POLITIQUE

Plusieurs années de relevés téléphoniques de journalistes passés au crible

03/11/2016 03:24 EDT | Actualisé 04/11/2016 05:50 EDT

QUÉBEC – La Sûreté du Québec a entrepris en 2013 la vérification des relevés téléphoniques de plusieurs journalistes d'enquête pour les années antérieures.

En effet, les policiers de la SQ ont vérifié les appels faits entre novembre 2008 et octobre 2013 par les journalistes Alain Gravel, Isabelle Richer, et Marie-Maude Denis, de Radio-Canada.

«Ça veut dire que les policiers ont été chercher nos appels entrants et sortants de nos téléphones cellulaires sur toute la période de tous les dossiers sur lesquels on a travaillé : le bateau du Touch, la mafia à l'Hôtel de Ville de Montréal, la FTQ construction... Tout ce dont on a traité dans nos reportages d'Enquête», affirme Alain Gravel.

À La Presse, le journaliste Denis Lessard a vu ses appels passés au crible pour la période de novembre 2008 à mai 2009, tandis qu’André Cédilot a été inspecté pour la période de janvier 2008 à mai 2009.

Du côté du Journal de Montréal, Éric Thibault affirme que ses appels ont été vérifiés de février 2009 à octobre 2013.

Dans tous les cas, il semble que la vérification ait eu lieu a posteriori, en 2013. La SQ tentait alors de trouver la source policière qui a informé les journalistes d’une mise sous écoute du patron de la FTQ, Michel Arsenault.

Ces révélations s’ajoutent aux mandats de surveillance que le SPVM a obtenus pour surveiller les appels entrants et sortants du téléphone cellulaire du chroniqueur Patrick Lagacé.

En fin de journée jeudi, le SPVM a révélé qu’un autre journaliste a fait l’objet d’une surveillance similaire en 2014, sans toutefois l’identifier.

Devant l’accumulation de cas au cours des derniers jours, le gouvernement Couillard a annoncé jeudi que le comité d’expert annoncé plus tôt cette semaine aura finalement les pleins pouvoirs d’une commission d’enquête.

Le mandat et la composition de la commission d’enquête demeurent à déterminer.

Des journalistes surveillés par la police