NOUVELLES

L'EI pourrait se servir de boucliers humains dans la bataille de Mossoul

21/10/2016 10:28 EDT | Actualisé 21/10/2016 10:28 EDT

Les combattants du groupe État Islamique (EI) pourraient essayer d'utiliser des civils comme boucliers humains, plutôt que de leur permettre d'être libérés, lors de l'offensive irakienne pour reprendre Mossoul, a indiqué l'ONU vendredi.

Les troupes d'élite irakiennes, engagées dans une offensive pour reprendre le dernier bastion jihadiste en Irak, sont en train de s'approcher de cette ville.

Le Haut-commissaire de l'ONU pour les droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a indiqué vendredi que ses services avaient reçu des informations selon lesquelles des civils étaient maintenus proches des positions des combattants de l'EI à Mossoul, peut-être comme boucliers humains face aux forces irakiennes.

"Il existe un grave danger que les combattants de l'EI utilisent non seulement ces personnes vulnérables comme boucliers humains, mais qu'ils les tuent plutôt que de les voir libres", a indiqué M. Zeid dans une déclaration publiée à Genève.

Il a par ailleurs indiqué que ses services avaient eu des informations selon lesquelles les forces jihadistes avaient contraint environ 200 familles de se rendre à pied du village voisin de Samalia à Mossoul.

Selon le Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU, environ 350 autres familles avaient aussi été forcées de quitter leur village de Najafia pour Mossoul la semaine dernière.

Ces déplacements forcés sont cohérents avec "l'apparente politique de l'EI d'empêcher les civils de fuir dans des régions contrôlées par les forces irakiennes", a ajouté M. Zeid.

L'ONU craint qu'un million de personnes à Mossoul soient obligées de fuir à l'approche des combattants, provoquant ainsi une situation d'urgence humanitaire.

S'adressant à la presse par téléphone, la responsable des affaires humanitaires de l'ONU à Bagdad, Mme Lise Grande, a déclaré vendredi que le "scénario retenu" prévoyait que 200 000 personnes vont fuir Mossoul, mais que ce chiffre pourrait être supérieur, selon l'évolution de la campagne militaire.

À ce jour, seules 3900 personnes ont été déplacées de cette ville, a indiqué le porte-parole du Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), Adrian Edwards. Il a ajouté que le HCR était en train de faire construire des camps et des équipements d'urgence, afin de venir au secours des civils.

M. Zeid a enfin souligné que les plans des militaires irakiens, qui comptent sur un soutien américain, induisaient qu'il fallait protéger en priorité les civils. "Nous savons" que l'EI "n'a aucun égard pour la vie humaine, et c'est pourquoi il appartient au gouvernement irakien de faire tout son possible pour protéger les civils", a-t-il conclu.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Offensive contre Mossoul (octobre 2016)