POLITIQUE

La ministre Bibeau rapatriée à grands frais en mai à Ottawa pour l'aide médicale

10/08/2016 09:41 EDT | Actualisé 11/08/2016 06:52 EDT
PC

OTTAWA _ Le gouvernement de Justin Trudeau a déployé des efforts considérables - et coûteux - pour rapatrier d'urgence à Ottawa la ministre du Développement international et de la Francophonie afin qu'elle puisse participer à l'adoption du projet de loi sur l'aide médicale à mourir.

La ministre Marie-Claude Bibeau se trouvait en mai à Copenhague pour participer à une conférence internationale sur les droits et la santé des femmes. Elle devait ensuite se rendre à Paris puis à Istanbul et à Genève pour d'autres activités officielles. Or, le gouvernement a soudainement prévenu son personnel politique que la ministre devait rentrer à Ottawa - et vite - pour le vote aux Communes.

Des courriels obtenus par La Presse canadienne grâce à la Loi sur l'accès à l'information révèlent que le personnel politique de la ministre a dû rapidement réserver des places pour deux nouveaux itinéraires _ un vol de Copenhague à Ottawa, puis un autre d'Ottawa vers la Turquie, deux jours plus tard, pour la dernière partie de son voyage officiel.

Ces modifications de dernière minute ont coûté près de 14 000 $ et constituent environ 80 pour cent des frais de déplacements en avion de tout ce voyage officiel.

Les libéraux craignaient de manquer de voix en Chambre pour l'adoption de cet important projet de loi, comme cela avait failli arriver un peu plus tôt pour un vote visant à modifier la loi sur Air Canada.

Les courriels obtenus ne précisent pas les sommes supplémentaires qu'Affaires mondiales Canada a dû débourser pour rapatrier en catastrophe Mme Bibeau. On apprend par ailleurs que des membres de son personnel sont demeurés en Europe afin d'économiser des frais de déplacements d'environ 10 000 $ par personne.

Voir aussi:

Le premier cabinet de Justin Trudeau

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter