DIVERTISSEMENT

«Gears of War 4», une épopée sauvage!

06/10/2016 05:06 EDT | Actualisé 06/10/2016 05:06 EDT

La superproduction de Microsoft sur Xbox One et PC a décidé de placer une fois encore la barre très haut, et sans trahir l’esprit original de la série.

Gears of War a une place à part sur les consoles Microsoft. Véritable vitrine technologique, le succès de la série d’Epic Games sur Xbox 360 a réussi la prouesse de se tailler une place égale à Halo dans le cœur des joueurs. Développé désormais par Microsoft, le jeu a réussi la prouesse de ne pas trahir l’esprit de la série originale, tout en lui insufflant assez de changements pour faire évoluer la franchise.

25 ans se sont écoulés depuis les évènements de Gears of War. Les humains vivent dans des villes sécurisées, mais des disparitions recommencent. Une nouvelle menace venue des entrailles de la planète surgira à nouveau.

La première chose qui frappe en lançant Gears of War 4 est sa beauté. Véritable prouesse technique et visuelle, il se hisse sans problème parmi les plus beaux jeux actuels. Le mélange d’un monde moderne où les bâtiments de pierre majestueux côtoient les plus récentes technologies assure un style baroque qui sied à merveille à cet univers souvent brutal.

À mesure que l’on avance dans l’histoire, tout cela mue pour laisser place au chaos, aux tempêtes perpétuelles où l’ouragan devient un quotidien. Cette impression est renforcée par des décors agités par le souffle du vent. Tout bouge, tout s’anime, donnant l’impression d’un monde vivant et torturé.

Rentre dans le tas, réfléchis ensuite

La progression dans le jeu tient davantage de l’épopée sauvage que de l’aventure classique. C’est un jeu guerrier, où la progression est synonyme de rentrer dans le tas.

L’arme mythique de Gears est une mitraillette sur laquelle a été greffée une tronçonneuse. On assiste donc à une progression entravée sans cesse par des hordes d’ennemis judicieusement placés, et n’hésitant pas pour plusieurs à venir vous chercher pour combattre au corps à corps. Ils offrent une action soutenue, sans jamais tomber dans l’ennui ou la surenchère vaine.

Gears of War 4 sait aménager de nombreuses pauses où le contemplatif a tout son sens et où l’on progresse en faisant une halte bienvenue avant le prochain combat. C’est un titre superbement équilibré dans son déroulement avec suffisamment de variété pour ne jamais laisser une impression d’ennui ou de tourner en rond.

Des évolutions en douceur

Avec Rod Fergusson, l’un des créateurs originaux de la série, à la tête de Gears of War 4, le titre a décidé d’évoluer en douceur afin de ne pas trahir l’esprit de ses prédécesseurs. On note seulement des déplacements plus souples, très pratiques lors des affrontements en ligne et pour viser rapidement et se mettre à couvert.

L’autre ajout vient du Fabricator et de son système de craft (fabrication d’objets) qui permettront de créer de nombreuses armes personnalisées. Ces deux ajouts contribuent résolument à faire évoluer le jeu et lui donner un côté plus actuel.

Un jeu en ligne de base, mais efficace

Si l’histoire est digne de ses prédécesseurs, le jeu en ligne va également dans ce sens en offrant du contenu à profusion. Inspiré de l’esprit du premier Gears of War, le quatrième volet de la série offre un jeu de base où seul le talent compte pour gagner. Ces éléments ont assuré le succès du premier épisode dans l’univers des en ligne, et celui-ci est bien parti pour reprendre le flambeau.

Conclusion

Deux semaines après avoir sorti l’un des meilleurs jeux de courses existants (Forza Horizon 3) Microsoft récidive et lance l’un des meilleurs jeux de tir de l’année. Prenez-le comme un gros coup de poing dans la face qui étale sa magnificence, mais comme le ferait un bulldozer.

On en prend plein les sens du début à la fin de l’aventure. Et si ce n’est pas assez, le jeu en ligne s’avère riche avec ses nombreux modes et cartes disponibles.

Sortie : 7 octobre 2016

Disponible sur : Xbox One et PC

INOLTRE SU HUFFPOST

Gears of War 4