NOUVELLES

Bébés substitués: La GRC ouvre une enquête en parallèle de celle du gouvernement

07/10/2016 06:20 EDT | Actualisé 07/10/2016 06:25 EDT
Dominic Lipinski/PA Wire
File photo dated 23/01/16 of the feet of a new baby wrapped in a blanket. A fertility technique used by thousands of British couples may lead to sons inheriting their father's infertility, researchers say.

NORWAY HOUSE, Man. _ La Gendarmerie royale canadienne (GRC) a annoncé l'ouverte d'une enquête, vendredi, pour faire la lumière sur deux cas de nouveau-nés qui ont été échangés à la naissance, dans le nord du Manitoba.

Le gouvernement fédéral a déjà enclenché un processus similaire concernant les faits survenus il y a plus de 40 ans dans un hôpital fédéral de la petite communauté crie de Norway House.

L'enquête de la GRC sera indépendante à celle du gouvernement, ont précisé les autorités par voie de communiqué.

En août dernier, des preuves ADN ont confirmé que David Tait fils et Leon Swanson ont été échangés à la naissance. Tous deux sont nés en janvier 1975 à trois jours d'intervalle, mais chacun d'eux a grandi avec les parents de l'autre.

Un cas similaire avait été révélé en novembre 2015 concernant deux hommes nés dans le même établissement de santé, la même année, soit les résidants de Garden Hill, Luke Monias et Norman Barkman.

Les deux incidents laissent présager que d'autres nouveau-nés pourraient avoir été substitués.

Santé Canada a annoncé, peu après que l'échange de MM. Tait et Swanson eut été confirmé, que des tests d'ADN seraient gratuitement rendus accessibles pour toute personne née avant 1980 dans le même hôpital.

Après cette année-là, des bracelets d'identification ont commencé à être attribués aux nouveau-nés.

Voir aussi:

Les uniformes de la GRC

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter