POLITIQUE

Négociations avec les médecins: Barrette «furieusement content» (VIDÉO)

02/11/2016 01:05 EDT | Actualisé 02/11/2016 10:55 EDT

Les partis d'opposition voient un désaveu dans la décision du premier ministre de retirer à Gaétan Barrette la direction de la nouvelle ronde de négociations avec les médecins. Son rôle sera réduit à celui de conseiller.

Un texte de Mathieu Dion

Ce rôle de second plan susciterait un profond mécontentement chez le principal intéressé, selon les informations qui circulaient à l'Assemblée nationale mercredi.

S'il n'a pas voulu basculer dans la «chronique émotive», Gaétan Barrette a déclaré «être furieusement content» à l'entrée du caucus libéral en compagnie de Philippe Couillard. Il a précisé plus tard, sourire en coin, que cette expression offrait un équilibre entre les mots «furieux» et «content».

Comité de négociation

Un comité sous l'égide du Conseil du Trésor mènera les négociations en vue des nouvelles ententes salariales avec les fédérations des médecins. Le comité sera dirigé par Maurice Charlebois, le négociateur spécial du gouvernement. Gaétan Barrette agira en tant que conseiller technique.

Lors des ententes de rémunération en 2006, c'est Philippe Couillard, alors ministre de la Santé, qui avait mené les négociations. Celles-ci ont été revues en 2014 par Gaétan Barrette afin de les étaler jusqu'en 2021. Le gouvernement souhaite maintenant les rouvrir, estimant que le rattrapage avec la moyenne canadienne est déjà atteint.

M. Barrette, radiologiste et ancien président de la Fédération des médecins spécialistes ayant négocié les hausses salariales, a-t-il été mis sur les lignes de côté par crainte d'un conflit d'intérêts?

Si vous n'avez pas encore compris que je travaille dans l'intérêt de la population, vous ne comprendrez jamais.

Gaétan Barrette, ministre de la Santé du Québec

À la période des questions, le premier ministre s'est défendu d'écarter M. Barrette des négociations, insistant sur la notion de travail d'équipe. «Il continuera de jouer un rôle très important avec le Conseil du Trésor et le négociateur du gouvernement», a-t-il affirmé.

Une bonne nouvelle, selon l'opposition

Les partis d'oppositions ont unanimement souligné la décision de Philippe Couillard, le chef de la Coalition avenir Québec allant même jusqu'à parler de « mise sous tutelle » du ministre de la Santé.

Selon François Legault, «M. Couillard conclut que M. Barrette n'a pas livré la marchandise». «C'est le gros bon sens, c'est ce que nous demandons depuis 2014», a ajouté Diane Lamarre, porte-parole du Parti québécois en matière de santé.

Guerre de chiffres sur le rattrapage salarial

L'opposition a profité du débat pour ramener sur la table l'augmentation importante de la rémunération des médecins.

Le PQ et la CAQ demandent un gel des salaires des médecins. Ils ont évoqué de nombreux chiffres en chambre pour démontrer que ceux-ci gagnent trop par rapport aux autres provinces canadiennes. Un portrait exact de la situation est exigé.

Lors de sa conférence de presse lundi, Gaétan Barrette avait lancé un appel à la conscience sociale des médecins québécois. Il a rappelé que le rattrapage salarial par rapport à la moyenne canadienne – qui était l'objectif des ententes salariales de 2006 – est réalisé en tenant compte du coût de la vie.

Graphique comparant la rémunération des médecins québécois à celle des médecins ontariens, per capita.

L'année dernière, l'État québécois a versé 7,3 milliards de dollars aux médecins. En vertu des ententes, ils se partageraient jusqu'à 9 milliards de dollars en 2021.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les citations politiques de l'année 2016