NOUVELLES

Courriels: Hillary Clinton dit avoir suivi les conseils de Colin Powell

19/08/2016 07:57 EDT | Actualisé 19/08/2016 07:58 EDT
Lucas Jackson / Reuters
U.S. Democratic presidential nominee Hillary Clinton delivers remarks at a gathering of law enforcement leaders at John Jay College of Criminal Justice in New York, U.S., August 18, 2016. REUTERS/Lucas Jackson

Hillary Clinton a déclaré aux enquêteurs du FBI que c'est Colin Powell, ex-secrétaire d'État sous George W. Bush, qui lui avait suggéré de se servir d'une messagerie électronique personnelle, a rapporté le New York Times.

L'affaire des courriels poursuit la candidate démocrate depuis plus d'un an. Il lui est reproché d'avoir enfreint les règles en utilisant un compte de messagerie privé alors qu'elle dirigeait la diplomatie américaine, entre 2005 et 2009.

Le New York Times cite des documents remis cette semaine au Congrès par le FBI détaillant les réponses fournies par l'ex-secrétaire d'État de Barack Obama aux enquêteurs lors d'un témoignage fleuve de plus de trois heures.

Le quotidien s'appuie aussi sur un livre à paraître qui décrit un dîner où Colin Powell aurait dit à Hillary Clinton d'utiliser sa messagerie personnelle, sauf pour les documents classés confidentiels ou secrets.

Le journal ajoute en outre que Hillary Clinton, dans un échange de courriels, a interrogé Colin Powell en 2009 sur l'usage qu'il avait fait de sa messagerie lorsque lui-même dirigeait la diplomatie des États-Unis (2001-2005).

Dans un communiqué, le secrétariat de Colin Powell indique que l'ancien secrétaire d'État républicain n'a pas souvenir de ce dîner mais qu'il se souvient en revanche d'avoir expliqué à la démocrate le système de messagerie qu'il utilisait. Pour autant, la déclaration de son secrétariat ne précise pas s'il a conseillé ou non à Clinton de procéder de même.

« Il a envoyé par courriel à l'ancienne secrétaire Clinton un mémo dans lequel il décrit comment il a utilisé son compte personnel de messagerie AOL pour des messages non classifiés et combien cela avait largement amélioré les communications au sein du département d'État », précise le communiqué. « À l'époque, il n'y avait pas de système équivalent au département d'État. »

Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès de l'équipe de campagne de la candidate démocrate.

Le mois dernier, le directeur du FBI, James Comey, a annoncé que Clinton ne serait pas poursuivie, mais a déploré son « imprudence extrême » dans la manipulation d'informations classées.

VOIR AUSSI:


Hillary Clinton

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter