DIVERTISSEMENT

Alain Farah publie «La ligne la plus sombre»: la beauté du non-dit (ENTREVUE)

24/10/2016 12:19 EDT | Actualisé 24/10/2016 12:21 EDT
Courtoisie de La Pastèque

Premier roman graphique d’Alain Farah, La ligne la plus sombre est une ode à l’intangible. Une illustration des «trois» lignes offertes aux humains quand ils sont confrontés à des choix. Et surtout, une fabuleuse rencontre entre l’écrivain et l’illustratrice Mélanie Baillairgé, qui ont créé entre les mots et les traits de crayon quelque chose qui ressemble à du bonheur.

Dans les premières pages du bouquin publié aux éditions La Pastèque, on découvre un écrivain, alter ego de Farah, qui profite de la vie dans le Maine, en s’acoquinant avec certains personnages plus grands que nature.

Interrompu dans ses vacances par un coup de fil surprenant, l’homme de mots entraîne les lecteurs dans une fable romantique avec la discrète Clémence, évoque la proposition d’une certaine Première ministre pour écrire ses discours, illustre un film d’espions où les agents doubles éveillent en lui des questionnements sur les mensonges qu’on sert à soi et aux autres, en plus d’explorer différences facettes de l’intangible (télépathie, connexion non palpable, chanelling).

Une façon pour lui de donner une voix à l’innommable. «C’est un formidable terrain de jeu pour un écrivain, la notion des mondes qui nous échappent, souligne Alain Farah. Dans le livre, la phrase la plus porteuse est sans aucun doute “Les choses sont là sans être là”. On fait tous l’expérience de ça. L’exemple le moins spectaculaire, mais le plus fabuleux qui porte ce nom est certainement celui de l’amour.»

Malgré la quantité de thèmes abordés et de situations illustrées en 93 pages, il affirme que son livre parle avant tout d’amour. «Je me suis entendu avec Mélanie pour que nous ne le nommions jamais, ni dans les mots ni dans les illustrations. On comprend l’amour dans tous les interstices de l’histoire.»

Farah parle avec enthousiasme du dialogue entre sa prose et le langage visuel de Baillairgé. «Mélanie possède une extrême intelligence et une grande sensibilité. Elle est ouverte aux dialogues avec des opinions fortes. Il y a eu une réelle rencontre entre nous. On a fait beaucoup d’allers-retours entre la première version du texte et les story-boards. Les textes ont été modulés jusqu’à la fin.»

alain farah

Même s’il admet que les codes du roman graphique ne sont pas les mêmes que ceux du roman, de l’essai ou de la poésie, non sans avoir gentiment confronté le journaliste pour s’assurer qu’il savait de quoi il parlait, l’écrivain et professeur en littérature à l’Université McGill dit ne pas accorder une grande importance à la forme littéraire qu’il adopte.

«Ça m’est arrivé dans le passé de décider à la dernière minute quelle étiquette on donnait à une de mes œuvres. Le genre qui finit par accueillir mon travail se trouve en aval du processus créatif, et non en amont. Évidemment, la création d’un roman graphique est différente d’un point de vue rythmique et pédagogique, avec la rencontre des illustrations et des mots. Mais paradoxalement, je me suis permis encore plus d’opacité… alors que je suis déjà un écrivain hermétique.»

Peu importe le genre, Alain Farah est avide de rencontres artistiques. Il évoque la réunion d’écrivains dans la création collective de la maison d’édition Le Quartanier, son travail avec le cinéaste François Blouin et la metteure en scène Marie Brassard, ainsi que l’adaptation théâtrale du film Le déclin de l’empire américain à laquelle il participe ces jours-ci et qui sera présentée sur la scène de l’Espace GO à l’hiver 2017.

D’ici à ce que les amateurs de théâtre découvrent cette prochaine œuvre, il souhaite que son roman graphique trouve son public. Surtout en sachant que son éditeur, doté d’une renommée certaine, a pris un « risque » en l’invitant dans son giron.

«Je suis conscient de ma chance. Je suis un néophyte dans l’art séquentiel. Je célèbre presque 20 ans d’écriture, mais jamais quelque chose comme ça n’aurait pas pu se passer quand je faisais apparaître mes premiers bouts de textes. Je suis super fier d’apparaître dans le catalogue de La Pastèque. Et maintenant, j’espère que le livre rencontre ses lecteurs. C’est mon petit côté libanais qui souhaite que les comptes soient bons pour tous. »

À VOIR AUSSI:

INOLTRE SU HUFFPOST

  • La librairie "M'Enfin" à Rennes
    Corps et âme de Matz, Walter Hill et Jef aux éditions Rue de sèvres. "C'est un polar. Un jour une femme se réveille dans une chambre glauque. Très surprise de se voir dans la glace. Très surprise car normalement c'est un homme. A partir de là l'histoire d'une vengeance est racontée. Pourquoi lui a-t-on fait ça ? Comment ? Que lui est-il arrivé ? C'est une bande-dessinée divertissante et sombre, avec un peu les mêmes ambiances que les films de Tarantino. C'est une BD pour adultes."
  • Librairie "La lison" à Lille
    Même les pêcheurs ont le mal de mer de Diane Peylin aux éditions Les escales "Ce livre est très beau. C'est l'histoire de trois générations d'hommes: le grand-père, le fils et le petit-fils. Tout commence avec le décès du grand-père qui va briser le mal commun qui lie ces trois hommes: l'incapacité à dire ce qu'ils ressentent. Il se divise en trois partie. Chacune d'entre elles raconte la vie d'un homme avec de nombreux aller-retour entre le passé et le présent. Un vrai roman chorale."
  • Librairie "La Belle Lurette" à Paris
    Tardigrade de Pierre Barrault aux éditions Arbre Vengeur "Tardigrade est un premier livre. On ne peut pas le qualifier de "roman", tant il est fragmentaire et singulier. Dans ce petit texte bourré d’humour et de fantaisie, il est question d’un animal minuscule aux propriétés extraordinaires, et de bien d’autre chose encore... Un narrateur pour le moins mystérieux nous fait part de son quotidien : ici, on fait chaque matin l’inventaire de ses organes, il se met à pleuvoir dès que l’on demande un peu d’eau, le sol se dérobe et les invités tombent des balcons, certains hommes ont deux têtes, d’autres n’ont qu’un seul côté, les visages se déforment quand on les regarde avec trop d’insistance et les pandas sont alternativement noirs, puis blancs; le tout raconté en une succession de passages plus ou moins brefs et sur un ton faussement léger, parfait pour ceux qui souhaitent rire ou sourire en laissant le réel de côté le temps d'une lecture."
  • Librairie "Vivement Dimanche" à Lyon Gabriel
    Les méduses ont-elles sommeil ? de Louisiane C.Dor aux éditions Gallimard, collection Nos Vies "C'est un livre très court de 80 pages. Il m'a épaté. L'auteur a écrit 9a à 16 ou 17ans ! L'histoire est celle d'une jeune fille de 18 ans qui arrive à Paris. Pour elle, rien que d'arriver ici lui donne le sentiment d'avoir réussi sa vie. C'est une chronique d'une jeunesse sans horizon. Cette jeune femme va tomber dans la cocaïne sans s'en rendre compte. Ce qui est genial ce sont les descriptions de ses trips. On monte avec elle et on descend avec elle. Ca sent le vécu, c'est très réaliste et les descriptions sont poétiques. Un livre très original, étonnant et enthousiasmant. C'est vraiment génial !"
  • Librairie "Les Beaux Titres" à Levallois-Perret
    Le miroir des illusions de Vincent Engel aux éditions Les Escales "Ce roman historique raconte une histoire de vengeance. Genève, 1849. Atanasio, jeune homme fraîchement arrivé de sa campagne toscane, apprend le décès de son protecteur Don Carlo, et la mission qui lui incombe pour toucher l'héritage de celui qui se révèle être son père. Il s'agit, selon un strict protocole, de le venger des quatre personnes qui ont fait de sa vie un enfer : son épouse Alba, son amant Wolfgang, et les deux bâtards engendrés par les autres infidélités de la première. Ce roman extrêmement bien construit m'a beaucoup plu dans sa peinture très touchantes des personnages. Les dialogues sont particulièrement bien menés, les longues descriptions, rares. Le lecteur accroche dès le prologue et ne relève pas la tête avant la fin des 500 pages. Un parfait roman pour l'été, profond et divertissant qu'il vaut mieux lire au calme pour pouvoir suivre l'intrigue à rebondissements."
  • Librairie "Les Volcans" à Clermont-Ferrand
    La revue Reliefs aux éditions Panorama 5 "C'est une revue dont deux numéros sont parus. Le prochaine arrive en semptembre. La ligne ? L'exploration au sens le plus large: des sciences, de l'histoire, des technologies, de la littérature... Un bel objet très instructif ."
  • Librairie "Violette and Co", à Paris
    Mémoire de fille de Annie Ernaux aux éditions Gallimard "C'est un excellent livre d'une grande écrivaine, auteure de La Femme gelée ou encore Passion simple, qui écrit beaucoup de récits autobiographiques, comme c'est le cas ici. Dans ce livre, Annie Ernaux revient sur ses 18 ans, et raconte comment elle a vécu, pendant l'été 1958, sa première relation sexuelle avec un homme, ainsi que les deux années qui ont suivi et comment est née sa vocation d'écrivaine. C'est un livre très fort pour deux raisons. D'abord parce qu'elle revient sur cette expérience sexuelle qui fut un choc, un traumatisme et qu'elle essaye de retranscrire ce qui s'est passé. Ensuite parce qu'elle opère un va-et-vient entre son travail d'écrivaine, aujourd'hui et ce moment-là. C'est un ouvrage sur ce choc initial, sur le travail de mémoire."
  • Librairie "L'autre Rive" à Toulouse
    Cinq Kopecks de Sarah Stricker aux éditions Piranha "Ce livre nous emmène dans la vie de la narratrice. Il parle de la seule faille. Enfant parfaite, élevée par un père tyrannique qui voulait qu'elle soit un géni en tout. Elle se promet une vie professionnelle assez grandiose puis épouse un homme qu'elle n'aime pas trop et tout à coup tombe amoureuse. Et toute la distance qu'elle avait auparavant s'écroule. L'amour s'incarne dans la personne d'un voisin. Il la chamboule. C'est un livre à la fois grave et très drôle. Les personnes sont danss l'exagération. La mère par exemple fait penser à Juliette Binoche dans le film Ma Loute. Le ton grave et humoristique m'a fait aimer ce livre mais aussi la peinture social du Berlin est après la chute du mur. Un roman assez complet et une chronique sociale de cette époque. Très beau style, assez chirurgical et avec un humour souvent grinçant."
  • Librairie "L'odeur du Temps" à Marseille
    Boy, Snow, Bird de Helen Oyeyemi "Ca se passe dans l'entre deux guerre aux Etats-Unis. Il raconte l'histoire d'une jeune fille de 16 ans dont le pere a la main lourde. Elle s'enfuit et au bout de la ligne trouve refuge dans un foyer de jeune fille. Elle rencontre ensuite plusieurs personnes dont un type qu'elle ne supporte pas. Elle en tombe finalement amoureuse. Il s'agit d'un roman sur la question noire aux Etats-Unis mais pas seulement. Il se lit très facilement grâce à cette belle histoire et son humour un peu cynique par moment."
  • Librairie "Mollat" à Bordeaux
    Le nuage d'Obsidienne d'Eric Mc Cormack aux éditions Bourgois "L'auteur est l'un des grands écrivains canadiens contemporains. Ce livre est le récit d'une vie, un livre d'aventure, un roman d'amour et de mystère. Un homme, en marge d'un colloque, découvre dans une librairie un livre qui parle d'un phénomène climatique en Ecosse. Un pays dans lequel il a vécu. Il va s'intéresser profondément à ce phénomène. Le récit de sa vie très fragmenté est très agréable à lire. Il joue sans arrêt sur les contre-pieds. Mais tout se tient . Le récit est bien construit et intelligent. Il y a un vrai plaisir à la fin de comprendre comment les fils ont été tressés, ce qui suscite l'envie de le relire, pour repérer tous les indices semés tout au long du livre."