NOUVELLES

Rio 2016: le champion du monde Shawnacy Barber rate le podium olympique du saut à la perche

16/08/2016 06:08 EDT | Actualisé 16/08/2016 06:08 EDT
Gonzalo Fuentes / Reuters
2016 Rio Olympics - Athletics - Final - Men's Pole Vault Final - Olympic Stadium - Rio de Janeiro, Brazil - 15/08/2016. Shawnacy Barber (CAN) of Canada competes. REUTERS/Gonzalo Fuentes FOR EDITORIAL USE ONLY. NOT FOR SALE FOR MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS.

Champion du monde en titre, le Canadien Shawnacy Barber a rapidement été éliminé de la finale du saut à la perche remportée par le Brésilien Thiago Braz Da Silva, lundi soir. Barber a raté ses trois essais à la barre de 5,65 mètres et s'est classé 10e sur 12 participants.

Shawn Barber a commencé la compétition à la barre de 5,50 mètres, avec un premier essai raté. Il a réussi sa deuxième tentative, la seule barre qu'il aura franchie en finale. En qualifications, il avait eu besoin de trois sauts avant de venir à bout de sa première barre (5,45 mètres).

À la barre de 5,65 mètres, l’athlète de 22 ans a échoué à ses trois essais et a été exclu avant même que le champion olympique en titre, le Français Renaud Lavillenie, ne fasse son premier saut.

Le Canadien était bien loin des 5,93 mètres, son record personnel extérieur établi au Stade olympique de Londres en juillet 2015. Il était même devenu le 19e perchiste de l’histoire à franchir les 6 mètres en janvier dernier, à une compétition intérieure qui avait lieu au Nevada.

«C’est une déception, mais il faut apprendre du pire et du meilleur et continuer d’avancer. C’est un sport technique et il faut que tout soit aligné pour bien performer. Aujourd’hui, ce n’était pas cette journée-là», a indiqué Barber.

La pluie et les nombreuses périodes d’attentes n’ont certainement pas aidé la concentration du jeune athlète entraîné par son père, George Barber, ancien champion canadien au saut à la perche. Il n’a cependant pas mis le blâme sur les conditions.

«Ça n’a pas aidé. C’est sûr que ça joue dans la tête un peu, mais je ne peux montrer personne du doigt. C’est moi qui sautais», a-t-il dit.

Malgré la déception, Barber regarde en avant et espère avoir une nouvelle chance de briller à Tokyo, en 2020. «J’ai de belles années encore devant moi. Je vais y retourner et essayer encore!»

Une victoire et un record olympique pour le Brésil

thiago braz da silva

À seulement 22 ans, le Brésilien Thiago Braz Da Silva a remporté la médaille d’or en réussissant son premier essai à la barre de 6,03 mètres, un record olympique.

«C’est incroyable. C’était ma première fois au-dessus des 6 mètres. Ma ville voulait me voir gagner», s'est exclamé le jeune perchiste.

Le Français Renaud Lavillenie (5,98 mètres), champion olympique en 2012, a dû se contenter de la deuxième marche du podium. L’Américain Sam Kendricks (5,85 mètres) a pris le 3e rang.

Le duel entre le Français et le Brésilien a commencé à la barre de 5,93 mètres. Lavillenie a réussi dès son premier essai, puis a enchaîné avec une barre de 5,98 mètres, fracassant son record olympique de 2012. Il a fallu deux tentatives au Brésilien pour passer les 5,93 mètres.

Il a fait l’impasse sur la barre de 5,98 mètres, forçant le Français à sauter plus tôt que prévu.

Ils ont tous deux fait tomber la barre de 6,03 mètres à leur premier saut. Lavillenie a échoué à son deuxième essai, mais Da Silva a réussi à le surprendre.

Toute la pression était sur détenteur du record du monde, Renaud Lavillenie. Il a tenté le tout pour le tout en demandant aux juges de monter la barre à une hauteur de 6,08 mètres, mais n’a pas sauté assez haut pour relancer la bataille. La foule en a ajouté en huant le Français avant qu'il s'exécute.

«Ce n’est pas une bonne image pour les Jeux olympiques. Je n’ai rien fait aux Brésiliens. En 1936 (aux Jeux de Berlin), la foule était contre Jesse Owens. Nous n’avons pas vu ça depuis», a-t-il déclaré.

Avant de s’élancer pour son dernier saut, il a levé le bras en air, pouce vers le bas. «J’essayais de montrer aux gens que nous ne sommes pas dans un stade de soccer. Il n’y a pas de place pour ça en athlétisme.»

«C’était le plus grand moment de ma vie. Je ne peux pas être content de ça. Maintenant je dois attendre quatre ans avant de récupérer l’or», a ajouté Lavillenie.

Le Brésilien a été sacré champion devant ses partisans et est devenu le premier à franchir les 6 mètres à des Jeux olympiques. Il a aussi été affecté par le bruit dans les gradins, mais pour une toute autre raison. «La foule m’encourageait trop. J’ai dû me concentrer sur ma technique, oublier les gens», a-t-il confié.

Des conditions loin d’être idéales

L’épreuve a été dérangée par de nombreux imprévus. Après les trois premiers participants, la compétition a été suspendue durant plus d’une heure en raison de la pluie. Les perchistes sont tous retournés dans les vestiaires en attendant que la météo soit plus clémente.

Avant que la compétition reprennent, la surface a été essuyée, mais il a été impossible de retirer l’eau du matelas d’atterrissage.

Puis, les athlètes ont dû faire face à une deuxième longue période d’attente au moment de monter la barre pour une première fois. Le système de levier avait un problème.

«Une finale olympique dans des conditions pareilles, c’est une honte! J’ai été entraîneur pendant des années et je peux vous dire que quand vous vous entraînez pendant quatre ans et qu’il y arrive des choses pareilles, c’est inacceptable», a commenté Jean-Paul Baert, analyste à Radio-Canada.

«C’est le vrai bordel, a-t-il ajouté en parlant de l’organisation. On compatit avec tous ces athlètes qui sont placés dans de telles conditions. C’est désolant de voir ça», a-t-il ajouté.


VOIR AUSSI:

Rio 2016: les médailles canadiennes


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter