NOUVELLES

Des panneaux solaires sur les routes en essai en France

28/10/2016 08:42 EDT | Actualisé 28/10/2016 08:44 EDT

Selon les données recueillies par les autorités françaises, les autoroutes européennes n’auraient un taux d’occupation que de 10 %. Pour plus de 90 % du temps donc, la surface asphaltée est libre de tout obstacle, et exposée aux rayons du soleil.

C’est pour tirer profit de cette exposition que les autorités françaises, en collaboration avec la firme Colas, ont décidé de lancer un projet-pilote de route solaire électrique. Une portion de la route départementale 5, dans le département de l’Orne dans le nord-ouest de la France, sera donc transformée en centrale solaire.

Pour ce faire, la firme spécialisée apposera des panneaux solaires sur une largeur de deux mètres pour environ un kilomètre de route. Le panneau solaire global aura donc une surface totale de quelque 2 800 mètres carrés et si les estimations sont exactes, sera capable de produire quelque 17 963 kWh par jour, soit de quoi fournir assez d’électricité pour alimenter une ville de 5 000 habitants.

La surface sera d’ailleurs reliée au réseau de distribution domestique environnant. Le coût total du projet est d’environ 5 millions d’euros.

Les panneaux photovoltaïques baptisés Wattway serviront à évaluer non seulement la production électrique du système, mais aussi sa résistance à l’environnement, la route départementale étant en effet abondamment utilisée par des poids lourds tout au long de l’année.

Le test servira aussi à évaluer la capacité du réseau à supporter les écarts de température. Même si les hivers sont moins rigoureux dans cette partie de la France, la température frôle le point de congélation et les précipitations sont plus abondantes à cette période de l’année. On dit que le matériau composite utilisé a beau n’avoir que quelques millimètres d’épaisseur, il est en mesure de s’adapter aux dilatations thermiques.

Pour mettre en place les cellules photovoltaïques, il suffit de les apposer sur la surface existante, sans devoir au préalable détruire la chaussée existante. Chacune des cellules est insérée dans un mille-feuille de couches successives, ce qui permet non seulement d’assurer une plus grande solidité, mais aussi de ne pas compromettre non plus l’adhérence puisque la surface est granulée.

Éventuellement, des diodes électroluminescentes pourraient être installées dans les panneaux afin d’afficher différentes informations de circulation sur la route même. De plus, il pourrait être possible d’un jour recharger les batteries de véhicules électriques par induction directement sur la route.

Le projet pilote sera en place pour une année.

INOLTRE SU HUFFPOST

Efficacité environnementale: le classement des pays développés