NOUVELLES

Les consommateurs auraient peur de négocier leur prochain véhicule

19/10/2016 08:36 EDT | Actualisé 19/10/2016 08:36 EDT
PhotoAlto/James Hardy via Getty Images
Customer in drive-thru handing credit card to check-out window clerk

La peur de la négociation serait telle que certains consommateurs reportent l’achat d’un prochain véhicule. C’est du moins les résultats d’une étude effectuée auprès de 1 514 Canadiens membres du panel Angus Reid et commandée par le site automobile Autohebdo.net.

LIRE AUSSI

Trois facteurs qui influencent la négociation dans un concessionnaire

Selon les découvertes de l’étude, 18 % des consommateurs préfèrent conserver leur véhicule plutôt que de passer par le processus de négociation de l’achat d’un autre véhicule. Le manque d’informations, concernant notamment la valeur de leur voiture actuelle, expliquerait cette réalité.

D’ailleurs, 73 % des répondants ont affirmé ne pas connaitre la valeur de leur véhicule tandis que 44 % se sont dits insatisfaits du montant obtenu lorsqu’ils ont vendu leur véhicule précédent. Lorsque questionnés sur la valeur réelle de certains modèles, neuf répondants sur dix se sont trompés de plus de 1000 $.

Les hommes seraient plus confiants par rapport à la valeur de véhicule alors que 35 % d’entre eux affirment bien la connaitre comparativement à 20 % du côté des femmes.

Les Québécois seraient particulièrement craintifs par rapport à la négociation alors que 17 % des répondants de la province disent ressentir de la peur avant de se lancer dans le processus, soit près de deux fois plus que la moyenne nationale de 9 %.

Finalement, 67 % des acheteurs âgés de 55 ans ont tendance à penser qu’ils ont négocié avec succès le prix de leur récente voiture. Ce pourcentage chute à 60 % pour les 35 à 54 ans, et 55 % pour les 18 à 34 ans.

Voir aussi:

Ventes mondiales d'autos