NOUVELLES

Clinton accuse Trump d'avoir «quelque chose à cacher» sur le plan fiscal

26/09/2016 10:57 EDT | Actualisé 27/09/2016 10:19 EDT

Hillary Clinton a accusé avec force Donald Trump de dissimuler délibérément aux électeurs ses déclarations fiscales personnelles et certains accords d'affaires, déclarant lors du premier débat de la campagne présidentielle, lundi soir, que son rival républicain avait "quelque chose à cacher".

M. Trump a tenté de renverser les rôles, disant qu'il dévoilerait ses renseignements fiscaux seulement si Mme Clinton rendait publics plus de 30 000 courriels ayant été retirés d'un serveur internet personnel qu'elle avait utilisé comme secrétaire d'État.

Mme Clinton a davantage fait preuve de retenue, alors que M. Trump, homme d'affaires et politicien novice, a tenté à répétition d'interrompre sa rivale, la qualifiant de "politicienne typique".

Dans le premier segment sur l'économie, M. Trump a affirmé que son programme fiscal pourrait bénéficier aux plus riches, mais qu'il représente aussi une "très bonne chose pour la classe moyenne" car les entreprises augmenteraient leurs investissements.

Le républicain a fait valoir que les entreprises veulent créer des emplois, mais qu'elles investissent souvent à l'étranger parce que l'impôt aux États-Unis est "si dispendieux".

M. Trump a affirmé que les démocrates et les républicains conviennent que les États-Unis devraient s'entendre avec les entreprises pour qu'elles rapatrient les profits au pays. Malgré tout, les politiciens n'ont pas été en mesure de concrétiser cette approche, a-t-il dit. M. Trump a dit croire qu'il y aurait 5000 milliards $ coincés outremer.

Le candidat républicain a soutenu qu'avec "un peu de leadership", cet argent reviendrait au pays très rapidement.

Hillary Clinton a laissé tomber qu'elle était prête à entendre des "énormités" de la part de M. Trump.

La candidate démocrate a invité les auditeurs sur son site web de campagne pour un examen des faits en continu. Elle l'a fait lorsque M. Trump s'en prenait à ses plans pour les impôts et les réglementations. M. Trump a lancé qu'il serait le "champion des réductions d'impôt, et que (Mme Clinton) serait la championne des hausses d'impôt, point à la ligne".

Mme Clinton a déclaré que le plan de M. Trump ferait exploser la dette, et ne ferait rien pour aider la classe moyenne.

Mme Clinton a appelé à une hausse du salaire minimum fédéral, à davantage de dépenses dans les projets d'infrastructure et à l'équité salariale entre les hommes et les femmes.

M. Trump a déploré des politiques qui auraient mené à l'exode d'emplois outremer, en partie attribuable à des accords commerciaux internationaux ayant été appuyés par Mme Clinton. Le candidat républicain a pressé sa rivale avec force sur son soutien au Partenariat transpacifique alors qu'elle servait dans l'administration Obama. Elle a affirmé depuis ce temps qu'elle s'oppose à l'entente de libre-échange dans sa forme finale.

Après des mois à se disputer à distance, Mme Clinton et M. Trump se retrouvaient face à face pour la première fois, lundi soir, à l'occasion d'un débat durant lequel ils ont exposé leur vision respective et très différente de l'avenir des États-Unis.

Le débat, le premier d'une série de trois en prévision de l'élection présidentielle américaine du 8 novembre, s'est déroulé alors que les deux candidats sont jugés de manière négative par un nombre important d'électeurs, la démocrate Clinton ayant des problèmes à prouver qu'elle est digne de confiance et le républicain Trump ayant du mal à convaincre les gens qu'il a l'étoffe d'un président.

La course présidentielle suscite beaucoup d'intérêt et les deux camps s'attendaient à ce qu'un auditoire record regarde le débat télévisé qui avait lieu à l'Université Hofstra à New York avec Lester Holt, un présentateur de nouvelles de NBC, comme modérateur.

LIRE AUSSI :

Clinton vs Trump: un combat à finir

Les questions-pièges du premier débat pour Clinton et Trump

Un courriel de financement du PLC compare les conservateurs à Trump

Comment Trump a-t-il été rendu possible? - William Fortier

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les polémiques de Donald Trump en campagne