POLITIQUE

Le gouvernement Trudeau rejette la motion du NPD pour créer un comité sur les exportations d'armes

04/10/2016 05:53 EDT | Actualisé 04/10/2016 06:00 EDT

OTTAWA – Le gouvernement Trudeau a signé l’arrêt de mort d’une motion du NPD qui visait à créer un comité pour examiner les exportations d’armes du Canada, dont la vente de véhicules blindés à l’Arabie saoudite.

Hélène Laverdière, porte-parole néodémocrate en matière d’Affaires étrangères, s’est dite déçue de ne pas avoir eu l’appui des libéraux pour créer un comité multipartite sur le sujet, tout comme le Royaume-Uni le fait depuis 1999.

helene laverdiere

LIRE AUSSI : Vente de blindés: une preuve d'amitié avec le Canada, selon l'ambassadeur saoudien

« C’est vraiment très, très, très décevant, a déclaré Laverdière après le vote, mardi après-midi. Je trouve que ça va à l’encontre de tout le discours du gouvernement libéral, qui parlait de plus de transparence, d’un gouvernement plus ouvert. »

Sa motion demandait au Parlement de reconnaître que « les Canadiens s’attendent à ce que leur gouvernement respecte une norme élevée pour ce qui est de la protection des droits de la personne à l’étranger » et que « les Canadiens se préoccupent des ventes d’armes à des pays connus pour leur non-respect des droits de la personne, dont l’Arabie saoudite, la Libye et le Soudan ».

Les conservateurs ont également voté contre la motion da Laverdière et ce, même s’ils s’étaient prononcés pour la création d’un sous-comité qui examinerait la vente d’armes plus tôt cette année.

La députée de Laurier-Sainte-Marie accuse les libéraux d’avoir voulu « noyer le poisson » en parlant de la création d’emplois au Canada grâce à la vente d’armes dans des régimes répressifs.

« Les Canadiens, on le sait, sont très préoccupés par ce que le Canada fait en matière de vente d’armes. La majorité est opposée à la vente d’armes à l’Arabie saoudite », explique-t-elle.

Un comité dédié exclusivement aux exportations d’armes aurait pu permettre de « suivre de façon constante » l’approbation des contrats. Aucun comité parlementaire actuel n’a le temps de se pencher sur le sujet, dit-elle.

En réponse aux accusations du NPD, dans la dernière semaine, la secrétaire parlementaire du ministre aux Affaires étrangères, Pam Goldsmith-Jones, a répliqué que son gouvernement s’était engagé à signer le Traité sur le commerce des armes.

Goldsmith-Jones a également accusé les néodémocrates d’avoir changé d’idée sur le sujet depuis les dernières élections et d’être prêts à sacrifier 3000 emplois bien payés au Canada.

Laverdière répond que plusieurs pays commencent à reculer ou à remettre en question la vente d’armes à l’Arabie saoudite, qui bafoue les droits humains et les droits des femmes, en particulier.

« Alors, c’est difficile de tenir un discours sur le droit de la personne, puis que le Canada est de retour et qu’on est féministes quand on voit des actions comme celles-là », critique Laverdière.

« Comme on dit chez nous, les bottines ne suivent pas les babines! »

INOLTRE SU HUFFPOST

Saudi-Led Airstrike in Yemen