NOUVELLES

Fin le 10 novembre des exemptions de visas d'entrée au Canada

03/11/2016 06:44 EDT | Actualisé 03/11/2016 06:44 EDT
NAN104 via Getty Images
Canada Passport on Declaration Card with a Pen

Tous les voyageurs originaires de pays normalement exemptés de visas d'entrée au Canada, comme les ressortissants européens, devront présenter à partir du 10 novembre à la police des frontières canadienne une autorisation de voyage électronique (AVE).

Initialement prévu le 15 mars, puis repoussé pour des raisons techniques au 30 septembre, ce sésame doit être demandé en ligne par chaque voyageur, à qui il en coûtera sept dollars canadiens (un peu moins de cinq euros).

Equivalent canadien du programme de dispense de visa en vigueur aux États-Unis depuis 2008 (Esta), l'AVE devait initialement être obligatoire dès l'hiver dernier.

Pour le ministre de l'Immigration John McCallum, l'autorisation de voyage électronique "accroît la sécurité des Canadiens en nous permettant de vérifier l'admissibilité des voyageurs avant qu'ils ne prennent leur vol et d'empêcher tout de suite ceux qui sont interdits de territoire de voyager vers le Canada".

L'administration canadienne a cependant eu des difficultés à mettre en place la plateforme pour délivrer le document électroniquement, nécessitant de reporter de plusieurs mois l'obligation pour les voyageurs d'en être pourvu à leur arrivée aux frontières.

En septembre, le Canada avait une nouvelle fois repoussé cette obligation pour, disait-il, "donner aux voyageurs et aux compagnies aériennes plus de temps pour se préparer aux changements".

Selon le ministère de l'Immigration, 2,3 millions d'AVE ont été délivrés depuis le 1er août 2015 et leur validité est de 5 ans.

Les citoyens américains ou les passagers d'un avion faisant escale de façon impromptue au Canada sont dispensés de cet AVE.

Les Français habitant à Saint-Pierre et Miquelon, devant transiter par le Canada pour prendre un vol pour la métropole, sont dispensés de l'AVE. Mais, petite subtilité, ils devront en présenter une à leur retour. Une situation toujours en négociation entre le Canada et la France.

Voir aussi:

Trudeau Greets Syrian Refugees

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter