POLITIQUE

Un syndicat va contester en cour la centralisation des laboratoires médicaux (VIDÉO)

06/10/2016 03:17 EDT | Actualisé 06/10/2016 03:18 EDT

Le syndicat qui représente la grande majorité des technologistes médicaux au Québec va contester devant le tribunal le projet Optilab de centralisation des laboratoires médicaux.

La présidente de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), Carolle Dubé, en a fait l'annonce formelle, jeudi, au cours d'une rencontre avec la presse, en compagnie de l'Association des médecins hématologues et oncologues, de la Fédération québécoise des municipalités, ainsi que de porte-parole de l'opposition péquiste et de Québec solidaire.

L'APTS, qui représente quelque 5000 technologistes dans la santé, estime que ses membres n'ont pas été consultés, alors qu'ils seront directement touchés par les transferts d'emplois prévus, l'exercice du droit de supplantation et même des pertes d'emplois.

Le projet Optilab vise à regrouper les activités des laboratoires médicaux des hôpitaux dans un nombre réduit de grands "laboratoires serveurs", où seront transportés les échantillons médicaux provenant de plusieurs autres hôpitaux. Les cas urgents continueront cependant d'être traités sur place.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, pense pouvoir ainsi économiser 75 millions $ - une somme qu'il veut réinjecter ailleurs dans le réseau.

Mais les syndicats qui représentent les technologues s'y objectent, comme certains représentants des médecins et des partis d'opposition. Ils y voient des risques pour la sécurité et la traçabilité des spécimens, en plus de voir les conditions de travail de 500 à 1000 technologistes modifiées.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter