BIEN-ÊTRE

Semaine de la mode de Paris: le spectacle continue après l'agression de Kim Kardashian

03/10/2016 11:56 EDT | Actualisé 03/10/2016 12:04 EDT

Tandis que l'agression de Kim Kardashian dans son hôtel parisien, en marge de la Semaine de la mode, animait les conversations dans les rangs des défilés de mode, les défilés ont repris lundi, avec des noms attendus comme Hermès et Sonia Rykiel.

La Fédération française de la couture, organisatrice de la semaine de la mode parisienne, n'a pas souhaité réagir officiellement après l'agression de l'une des plus célèbres «fashionistas» du moment, qui représente un coup dur pour l'image de la capitale. Kim Kardashian, qui avait assisté dimanche aux défilés Balenciaga et Givenchy, a quitté la France tôt lundi matin après avoir été entendue par la police.

Quelques heures plus tard, la Semaine de la mode a malgré tout repris son cours, avec une matinée notamment marquée par le premier défilé, d'inspiration tropicale, de la créatrice française Christine Phung pour Leonard Paris.

La griffe fondée en 1958 par Daniel Tribouillard et connue pour ses imprimés floraux, a nommé en mars cette trentenaire à sa direction artistique après avoir connu plusieurs changements de créateurs, parmi lesquels la Belge Véronique Leroy, et les Français Maxime Simoëns et Yiqing Yin.

Lauréate en 2013 du prix de l'Andam pour les jeunes créateurs dans la catégorie «Premières collections», Christine Phung est diplômée de l'école Duperré et de l'Institut français de la mode (IFM).

Elle a travaillé pour Christophe Lemaire, Chloé, Vanessa Bruno, avant de créer sa marque éponyme en 2011, et s'est fait connaître par ses silhouettes légères et fraîches, et une prédilection pour les plissés.

Picasso, Birkin, Hendrix

Une touche qu'elle apporte à la collection Leonard, qui offre une plongée dans un univers tropical avec des imprimés de palmes et de fleurs.

«C'est l'histoire d'une femme qui traverse la junge à l'issue d'un cocktail et qui se perd», raconte la créatrice, expliquant s'être plongée dans les archives de la maison, qui «possède un patrimoine riche de cinq mille dessins».

Les silhouettes sont longues et fluides, avec des combinaisons ou des robes soyeuses, des blousons teddy légers, des kimonos, sur lesquels s'impriment une nature luxuriante.

Dans cette collection à la palette dominée par le bleu, le turquoise et le corail, la brillance apparaît peu à peu, comme sur une robe à volants en organza «miroir» ou une parka, des jupes en tissus métalliques, plissées ou imprimées.

Plus tôt, la marque japonaise Sacai a rendu hommage à une série de «figures révolutionnaires» selon sa directrice artistique Chitose Abe, qui cite entre autres Pablo Picasso, Jane Birkin, Serge Gainsbourg, Kurt Cobain, Jimi Hendrix et John Lennon.

Les styles de ces personnalités inspirent les looks de la collection, faits d'assemblages variés: la marinière de Picasso devient une robe, à laquelle s'adjoint une jupe à carreaux. La marque revisite le trench de Jane Birkin ainsi que la veste militaire de Jimi Hendrix, portée avec une robe foulard dont les couleurs font référence à son psychédélisme.

La créatrice évoque aussi le style grunge de Kurt Cobain avec un manteau sans manche, composé d'un imprimé léopard et de denim usé. Bérets ou coiffes d'indien complètent le style Sacai pour le printemps-été prochain.

À VOIR AUSSI

Fashion Week par Pascal Le Segretain

Abonnez-vous à HuffPost Québec Style sur Facebook
Suivez HuffPost Québec Style sur Twitter