NOUVELLES

Meurtre au Maxi : l'accusé de retour en cour

13/10/2016 12:42 EDT | Actualisé 13/10/2016 12:43 EDT

Randy Tshilumba, qui aurait tué la jeune Clémence Beaulieu-Patry dans un Maxi au printemps dernier, a fait une brève apparition en cour, au palais de justice de Montréal. Le jeune homme de 20 ans, menotté et debout dans le box des accusés, était calme devant la juge Dominique B. Joly, comme lors des audiences précédentes.

Un texte de Geneviève Garon

La pression d'accélérer les procédures, qui est de plus en plus évoquée dans le milieu judiciaire, s'est fait sentir sur les épaules des avocats. Me Philippe Larochelle, qui représente l'accusé, et la procureure de la Couronne, Catherine Perreault, sont sortis de la salle d'audience pendant quelques minutes pour s'entendre sur une date rapprochée pour la suite des procédures.

randy tshilumba

«On essaie de faire en sorte que le dossier progresse le plus rapidement possible. Il y a des familles d'impliquées, des victimes d'impliquées, donc c'est toujours une préoccupation.»

― Catherine Perreault, procureure aux poursuites criminelles et pénales

Le 28 octobre, la défense annoncera si elle souhaite la tenue d'une enquête préliminaire ou si elle veut passer directement au procès.

Randy Tshilumba est accusé de meurtre prémédité. Il aurait tué Clémence Beaulieu-Patry de plusieurs coups de couteau au cou le 10 avril dernier dans un supermarché Maxi du quartier Saint-Michel où la victime travaillait.

L'accusée et la jeune femme de 19 ans ont fréquenté la même école secondaire sans toutefois entretenir de relation particulière.

clémence beaulieupatry

Un procès qui s'annonce long

L'éventuel procès de Randy Tshilumba devrait durer plusieurs semaines, selon la représentante du ministère public.

La Couronne présentera entre autres de la preuve vidéo et des témoignages.

Rappelons que dans les jours suivant le meurtre, des images tirées des caméras de surveillance du supermarché ont permis aux enquêteurs de reconstituer le chemin emprunté par le suspect après le meurtre. Le Service de police de la Ville de Montréal a reçu quelque 80 informations des citoyens, une collaboration impressionnante de l'aveu même de la police.

Les proches de la victime n'étaient pas présents en cour aujourd'hui.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter