DIVERTISSEMENT

«Sas Agapo», la touchante lettre d'amour d'Alain Lefèvre

30/09/2016 02:37 EDT | Actualisé 30/09/2016 02:40 EDT

De la Grèce, berceau de notre civilisation, Alain Lefèvre en est revenu avec un nouveau disque de compositions intitulé Sas Agapo. Huit titres originaux joués au piano au cœur de l’héritage hellénistique, entre mélancolie, amour et lumière.

Pour la muse de l’inspiration, Alain Lefèvre a traversé l’Atlantique pour la Méditerranée. En Grèce, où il s’est exilé un temps, il a trouvé la chaleur d’un pays accueillant, mais aussi les difficultés économiques que traverse tout un peuple victime d’une politique d’austérité que le pianiste décrit comme «cruel et injuste»

«Les Grecs souffrent et voilà qu’on les accuse de tous les maux, s’est-il insurgé jeudi devant plusieurs représentants des médias réunis dans un restaurant de Montréal. On sait bien que l’austérité ne mène à rien. Au contraire, cela empire la pauvreté. Le titre de cet album signifie “je t’aime”, alors c’est ma façon personnelle de dire à tous les Grecs que je les aime et que je suis avec eux.»

Au Québec même constat contre l’austérité selon Lefèvre. «Nos jeunes ont besoin d’espoir. Au lieu de leur en donner, on applique aussi l’austérité aux Québécois. On leur demande de se serrer la ceinture, mais allez dire cela aux habitants de Ville-Émard!», a-t-il lancé avec verve.

L’avenir de la musique classique

Loin de la carte postale du bleu azur des Cyclades ou des temples antiques d’Athènes, l’artiste a appris beaucoup de son périple en terre grecque, humainement bien sûr, mais aussi musicalement. Produit dans l’urgence, trois mois d’écriture au lieu de deux ans, le disque sans prétention est surtout un témoin de plusieurs rencontres et de coups de cœur.

«C’est venu assez rapidement. Ce disque est le reflet de plusieurs histoires, des souvenirs ou des états d'âme. Par exemple, le titre Non-retour, inspiré par mon amoureuse», a raconté le musicien qui partage sa vie avec Johanne Martineau «Jojo» depuis maintenant 33 ans.

Grand passionné et connaisseur de musique classique, Lefèvre se dit très inquiet quant à l’avenir de son art. Ambiance morose pour toute une industrie qui a vu ses revenus se réduire comme peau de chagrin. L’ADISQ vient d’ailleurs de demander aux différents paliers de gouvernement une aide financière d’urgence.

À ce titre, Lefèvre a rappelé qu’aucun répertoire classique ne figure dans la collection de musique du président Barack Obama dévoilée en août dernier. «On a de moins en moins l’occasion d’écouter de la musique classique. Les jeunes générations s’en détournent. Qui va porter le flambeau?», a-t-il conclu amère.

Sas Agapo (Je t’aime) – Alain Lefèvre – Analekta – Disponible le 30 septembre 2016.

À VOIR AUSSI:

INOLTRE SU HUFFPOST

Playlist d'automne: 6 albums québécois à surveiller