DIVERTISSEMENT

Josée Blanchette: celle qui a dit non à la chimio pour s'en sortir vivante (ENTREVUE)

30/09/2016 12:28 EDT

Dans un essai saisissant de lucidité, Josée Blanchette dénonce les traitements médicaux abusifs contre le cancer. À travers son expérience personnelle, la célèbre chroniqueuse au quotidien Le Devoir explore les dessous d’un système à la solde des compagnies pharmaceutiques et invite les citoyens, malades ou non, à prendre leurs responsabilités.

Elle a connu le cancer trois fois plutôt qu’une. Le dernier, celui du côlon, a bien failli remporter la bataille. En fait, plus que le cancer, ce sont les effets ravageurs de la chimiothérapie qui ont presque tué Josée Blanchette. «Après deux traitements infernaux, je savais que je n’allais pas traverser le troisième, raconte-t-elle en entrevue. Il y a des gens très intelligents, très informés et très critiques par rapport à notre système de santé qui vont voir ailleurs. Quand on se fait dire qu’on a le cancer et qu’on a tant de chances d’en mourir, je trouve que c’est un peu normal qu’on explore d’autres avenues.»

Souvenez-vous. En 2014, Josée Blanchette écrivait un billet courageux, Les aiguilles et le Folfox, sur les pages de son journal en annonçant qu’elle cessait pour de bon la chimiothérapie. Les réactions n’ont d’ailleurs pas tardé à pleuvoir. «On m’a fait un procès sur la place publique, mais j’ai aussi reçu des centaines de témoignages de personnes anonymes dont les vies ont été bousillées par la chimiothérapie. Étant moi-même une survivante de la chimio et du cancer, je me suis dit qu’il fallait creuser sur ce sujet.»

Elle le répètera plusieurs fois durant l’entretien: elle n’est pas contre la science ni contre les médecins (son père était pneumologue), mais assurément contre les dérives. «Et elles sont nombreuses, précise Blanchette. Je ne suis pas une fumeuse de patchouli et je sais qu’il ne faut pas tout mettre dans le même panier, mais après trente ans sur le terrain à frayer avec le cancer, je pense que je suis aujourd’hui assez sensibilisée à la chose. Une personne sur deux va recevoir un diagnostic du cancer au cours de sa vie. C’est quand même énorme!»

Le grand coupable: nos habitudes de vie

Son livre au titre ionescien, Je ne sais pas pondre l’œuf, mais je sais quand il est pourri – expression colorée qu’affectionnait son paternel – rassemble statistiques et témoignages. On y trouve également une enquête menée à bout de bras. «Je crois en la responsabilisation des êtres humains et pas uniquement à celle des patients. Il faut que les gens sachent qu’il est toujours possible pour une personne âgée de plus de 14 ans de refuser un traitement.»

Selon Josée Blanchette, les citoyens sont très mal informés, c’est donc presque par devoir que la chroniqueuse a pris la plume afin de témoigner et d’aider les gens. «Quand on vous donne 48 heures d’espérance de vie, qu’est-ce que vous faites? Évidemment, vous acceptez n’importe quoi comme la chimio palliative. Par contre, c’est prouvé, la chimio palliative va soit écourter votre vie, soit la rallonger un peu, mais dans un état lamentable.»

Josée Blanchette ne veut pas se raconter d’histoire. Elle ne croit plus vraiment au pouvoir des institutions ni des politiques puisque ces derniers n’ont pas hésité à «couper le tiers du budget en santé publique». La réponse idéale, elle ne la connaît pas non plus. Chaque cancer est un cas particulier. Impossible d’appliquer la même recette pour tous, «ce que la médecine conventionnelle fait généralement avec tous les patients», ajoute-t-elle. Il reste que son bouquin propose des pistes de prévention et de postvention.

«Ce n’est pas la patiente qui a écrit le livre, mais la journaliste. J’ai mené une enquête pendant deux ans. Je me suis entretenu avec un nombre hallucinant de personnes. Même si je démontre l’omerta du milieu médical et l’accointance entre l’oncologie et l’industrie pharmaceutique, l’ignorance, le manque d’éducation et de prévention laissent une porte ouverte à toutes les catastrophes. Il faut changer notre façon de vivre. Les chiffres démontrent que 70 % des cancers sont reliés à notre mode de vie.»

Bien s’alimenter, faire de l’exercice et ne pas fumer sont les règles d’or, insiste-t-elle. «Le plus important, c’est de s’informer. Je n’ai pas allumé des lampions à l’oratoire en attente de la providence. Je ne cesse de m’activer. J’ai écrit ce livre précisément pour outiller les gens à faire quelque chose. Et puis, il faut arrêter de paniquer devant la mort. Lisons avant d’écouter les médecins toujours prompts à appuyer sur le bouton chimio. Et surtout, essayons de ne pas l’avoir, le cancer. Tous ceux qui croient qu’ils sont à l’abri du cancer sans changer leur façon de vivre nagent dans la pensée magique.»

Je ne sais pas pondre l’œuf, mais je sais quand il est pourri – Josée Blanchette – Essai – Les Éditions Flammarion Québec – 368 pages – Parution le 28 septembre 2016.

INOLTRE SU HUFFPOST

  • La librairie "M'Enfin" à Rennes
    Corps et âme de Matz, Walter Hill et Jef aux éditions Rue de sèvres. "C'est un polar. Un jour une femme se réveille dans une chambre glauque. Très surprise de se voir dans la glace. Très surprise car normalement c'est un homme. A partir de là l'histoire d'une vengeance est racontée. Pourquoi lui a-t-on fait ça ? Comment ? Que lui est-il arrivé ? C'est une bande-dessinée divertissante et sombre, avec un peu les mêmes ambiances que les films de Tarantino. C'est une BD pour adultes."
  • Librairie "La lison" à Lille
    Même les pêcheurs ont le mal de mer de Diane Peylin aux éditions Les escales "Ce livre est très beau. C'est l'histoire de trois générations d'hommes: le grand-père, le fils et le petit-fils. Tout commence avec le décès du grand-père qui va briser le mal commun qui lie ces trois hommes: l'incapacité à dire ce qu'ils ressentent. Il se divise en trois partie. Chacune d'entre elles raconte la vie d'un homme avec de nombreux aller-retour entre le passé et le présent. Un vrai roman chorale."
  • Librairie "La Belle Lurette" à Paris
    Tardigrade de Pierre Barrault aux éditions Arbre Vengeur "Tardigrade est un premier livre. On ne peut pas le qualifier de "roman", tant il est fragmentaire et singulier. Dans ce petit texte bourré d’humour et de fantaisie, il est question d’un animal minuscule aux propriétés extraordinaires, et de bien d’autre chose encore... Un narrateur pour le moins mystérieux nous fait part de son quotidien : ici, on fait chaque matin l’inventaire de ses organes, il se met à pleuvoir dès que l’on demande un peu d’eau, le sol se dérobe et les invités tombent des balcons, certains hommes ont deux têtes, d’autres n’ont qu’un seul côté, les visages se déforment quand on les regarde avec trop d’insistance et les pandas sont alternativement noirs, puis blancs; le tout raconté en une succession de passages plus ou moins brefs et sur un ton faussement léger, parfait pour ceux qui souhaitent rire ou sourire en laissant le réel de côté le temps d'une lecture."
  • Librairie "Vivement Dimanche" à Lyon Gabriel
    Les méduses ont-elles sommeil ? de Louisiane C.Dor aux éditions Gallimard, collection Nos Vies "C'est un livre très court de 80 pages. Il m'a épaté. L'auteur a écrit 9a à 16 ou 17ans ! L'histoire est celle d'une jeune fille de 18 ans qui arrive à Paris. Pour elle, rien que d'arriver ici lui donne le sentiment d'avoir réussi sa vie. C'est une chronique d'une jeunesse sans horizon. Cette jeune femme va tomber dans la cocaïne sans s'en rendre compte. Ce qui est genial ce sont les descriptions de ses trips. On monte avec elle et on descend avec elle. Ca sent le vécu, c'est très réaliste et les descriptions sont poétiques. Un livre très original, étonnant et enthousiasmant. C'est vraiment génial !"
  • Librairie "Les Beaux Titres" à Levallois-Perret
    Le miroir des illusions de Vincent Engel aux éditions Les Escales "Ce roman historique raconte une histoire de vengeance. Genève, 1849. Atanasio, jeune homme fraîchement arrivé de sa campagne toscane, apprend le décès de son protecteur Don Carlo, et la mission qui lui incombe pour toucher l'héritage de celui qui se révèle être son père. Il s'agit, selon un strict protocole, de le venger des quatre personnes qui ont fait de sa vie un enfer : son épouse Alba, son amant Wolfgang, et les deux bâtards engendrés par les autres infidélités de la première. Ce roman extrêmement bien construit m'a beaucoup plu dans sa peinture très touchantes des personnages. Les dialogues sont particulièrement bien menés, les longues descriptions, rares. Le lecteur accroche dès le prologue et ne relève pas la tête avant la fin des 500 pages. Un parfait roman pour l'été, profond et divertissant qu'il vaut mieux lire au calme pour pouvoir suivre l'intrigue à rebondissements."
  • Librairie "Les Volcans" à Clermont-Ferrand
    La revue Reliefs aux éditions Panorama 5 "C'est une revue dont deux numéros sont parus. Le prochaine arrive en semptembre. La ligne ? L'exploration au sens le plus large: des sciences, de l'histoire, des technologies, de la littérature... Un bel objet très instructif ."
  • Librairie "Violette and Co", à Paris
    Mémoire de fille de Annie Ernaux aux éditions Gallimard "C'est un excellent livre d'une grande écrivaine, auteure de La Femme gelée ou encore Passion simple, qui écrit beaucoup de récits autobiographiques, comme c'est le cas ici. Dans ce livre, Annie Ernaux revient sur ses 18 ans, et raconte comment elle a vécu, pendant l'été 1958, sa première relation sexuelle avec un homme, ainsi que les deux années qui ont suivi et comment est née sa vocation d'écrivaine. C'est un livre très fort pour deux raisons. D'abord parce qu'elle revient sur cette expérience sexuelle qui fut un choc, un traumatisme et qu'elle essaye de retranscrire ce qui s'est passé. Ensuite parce qu'elle opère un va-et-vient entre son travail d'écrivaine, aujourd'hui et ce moment-là. C'est un ouvrage sur ce choc initial, sur le travail de mémoire."
  • Librairie "L'autre Rive" à Toulouse
    Cinq Kopecks de Sarah Stricker aux éditions Piranha "Ce livre nous emmène dans la vie de la narratrice. Il parle de la seule faille. Enfant parfaite, élevée par un père tyrannique qui voulait qu'elle soit un géni en tout. Elle se promet une vie professionnelle assez grandiose puis épouse un homme qu'elle n'aime pas trop et tout à coup tombe amoureuse. Et toute la distance qu'elle avait auparavant s'écroule. L'amour s'incarne dans la personne d'un voisin. Il la chamboule. C'est un livre à la fois grave et très drôle. Les personnes sont danss l'exagération. La mère par exemple fait penser à Juliette Binoche dans le film Ma Loute. Le ton grave et humoristique m'a fait aimer ce livre mais aussi la peinture social du Berlin est après la chute du mur. Un roman assez complet et une chronique sociale de cette époque. Très beau style, assez chirurgical et avec un humour souvent grinçant."
  • Librairie "L'odeur du Temps" à Marseille
    Boy, Snow, Bird de Helen Oyeyemi "Ca se passe dans l'entre deux guerre aux Etats-Unis. Il raconte l'histoire d'une jeune fille de 16 ans dont le pere a la main lourde. Elle s'enfuit et au bout de la ligne trouve refuge dans un foyer de jeune fille. Elle rencontre ensuite plusieurs personnes dont un type qu'elle ne supporte pas. Elle en tombe finalement amoureuse. Il s'agit d'un roman sur la question noire aux Etats-Unis mais pas seulement. Il se lit très facilement grâce à cette belle histoire et son humour un peu cynique par moment."
  • Librairie "Mollat" à Bordeaux
    Le nuage d'Obsidienne d'Eric Mc Cormack aux éditions Bourgois "L'auteur est l'un des grands écrivains canadiens contemporains. Ce livre est le récit d'une vie, un livre d'aventure, un roman d'amour et de mystère. Un homme, en marge d'un colloque, découvre dans une librairie un livre qui parle d'un phénomène climatique en Ecosse. Un pays dans lequel il a vécu. Il va s'intéresser profondément à ce phénomène. Le récit de sa vie très fragmenté est très agréable à lire. Il joue sans arrêt sur les contre-pieds. Mais tout se tient . Le récit est bien construit et intelligent. Il y a un vrai plaisir à la fin de comprendre comment les fils ont été tressés, ce qui suscite l'envie de le relire, pour repérer tous les indices semés tout au long du livre."