BIEN-ÊTRE

Une coupe de cheveux refusée à cause de son sexe

21/10/2016 12:21 EDT | Actualisé 21/10/2016 12:21 EDT
Radio-Canada

Une nouvelle résidente de Windsor songe à déposer une plainte au Tribunal des droits de la personne de l'Ontario parce qu'elle estime que son sexe l'a empêchée de recevoir une coupe de cheveux.

Debby Nunes explique qu'elle va chez le barbier depuis plus de deux ans. Elle a pris un rendez-vous chez The Barber's Chair situé au centre commercial Devonshire à Windsor, mais quand elle s'est présentée, le coiffeur a refusé de lui couper les cheveux.

«Ils m'ont dit qu'ils ne coupaient pas les cheveux des femmes. Je me suis emportée parce que ça a fait resurgir des expériences que j'ai eues dans le passé.» ― Debby Nunes, résidente de Windsor

Debby Nunes s'identifie comme genderqueer, c'est-à-dire comme une personne qui ne s'identifie ni homme ni femme. « Ma première pensée a été : comment savez-vous que je suis une femme? », se rappelle-t-elle.

Elle explique que la boutique n'a pas géré la situation de façon appropriée.

«Ça m'a fait du mal, surtout parce que ça a eu lieu à l'accueil où les gens attendaient et tous les yeux se sont tournés automatiquement vers moi.» ― Debby Nunes

Un cas de discrimination

Selon une spécialiste des droits de la personne, refuser un service sur la base du sexe est discriminatoire et constitue une violation des droits de la personne.

«Tout le monde a le droit de définir sa propre identité de genre et de l'exprimer comme bon lui semble.» — Laverne Jacobs, professeur de droit spécialiste des droits de la personne


Laverne Jacobs souligne que ces droits sont garantis par le Code des droits de la personne de l'Ontario. Selon cette loi, les entreprises et les organisations doivent d'ailleurs éviter de recueillir des informations personnelles sur le genre des gens, à moins que ce soit absolument indispensable, précise-t-elle.

The Barber's Chair est présent au centre commercial depuis 16 ans. Une porte-parole a indiqué à Debby Nunes que le magasin n'avait pas l'autorisation de couper les cheveux des femmes en raison d'un contrat avec le centre commercial.

AUSSI SUR LE HUFFPOST STYLE:


Les salons de barbier incontournables à Québec

Abonnez-vous à HuffPost Québec Style sur Facebook
Suivez HuffPost Québec Style sur Twitter