POLITIQUE

Plus de médecins, moins de services: Gaétan Barrette cherche l'équilibre

30/09/2016 07:15 EDT | Actualisé 30/09/2016 07:15 EDT
RADIO-CANADA/MAXIME CORNEAU

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, entend réduire le nombre d'étudiants admis dans les facultés de médecine des universités québécoises au cours des 10 prochaines années.

Le ministre estime qu'il faudrait réduire d'une cinquantaine le nombre d'admissions dans les facultés. Il précise que le changement ne se ferait sentir que dans 7 à 10 ans, soit à la fin des études des nouveaux étudiants.

Le ministre Barrette ajoute qu'un nombre record de médecins sortiront des universités québécoises au cours des prochaines années. Le nombre des admissions avait été augmenté, au cours des dernières années, afin de pallier les nombreux départs à la retraite.

Ce n'est pas demain matin qu'on va manquer de médecins. On en a amplement.

Gaétan Barrette, ministre de la Santé

Le ministre de la Santé ajoute que le Québec peut se permettre de réduire le nombre de médecins en formation parce que c'est dans cette province qu'on compte le plus de médecins au pays en proportion de la population.

« Le Québec a, per capita, plus de médecins – spécialistes et médecins de famille – que toutes les autres provinces au Canada, explique le ministre Barrette en entrevue à ICI RDI. Ça ne veut pas dire qu'il y en a de trop, ça veut dire qu'il y en a plus. »

S'il y en a plus [de médecins] per capita, comment se fait-il qu'on n'ait pas accès à un médecin de famille? Comment se fait-il qu'il y ait 450 000 personnes qui soient sur le guichet d'accès et qui ne trouvent pas de médecin?

Le ministre Gaétan Barrette

Trouver le juste milieu

Le ministre Barrette avance qu'il faut prévoir le nombre de médecins dont le Québec aura besoin au cours de la prochaine décennie. Il craint qu'au rythme où les facultés donnent des diplômes de médecine, il y ait un « énorme surplus » dans 10 ans.

« Que feront-ils, ces médecins, dans 10 ans? demande-t-il. Ils vont faire comme en Europe : des gestes [médicaux] pour rien. Ils vont vous appeler, multiplier les tests, multiplier les visites, pour des revenus. »

« Il faut avoir un équilibre », conclut le ministre de la Santé. Un équilibre entre des services pour la population actuelle du Québec, le nombre pertinent de médecins dans 10 ans, le tout en préparant le terrain que les infirmières spécialisées jouent un rôle accru à l'avenir.

Plus d'infirmières spécialisées

Gaétan Barrette annonce que le Québec formera quelque 2000 infirmières spécialisées au cours des prochaines années. Elles soulageront les médecins d'une partie de leurs tâches et de leurs responsabilités.

Le ministre convient que le débat entre les ordres professionnels des médecins et des infirmières nuit au travail de ces dernières, mais il entend régler le problème. « Je ne veux pas assister à une chicane de territoires entre deux ordres professionnels dont le mandat est de protéger le public », poursuit-il.

L'important, pour le ministre, c'est de parvenir à une répartition des tâches entre infirmières spécialisées et médecins pour en arriver à une plus grande efficience dans le réseau de santé. L'objectif étant l'accessibilité des soins pour la population.

Voir aussi:

Les coulisses de l'Assemblée nationale

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter