (seulement offerte dans la version la plus dispendieuse), le système d’avertissement des angles morts, le système de navigation, l’assistance au stationnement et le système audio Bang & Olufsen. De série, l’A3 E-Tron est offerte avec le toit ouvrant, les phares bixénon, la climatisation à deux zones et les sièges chauffants, notamment. Il n’y a pas de rouage Quattro disponible avec l’A3 écologique, cependant.

Ce n’est pas dramatiquement plus cher que les rivales principales de l’A3, mais encore une fois, on ne paye pas pour plus d’autonomie. L’espace dans le coffre est de 386 litres tandis que le temps de recharge avec une prise de 240 volts est de 2,5 heures alors qu’il faut attendre environ 8 heures pour une charge complète avec une prise de 120 volts. Encore là, l’A3 ne se démarque pas, ni au niveau de la capacité de chargement, ni en ce qui concerne le temps de recharge.

Mais voilà qu’il m’arrivait de ne pas brancher l’A3 E-Tron en arrivant le soir (surtout après une longue journée). J’étais en mesure d’apprécier la voiture malgré tout, même si je n’avais aucune autonomie le lendemain en mode 100 % électrique. Je ne pourrais en dire autant d’une Prius Prime ou d’une Volt, ou même d’une Fusion Energi ou encore d’une Sonata PHEV.

Ces modèles sont excellents, mais c’est leur autonomie en mode électrique qui les démarque principalement.

L’Audi A3 E-Tron Sportback est une authentique compacte allemande de luxe avec tout le plaisir de conduire et le dynamisme que cela représente, avec une motorisation hybride enfichable en plus. Son autonomie n’est pas exceptionnelle, mais tout de même capable de répondre à certains besoins. Il faut donc bien connaitre ses besoins, justement, car ce seront eux qui dicteront votre choix final dans ce segment.