NOUVELLES

Washington va vendre à Ryad pour 1,15 milliard de dollars de chars et d'armes

09/08/2016 08:25 EDT | Actualisé 09/08/2016 08:26 EDT
ASSOCIATED PRESS
FILE - The Pentagon is seen in this aerial view in Washington, in this March 27, 2008 file photo. The Pentagon has revised its Law of War guidelines to remove wording that could permit U.S. military commanders to treat war correspondents as “unprivileged belligerents” if they think the journalists are sympathizing or cooperating with enemy forces. The amended manual, published on July 22, 2016, also drops wording that equated journalism with spying. (AP Photo/Charles Dharapak, File)

Les États-Unis vont vendre à l'Arabie saoudite, un pays allié du Golfe, des chars, véhicules blindés, mitrailleuses lourdes et munitions, représentant un contrat de 1,15 milliard de dollars, a annoncé mardi le département américain de la Défense.

Conformément à la procédure américaine en la matière, c'est le département d'Etat qui a approuvé cette vente importante d'équipements de défense à Ryad, contrat qui sera concrétisé par le feu vert technique du Congrès, selon un communiqué du Pentagone.

Dans le détail, la vente porte, entre autres, sur "153 structures" de chars de type Abrams, "153 mitrailleuses de calibre 50 (12,7 mm)" - une arme automatique lourde capable de traiter des objectifs terrestres - "266 mitrailleuses de calibre 7,62 mm", des lances-grenades, des véhicules blindés et des milliers de munitions.

La "valeur totale" du contrat est "estimée à 1,15 milliard de dollars, selon le Pentagone.

"Cette vente telle qu'elle est proposée contribuera à la politique étrangère et à la sécurité nationale des Etats-Unis en permettant d'améliorer la sécurité d'un partenaire régional stratégique qui a été et qui continue d'être un acteur leader pour la stabilité politique et les avancées économiques du Moyen-Orient", a vanté l'administration américaine.

Washington n'a fait cependant aucune référence précise à la participation de Ryad à la coalition internationale contre le groupe Etat islamique en Syrie et en Irak, ni même à la coalition arabe que pilote l'Arabie saoudite au Yémen.

Voir aussi:

Le groupe armé «État islamique» en dix dates

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter