Les propositions de Jean-François Lisée en éducation

Publication: Mis à jour:
JEAN FRANCOIS LISEE
PC
Imprimer

Le candidat à la chefferie du Parti québécois (PQ) tiendra dimanche matin une conférence de presse afin d’annoncer ses propositions en éducation. Le Huffington Post Québec s’est entretenu avec le député de Rosemont pour en apprendre un peu plus sur son plan d’action pour les écoles québécoises.

Deux ans de perdu

L’éducation doit être une priorité, affirme Jean-François Lisée. D’après le candidat à la direction du PQ, c’est loin d’être le cas pour le gouvernement Couillard.

«Si c’était deux ans de perdu, ce serait déjà moins pire, estime-t-il. Il s’agit en fait de deux ans de recul, alors il faut réparer leurs dégâts et progresser.»

Pour y parvenir, Lisée compte d’abord réinvestir de façon importante dans le personnel spécialisé au sein des écoles et de rehausser graduellement le salaire des enseignants. Il rappelle que ceux-ci sont dépassés par leur charge de travail, et que leur taux de décrochage professionnel est préoccupant. Il promet aussi de ne pas toucher à la structure du réseau scolaire public pendant quatre ans et de favoriser la transformations de garderies privées en Centres de la petite enfance (CPE).

Contrer l’analphabétisme

Une des priorités d’un gouvernement Lisée serait aussi de faire reculer l’analphabétisme de façon mesurable sur une période de 15 ans. Le politicien rappelle d’ailleurs qu’un Québécois sur cinq est analphabète.

«Plusieurs pays du tiers-monde et de l’Europe de l’Ouest ont pris des mesures pour réduire leur degré d’analphabétisme avec succès, soutient le candidat à la chefferie du PQ. La variable, c’est la volonté du gouvernement et du public de lutter contre l’analphabétisme.»

Lisée compte fonder un chantier sur l’analphabétisme qui regrouperait les organismes d’alphabétisation existants et le milieu de l’éducation afin d’établir un plan d’action concret pour lutter contre ce fléau. Il a aussi l’intention de mobiliser la population québécoise : sous un gouvernement Lisée, les «dizaines de milliers» d’enseignants à la retraite contribueraient à l’apprentissage des Québécois en lecture et en écriture.

La vraie égalité des chances

Jean-François Lisée veut donner plus de moyens aux écoles dans les milieux défavorisés, notamment en leur offrant plus de personnel et en leur accordant davantage de ressources d’autonomie.

«La vraie égalité, ce n’est pas de donner la même chance à ceux qui sont déjà très chanceux et à ceux qui sont très peu chanceux. Il faut offrir plus de soutien aux enfants en difficulté pour qu’ils puissent se rapprocher de ceux qui ont déjà une longueur d’avance vu leur milieu socioéconomique», fait-il valoir.

Il maintiendrait aussi le gel sur la création de nouvelles places dans le réseau privé.

#UrgenceGarçons

«Il y a une rectitude politique qui nous empêche de dire qu’il y a un problème avec nos garçons, déplore Jean-François Lisée. Ils ont un écart de réussite de 10% avec les filles, et ils demandent une attention particulière.»

Il compte donc procéder à la création d'un comité conseil pour développer un plan afin réduire cet écart.

La démission de Daoust

D’autre part, Lisée questionne le choix de remplacer Jacques Daoust par Laurent Lessard au ministère des Transports du Québec.

«Robert Poëti, un ancien policier, voulait lutter contre la corruption au sein du ministère et il a été tassé. En ne rappelant pas M. Net au ministère des transports, M. Couillard a raté une occasion de montrer qu’il priorisait l’éthique», critique-t-il.

VOIR AUSSI :

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Qui pourrait devenir chef du PQ
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction