VIDEO

Une clinique d'amaigrissement aux méthodes douteuses à Québec (VIDÉO)

09/10/2016 10:31 EDT | Actualisé 12/10/2016 10:38 EDT

Cette clinique promet un corps de princesse à ses clientes en quête de minceur. Mais les insultes et les méthodes douteuses qu'elle utilise laissent des traces. Malgré les nombreuses plaintes, l'entreprise fonctionne toujours.

En 2014, Marie-Andrée Poisson est une jeune universitaire qui veut se libérer de son surplus de poids. Malgré la mise en garde d'un ami nutritionniste, elle consulte Suzie Chouinard, de la clinique Alimentation Revivre de Québec.

À son grand étonnement, Suzie Chouinard tient des propos grossiers, dénigrants et choquants.

Elle m'a dit que j'étais laide. Elle a dit : "Quand je t'ai vue entrer, je trouvais que tu avais une belle face, mais tu as un corps de truck. [...] Comment peux-tu avoir un chum, comment peut-on t'aimer, regarde-toi!" - Marie-Andrée Poisson

Pire encore à ses yeux : Suzie Chouinard lui impose une diète avec du lait d'amande. « J'ai dit : "Je ne prends pas de lait d'amande; je vais mourir. Ce n'est pas compliqué; j'en prends, je meurs". Elle m'a dit que mes allergies, c'était dans ma tête : "C'est parce que tu n'es pas bien et que tu es grosse" », raconte Marie-Andrée Poisson.

Nous avons parlé à près d'une dizaine d'anciens clients de Suzie Chouinard, qui sont surtout des femmes. Ils ont tous refusé que nous dévoilions leur identité, mais leurs propos se recoupent : commentaires dégradants, conseils inquiétants en matière de santé, faiblesse extrême causée par le manque de nourriture, vente sous pression.

Une controverse grandissante

Après un bref passage à cette clinique, Marie-Andrée Poisson tente d'oublier sa mésaventure, jusqu'à ce qu'elle lise un article dans le Journal de Québec en avril dernier. Une ancienne cliente poursuit Suzie Chouinard pour 325 000 $.

Cette femme accuse Mme Chouinard de lui avoir interdit de consulter un médecin pour des problèmes de santé évidents. Elle se plaint d'avoir subi de graves séquelles physiques et psychologiques.

Marie-Andrée Poisson décide alors de raconter son histoire dans une vidéo sur sa page Facebook, afin de mettre les gens en garde contre les méthodes employées à la clinique Alimentation Revivre. Sa vidéo fait mouche : près de 32 000 visionnements.

Elle n'est pas la seule à tenter de freiner les activités de la clinique. Un groupe de cinq nutritionnistes et un psychologue du Centre universitaire de santé de Québec, rencontrés par La facture, veulent aussi alerter la population contre ces méthodes qui font des ravages parmi leurs clientèles vulnérables.

« On s'est mis à avoir des ex-clients d'Alimentation Revivre qui arrivaient démolis, défaits, qui étaient gênés de parler de ce qu'ils avaient vécu à cette clinique-là », explique Karine Gravel, docteure en nutrition.

Les programmes alimentaires élaborés à la clinique les inquiètent également. « On a un hot-dog pour le souper. [...] On est très loin des portions recommandées en matière de fruits et légumes. D'ailleurs, les fruits sont complètement absents du menu », note le nutritionniste Hubert Cormier.

alimentation revivre

Des ordres professionnels impuissants

À l'instar du Collège des médecins et de l'Ordre des psychologues du Québec, l'Ordre professionnel des diététistes du Québec (OPDQ) a reçu plusieurs plaintes contre Suzie Chouinard depuis 2008. Il a fait quelques interventions ponctuelles, mais n'a pas réussi à l'empêcher de poursuivre son travail controversé.

« Nos outils sont quand même limités. Comme ordre, on ne peut pas aller cogner à la clinique d'une personne si on juge qu'elle fait des activités inadéquates ou à risque, si ça ne tombe pas dans notre mandat », explique Joanie Bouchard, directrice des affaires professionnelles à l'OPDQ.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

VOIR AUSSI:

INOLTRE SU HUFFPOST

Les pires régimes du monde