NOUVELLES

Les Québécois ne sont pas si différents des Canadiens, selon un nouvel ouvrage

25/09/2016 08:45 EDT | Actualisé 25/09/2016 08:46 EDT
mtcurado via Getty Images
Montreal, Quebec, Canada: Canadian and Quebecer flags in front of the old Palace of Justice - Vieux palais de justice - Rue Notre Dame - Vieux-Montr?al - photo by M.Torres

Les Québécois ne sont pas si différents qu'ils le pensent de leurs compatriotes canadiens et ils ne sont pas plus racistes que les habitants des autres provinces, selon les conclusions d'un nouvel ouvrage écrit notamment par le sondeur Jean-Marc Léger.

À l'occasion des 30 ans de la firme de sondage Léger Marketing, Jean-Marc Léger et ses coauteurs Jacques Nantel et Pierre Duhamel ont décidé de publier un livre "Le Code Québec" pour découvrir ce qui distingue les Québécois des autres peuples dans le monde. Ils ont réalisé plusieurs sondages pour tenter de cerner les spécificités d'une identité québécoise encore rattachée à de nombreux mythes.

L'un des préjugés les plus importants à l'égard des Québécois, c'est qu'ils se perçoivent comme étant différents du reste du Canada. Pourtant, sur les 500 attitudes et comportements présentés dans les sondages, 71 pour cent étaient identiques entre les Québécois et les Canadiens.

D'ailleurs, les auteurs notent que les Québécois ont une perception erronée du reste du Canada, qui rassemble plusieurs cultures différentes. Par exemple, sur les plans des valeurs, des comportements et des attitudes, les Québécois ressemblent beaucoup aux Britanno-Colombiens.

De plus, les Québécois entretiennent la même méfiance que les Prairies à l'égard de Toronto, en plus d'éprouver les mêmes difficultés économiques que les provinces de l'est du pays.

Mais il ne faut pas sous-estimer ces 29 pour cent qui séparent les Québécois des Canadiens, a souligné Jean-Marc Léger en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne, car ce sont de "profondes différences".

Les Québécois se distinguent notamment par leur joie de vivre, leur recherche de consensus et leur détachement par rapport à leur collectivité _ qui se manifeste par leur indécision sur plusieurs sujets.

"Les Québécois sont le peuple du milieu à la recherche permanente de consensus. S'il y avait un parti du peut-être au Québec, il gagnerait assurément toutes les élections", soutient-on dans le livre.

Un autre de ces préjugés est que les Québécois seraient plus racistes que le reste du Canada et même que le reste du monde, mais c'est totalement faux, selon les données exposées dans le livre. L'ouvrage indique que 20 pour cent des Québécois se décrivent comme "plutôt" ou "un peu" racistes, comparativement à 16 pour cent _ et cela tombe dans la marge d'erreur, a fait remarquer Jean-Marc Léger.

Par ailleurs, les Québécois sont beaucoup moins racistes que d'autres peuples dans le monde. Selon un tableau publié dans le livre, 35 pour cent des Français ont avoué être "plutôt" ou "un peu" raciste. Aux États-Unis, 51 pour cent disaient entretenir des préjugés négatifs à l'égard de la communauté afro-américaine selon un sondage de l'Associated Press mené en 2012.

"Le problème, ce n'est pas l'immigration. Les Québécois sont ouverts à l'immigration, ils aiment les touristes, ils aiment les gens de l'extérieur. Le problème, c'est la religion. Les Québécois ont voulu se débarrasser de la religion, alors quand vient poindre la religion (...) ils ne veulent pas faire affaire avec ça", a analysé Jean-Marc Léger.

Différences entre les générations

Ces spécificités québécoises se présentent toutefois à un différent degré selon l'âge des Québécois. En fait, chaque génération est caractérisée par deux "gènes", selon le modèle des auteurs.

Les Québécois plus âgés nés avant 1945 sont marqués par les gènes de "villageois" et "consensuels", c'est-à-dire qu'ils passent du rejet de l'autre à la recherche de consensus et d'accommodements.

Les baby-boomers "créatifs" qui jadis portaient des idéaux pour changer le monde sont aussi marqués par leur "détachement" de la société.

Les jeunes de la génération Y portent quant à eux deux gènes: celui de la victimisation et de la fierté. "Ce n'est jamais de leur faute. Mais ils sont très ambitieux, très ouverts sur le monde", a expliqué M. Léger.

"Il y a une différence entre les générations, mais celui de la joie de vivre transcende toutes les générations", a-t-il ajouté.

Jean-Marc Léger suggère une piste pour résumer la diversité et la complexité de l'identité québécoise. "Les Québécois pour la majorité sont issus de la culture française, vivent dans une société anglaise et ont un mode de vie américain. On a la créativité française, la rigueur britannique, et l'optimisme américain (...) On est un mélange unique de trois cultures", a-t-il affirmé.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

  • Getty
    Il y a quelques années, convoler en justes noces équivalait à se soumettre à un rituel convenu et ennuyeux. Or, les mariages en blanc sont de plus en plus délaissés au profit de cérémonies hautes en couleurs et humoristiques inspirées d’un film ou d’une série télévisée. Les jeunes tourtereaux tirent profit de leur mariage de manière beaucoup plus stratégique qu’auparavant, en privilégiant l’argent sonnant et les chèques-cadeaux au détriment des cadeaux traditionnels. Ils espèrent ainsi rembourser leurs dettes et mettre des sous de côté pour réaliser un projet futur.
  • Getty
    Fonder une famille n’équivaut plus nécessairement à concevoir ou adopter un bébé. Pour toutes sortes de raisons, de plus en plus de couples choisissent de ne pas avoir d’enfant ou de remettre cet objectif à plus tard. La pression de mettre un petit pain au four n’est plus aussi forte qu’avant ! Comme le démontre une étude récente, de nombreux jeunes couples souhaitent procréer mais n’ont pas encore établi de plan à cet effet.
  • Getty
    Selon une étude publiée en 2014 à l’Université Bentley, la Génération Y établit un lien direct entre l’entrepreneuriat et la satisfaction au travail. Le succès professionnel se mesure aujourd’hui en termes de flexibilité et de capacité à innover. De plus en plus de gens renoncent à la routine du 9 à 5 pour se tourner vers le travail autonome, qu’ils considèrent plus attrayant malgré ses nombreux défis.
  • Getty
    Le parcours traditionnel d’un étudiant se résume à fréquenter l’école secondaire, le cégep puis l’université pour ensuite se tailler une place sur le marché du travail. Mais ce parcours est de plus en plus ponctué de séjours en dehors du pays. Une étude récente de LinkedIn révèle que les Canadiens s’expatrient davantage à New York, San Francisco et Paris que dans toute autre ville. Qu’il prenne la forme d’un stage ou d’un emploi de longue durée, le travail à l’étranger permet d’acquérir de nouvelles compétences, de maîtriser une autre langue et de gagner en maturité. La personne qui s’en prévaut possède un avantage sur les autres chercheurs d’emploi à son retour.
  • Getty
    La situation de l’économie rend l’achat d’une maison de plus en plus difficile, que celle-ci soit entourée d’une petite clôture blanche ou non. Le recensement effectué en 2014 aux États-Unis fait état d’une chute dramatique du taux d’accès à la propriété chez les jeunes adultes. Bon nombre d’entre eux caressent toujours le rêve de posséder leur propre logement, mais préfèrent pour l’instant la flexibilité et les plus grandes liquidités qu’offre la location d’un appartement.
  • Getty
    Rivaliser avec ses voisins est un comportement dépassé. L’accumulation de biens matériels et la consommation à outrance font graduellement place à un mode de vie plus frugal. Un nombre croissant de jeunes adultes refusent d’être définis en fonction de leurs possessions et considèrent que la simplicité volontaire offre plus de liberté.