DIVERTISSEMENT

Un projet vidéo donne une voix aux jeunes Autochtones

08/10/2016 07:09 EDT | Actualisé 08/10/2016 07:11 EDT
Radio-Canada.ca

David Hodges, directeur de la compagnie de production montréalaise N'we Jinan, effectue une tournée dans les réserves partout au Canada afin de réaliser des clips musicaux pour donner une voix aux jeunes Autochtones. Sa dernière vidéo en date, intitulée When the Dust Settles, a été réalisée dans la Première Nation cri d'Oxford House, située dans le nord du Manitoba. Les jeunes y expriment leurs rêves et espoirs.

Un texte de Thibault Jourdan, d'après une entrevue de Samuel Rancourt

En quoi consistait ce projet dans la communauté d'Oxford House?

Nous sommes allés là-bas pour faire une vidéo musicale qui s'appelle When the Dust Settles. On a amené notre studio mobile de musique dans la communauté. Le chef et le conseil nous ont invités en nous disant qu'ils avaient beaucoup de talents locaux, mais qu'ils n'ont pas souvent l'occasion de créer ce genre de chose ni d'être mis en avant.

Nous sommes allés là-haut pour chercher des talents. Nous avons eu 8 à 10 enfants qui sont sortis du lot, certains étaient à la fin de leur adolescence. On s'est assis, et nous avons créé une chanson qui était pertinente pour la communauté.

Pourquoi avoir choisi ce titre, When the Dust Settles?

C'est venu à la suite d'une conversation. Quand nous sommes arrivés, nous avons vu beaucoup de poussière dans la communauté: la route est en terre, il y a de la poussière dans les bâtiments, dans l'école... Avec les enfants, on a commencé à évoquer des métaphores rattachées à la poussière. En gros, on en est arrivé à cette idée, qui exprime le fait que, parfois, quand la vie est vraiment dure et pleine de défis, on ne voit pas le monde tel qu'on devrait le voir. Les enfants voulaient porter ce message d'espoir parce qu'ils savent qu'il y a beaucoup de difficultés dans cette communauté. Ils voulaient dire que, quand la poussière retombe, il y a de l'espoir et vous avez toujours vos proches pour vous soutenir.

Quel est le principal défi de ces jeunes Autochtones?

Ils veulent un avenir. Leur principal défi est de trouver des choses qui les inspirent, les motive et les garde occupés. Ils veulent se fixer des objectifs, mais tout enfant n'est pas capable de se fixer des objectifs propres. Notre espoir, c'est que des gens dans cette communauté voudront soutenir et aider ces enfants qui ont besoin d'aide.

Plusieurs vagues de suicides chez les jeunes autochtones ont fait les manchettes, notamment dans les communautés de Pimicikamak et Attawapiskat. Comment vos projets vidéo peuvent-ils faire changer l'état d'esprit de ces jeunes?

Grâce à ce projet, la voix des jeunes est entendue. De nombreux enfants se suicident parce qu'ils ne se sentent pas écoutés. Personne ne les écoute. Beaucoup de jeunes aiment raper, mais ils ne sont pas autorisés à le faire dans leur communauté parce que celle-ci pratique plus du gospel et de la musique religieuse. Si les jeunes sentent qu'ils ne peuvent pas s'exprimer, cela les met dans une catégorie dans laquelle ils ont l'impression que personne ne se soucie d'eux. Ça montre que les gens veulent les aider parce que la communauté veut que nous les aidions.

Vous êtes producteur de musique. Que faites-vous si vous découvrez un artiste talentueux?

Les vidéos sont l'outil qu'on utilise pour promouvoir les arts dans leur communauté. Si on découvre un bon rappeur ou musicien, on le prend à part et on travaille avec lui durant notre temps libre. Quand on quitte la communauté, on reste en contact. On veut être un réseau pour ces artistes.

Et cela s'est produit avec un jeune artiste d'Oxford House?

Oui, en effet. Il y a cet artiste, Trenton BoiDee Robinson. C'est lui qui nous a accueillis à l'aéroport. Il savait qui nous étions, mais il ne savait pas qui il était. On a écouté sa musique, il y avait un peu de travail, mais c'était vraiment bien! Il aime travailler fort, c'est le type d'état d'esprit qu'on cherche. Quand on est parti, il a commencé à sortir de nouvelle chanson chaque semaine.

Quel est votre prochain projet?

Je vais me rendre à Brampton pour travailler avec la communauté Six Nations. La prochaine communauté du nord du Manitoba que je visiterai sera la Première Nation de Garden Hill, en début d'année prochaine.

VOIR AUSSI:


Des femmes autochtones portées disparues au Canada



Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter