NOUVELLES

Si peu de meurtres à Montréal, du jamais vu depuis les années 60

03/10/2016 07:45 EDT | Actualisé 03/10/2016 07:46 EDT
Radio-Canada.ca

Montréal se dirige vers un record du plus faible nombre de meurtres depuis 50 ans. Il y en a eu 14 jusqu'à maintenant en 2016, en date du 3 octobre.

Un texte de Benoît Chapdelaine

Il y en aura donc à peine une vingtaine d'ici la fin de l'année, si la tendance se maintient. Ce serait une baisse environ du tiers par rapport à l'an dernier.

Le commandant de la section des crimes majeurs au SPVM, Vincent Rozon, attribue la diminution des dernières années à plusieurs facteurs comme les progrès de la médecine, qui permettent de sauver des vies, et le succès de ses enquêteurs.

« Sur 29 dossiers d'homicide en 2015, 21 ont été résolus. Ce qui donnait 72 % de taux de solution, un excellent taux. Des joueurs importants sont mis hors d'état de nuire, ce qui fait qu'ils ne peuvent pas commettre d'autres crimes, donc ça calme parfois cette traînée de violence là », explique M. Rozon.

Les statistiques du SPVM remontent au regroupement des services de police municipaux de la Communauté urbaine de Montréal, en 1972. Il était alors survenu 92 meurtres, dont plusieurs attribuables à l'incendie criminel du Blue Bird Café, rue Union, qui avait fait à lui seul 37 victimes.

Ce nombre est tombé à 28 en 2013 et 2014, un record. Avant 1972, les données recueillies par le criminologue Daniel Élie, dans son livre L'homicide à Montréal de 1944 à 1975, indiquent qu'il y a eu 17 homicides dans la métropole en 1966, un nombre qui s'est toujours maintenu au-dessus de 20 par la suite.

Baisse à Montréal, hausse à Toronto

Pendant que le nombre d'homicides baisse à Montréal, il augmente à Toronto. Il y en a eu 53 depuis le début de l'année, en date du 3 octobre, une hausse de plus du tiers par rapport à la même période l'an dernier.

À Montréal comme à Toronto, la collaboration du public est essentielle pour augmenter les chances de succès.

« Les policiers n'ont pas de boule de cristal, dit Vincent Rozon. Et quand on reçoit des informations de citoyens qui nous aiguillent, ça facilite notre travail et nous permet souvent de résoudre nos dossiers. De plus en plus, il y a des systèmes de surveillance par caméras, et les gens collaborent avec nous, nous fournissent ces bandes-là, ça permet d'être plus efficace. »

Et la suite?

Le commandant de la section des crimes majeurs au SPVM préfère ne pas se prononcer publiquement sur la récente libération de nombreux membres des Hells Angels au Québec. Plusieurs d'entre eux ont purgé des peines pour homicides.

« Je ne peux pas me prononcer là-dessus, mais on suit la situation de très près », répond-il prudemment.

Voir aussi:

Les 10 criminels les plus recherchés du Québec

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter