NOUVELLES

OMS: 92% des gens vivent dans une pollution qui dépasse les limites tolérables

27/09/2016 07:30 EDT | Actualisé 27/09/2016 07:30 EDT

GENÈVE, Suisse — Une nouvelle étude conclut que 92 pour cent de la population mondiale vit dans des zones où la pollution de l'air est supérieure aux limites acceptables fixées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les données contenues dans cette étude ont été recueillies par satellite et grâce à quelque 3000 stations de mesure placées au sol, dans des secteurs ruraux et urbains.

Les principales sources de pollution extérieure identifiées par l'OMS sont les véhicules de transport, les centrales au charbon, les combustibles ménagers et les activités industrielles en général.  

L'OMS soutient qu'en 2012, 6,5 millions de personnes sont mortes à cause de la pollution de l'air, dont plus de la moitié en raison de la piètre qualité de l'air à l'intérieur des bâtiments. Près de 90 de ces décès sont survenus dans des pays où, en moyenne, les revenus sont faibles ou intermédiaires, dont près des deux tiers dans des pays de l'Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental.

Parmi ces millions de décès liés à la pollution de l'air, 94 pour cent sont imputés par l'OMS à des causes telles les maladies cardiovasculaires, les maladies pulmonaires, dont le cancer, et les accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Flavia Bustreo, directrice générale adjointe de l'OMS, ajoute que la pollution de l'air affecte plus particulièrement les femmes, les enfants et les aînés. 

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Faire ou ne pas faire en cas de pollution aux particules fines