POLITIQUE

Une pétition pro-pipeline illustre à quel point l'enjeu divise le pays

20/09/2016 03:35 EDT | Actualisé 20/09/2016 03:37 EDT
Tomasz Wyszołmirski

Une pétition demandant de faire de la construction des pipelines une "priorité nationale", signée par plus de 34 000 personnes au Canada, illustre à quel point le pays est divisé sur cet enjeu. En effet, seulement 674 Québécois ont apposé leur nom à cette pétition électronique lancée par des représentants de l'industrie pétrolière.

Sans surprise, la majorité des signataires habitent l'Alberta.

Plus tôt cette année, une pétition parrainée par le Bloc québécois pour demander de mettre un terme au projet d'oléoduc Énergie Est comptait plus de 16 000 signatures, presque exclusivement du Québec.

Dans un point de presse à Ottawa mardi, l'instigateur de la pétition en faveur du pétrole, le président de la Canadian Association of Oilwell Drilling Contractors (CAODC), Mark Scholz, a demandé au premier ministre Justin Trudeau de se faire le "champion" des pipelines.

Il a soutenu que d'approuver l'expansion du pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan un projet qui a déjà obtenu l'aval de l'Office national de l'énergie et pour lequel le fédéral doit trancher avant la fin de l'année serait un bon départ.

"L'une des choses que nous demandons au gouvernement fédéral est de défendre cette industrie, de commencer à indiquer, montrer et exprimer aux Canadiens qu'il s'agit d'une industrie que nous devons avoir pour l'économie canadienne à long terme", a-t-il insisté.

Celui qui est également porte-parole de la campagne "Oil respect" dit vouloir contrer la "désinformation et les demi-vérités" des détracteurs des oléoducs.

"Il s'agit d'une industrie canadienne et ses bénéfices économiques et sociaux s'étendent partout au pays", a-t-il soutenu.

À ses côtés, le directeur de l'Association pétrolière et gazière du Québec, David Lefebvre, a réfuté l'argument selon lequel le Québec ne trouverait pas son compte dans la construction du pipeline Énergie Est. Selon lui, la construction de nouveaux oléoducs serait une bonne nouvelle pour les industries pétrochimique et manufacturière du Québec.

"Je pense que l'ensemble de l'industrie manufacturière au Québec va être contente peu importe (quels pipelines seront) développés, a-t-il avancé. Nous, comme industrie, on souhaite qu'il y en ait le plus possible, parce que notre industrie en a besoin, et le Canada en général en a besoin."

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), qui regroupe 82 municipalités, s'oppose formellement au projet Énergie Est, qui vise

à transporter 1,1 million de barils de pétrole par jour de l'Alberta jusqu'au Nouveau-Brunswick. Elle estime que les retombées économiques pour la région seraient minimes, alors que les coûts en cas de déversement seraient astronomiques.

INOLTRE SU HUFFPOST

Energy East Pipeline Hearing Protest