NOUVELLES

Selon le médecin du COC, les craintes sur le Zika et l'eau ont été exagérées

04/08/2016 08:14 EDT | Actualisé 04/08/2016 08:14 EDT

RIO DE JANEIRO - Le médecin en chef du Comité olympique canadien est d'avis que les inquiétudes relatives au virus Zika et à la qualité de l'eau ont été exagérées dans les semaines menant jusqu'aux Jeux olympiques de Rio.

Selon le docteur Bob McCormack, les athlètes canadiens ne croient pas que l'eau sera un problème puisque les résultats des tests visant à vérifier sa qualité sur les sites de compétitions ont rejoint les normes internationales.

Le docteur McCormack a ajouté que l'incidence du virus Zika, de la dengue et d'autres virus issus d'insectes "a chuté radicalement".

"C'est presque complètement disparu, a-t-il déclaré après la conférence de presse du Comité olympique canadien. Il y a plusieurs autres régions du monde qui ont un problème beaucoup plus grand que Rio en ce moment."

La qualité de l'eau et le Zika ont été les deux principaux sujets de discussions du docteur McCormack, qui a rencontré les médias pendant une dizaine de minutes, à deux jours de la cérémonie d'ouverture.

un certain moment, il s'est fait demander de façon directe si ces questions avaient été amplifiées.

"Je dirais que oui est votre réponse", a rétorqué le docteur McCormack.

Selon de récents rapports, les virus et les bactéries provenant des eaux usées ont atteint des niveaux dangereusement élevés. Un expert biomédical a même conseillé aux athlètes de ne pas plonger leur tête sous l'eau.

Toutefois, le docteur McCormack a exprimé l'opinion que certains rapports se basaient sur une méthodologie qui n'était pas acceptée internationalement, et que ces histoires avaient pris de l'ampleur même si elles ne correspondaient pas aux expériences vécues par les athlètes et les visiteurs à Rio.

"La question du traitement de l'eau à Rio de Janeiro n'a pas été complètement réglé, a-t-il déclaré. Les responsables ont fait de grands progrès et ils se sont concentrés sur les secteurs où sont présentées les compétitions olympiques. Ça ne signifie pas que vous ne pouvez trouver des endroits où ça demeure un problème."

Par ailleurs, les inquiétudes relatives au virus Zika perdurent depuis des mois. Mais le docteur McCormack demeure confiant que ça ne sera pas un problème non plus, en grande partie parce que c'est l'hiver à Rio et que la saison des insectes est terminée.

Mais qu'il s'agisse de l'eau ou des insectes, les athlètes ont été avisés de prendre les précautions nécessaires, comme ils le feraient pour n'importe quelle compétition internationale.

"Il existe plusieurs endroits au Canada où il peut surgir des problèmes occasionnels avec la qualité de l'eau, a noté le docteur McCormack. Il est arrivé la même chose ici, mais à cause des mesures adoptées par les Brésiliens, (...), c'est mieux que dans le passé."

John Atkinson, directeur haute performance à Natation Canada, a précisé que les athlètes vont se préparer pour les conditions qui prévalent de la même façon qu'ils l'ont fait l'an dernier.

"Lorsque la compétition servant de test a eu lieu à Copacabana en août dernier, la FINA (l'organisation qui gouverne la natation), a mené une étude, a-t-il fait remarquer. Aucun athlète n'a été malade après cette compétition, incluant les Canadiens qui y ont participé. Nous avons reçu de la FINA des mises à jour régulières sur la qualité de l'eau. Nous croyons qu'un bon plan est en place."

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

  • Algérie - Sonia Asselah
    AP Photo/Paul Sancya
    "Notre choix pour Asselah entre dans le cadre de la promotion du sport féminin", a indiqué le président du Comité olympique et sportif algérien en dévoilant le nom de la judokate, porte-drapeau de l'Algérie à Rio, raconte L'Expression.
  • Maroc - Abdelkebir Ouaddar
    JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
    En mars, le cavalier Abdelkebir Ouaddar a remporté en barrage et au chrono le Grand prix du saut Hermès, épreuve de saut d'obstacles disputée au Grand palais de Paris.
    Lui et son cheval Quickly de Kresiker ont été désignés par la Fédération équestre internationale meilleur couple du monde de l'année 2015.
    L'animal du cavalier appartient à Mohammed VI. Ses performances avaient valu au roi le titre de "propriétaire de l'année" en 2015.
  • Sénégal - Isabelle Sambou
    AP Photo/Paul Sancya
    Isabelle Sambou, âgée de 35 ans, est neuf fois championne d'Afrique de lutte féminine dans la catégorie moins de 48 kg. Aux Jeux de Londres en 2012, elle a obtenu la cinquième place, soit la meilleure performance africaine de tous les temps, hommes et femmes confondus. Avec son 1,52 m, la lutteuse olympique rêve de médaille pour son pays où la lutte traditionnelle et ses champions masculins écrasent la concurrence. "La lutte traditionnelle, c'est dans les villes et les villages, alors qu'avec la lutte olympique, tu défends les couleurs de ton pays dans le monde", estime la lutteuse.
  • Cameroun - Wilfried Seyi
    Capture d'écran Twitter
    Le boxeur Wilfried Seyi, âgé de 18 ans, a été sacré champion d'Afrique aux Jeux africains de Brazzaville en 2015, souligne le Comité national olympique et sportif du Cameroun, pour qui Seyi "représente le patriotisme, l’excellence et l’humilité".
  • Afrique du Sud - Wayde van Niekerk
    AFP.
    L'athlète sud-africain est le premier avoir réussi une triple performance à couper le souffle: descendre sous les 10 secondes sur 100m (9"98), sous les 20 sur 200m (19"94) et sous les 44 sur 400m (43"48). Ce dernier chrono lui avait valu le titre de champion du monde en 2015.
  • France - Teddy Riner
    ASSOCIATED PRESS
    Le champion olympique de judo aurait été désigné pour représenter la délégation française, selon une information de L'Équipe. Il succède à Laura Flessel, choisie en 2012.
  • États-Unis - Michael Phelps
    Reuters
    Le nageur, 18 fois champion olympique (6 titres à Athènes, 8 à Pékin et 4 à Londres), portera le drapeau américain. Michael Phelps succède à l'escrimeuse Mariel Zagunis et à l'athlète Lopez Lomong. A Rio, Phelps va disputer ses cinquièmes JO.
  • Espagne – Rafael Nadal
    Reuters
    Le tennisman de 30 ans, neuf fois vainqueur de Roland-Garros, sera le porte-drapeau de l'équipe d'Espagne. C'est un juste retour des choses pour lui, champion olympique à Pékin en 2008: Nadal avait déjà été désigné comme porte-drapeau aux jeux de Londres en 2012 mais avait dû renoncer en raison d'une blessure à un genou. Le basketteur Pau Gasol l'avait remplacé. A l'époque, Rafael Nadal avait évoqué son absence à Londres comme "la décision la plus difficile et probablement la plus triste" de sa carrière mais il avait dit espérer pouvoir se rattraper à Rio et être à nouveau choisi comme porte-drapeau.
  • Italie – Federica Pellegrini
    Reuters
    La nageuse sera le porte-drapeau de la délégation italienne, le jour même où elle fêtera ses 28 ans. Médaille d'argent du 200 m nage libre en 2004 à Athènes puis d'or en 2008 à Pékin mais revenue bredouille de Londres en 2012, elle est devenue, avec sa médaille d'argent sur la même distance l'année dernière à Kazan, la première nageuse à monter pour la 6e fois d'affilée sur le podium des mondiaux.
  • Canada - Rosie MacLennan
    REUTERS/Chris Wattie
    La gymnaste spécialisée en trampoline Rosie MacLennan portera le drapeau canadien à Rio. L'athlète de 27 ans de King City, en Ontario, avait remporté l'or en trampoline individuel aux Jeux de Londres en 2012. C'était d'ailleurs la seule médaille d'or qu'avait décrochée le Canada lors des derniers Jeux olympiques d'été.
  • Australie - Anna Meares
    AP Photo/Christophe Ena
    La cycliste sur piste, double championne olympique, sera le porte-drapeau de la délégation australienne. Onze fois championne du monde, elle vise une troisième médaille d'or à Rio au cours de ses quatrièmes JO. À Rio, la cycliste âgée de 32 ans tentera de conserver son titre olympique dans l'épreuve de vitesse individuelle, et disputera également la vitesse par équipes et le keirin. Avant sa médaille d'or à Londres en 2012, elle avait décroché deux médailles, une d'or et une de bronze, aux Jeux d'Athènes en 2004, puis une en argent à Pékin en 2008 en dépit d'une grave blessure au cou contractée quelques mois auparavant.
  • Corée du Sud - Gu Bon-gil
    AP Photo/Ng Han Guan
    À 27 ans, le sabreur Gu Bon-gil a été désigné pour représenter la Corée du Sud. Médaillé d'or olympique en 2012 lors de l'épreuve par équipes de sabre, il avait également décroché deux médailles d'argent aux Championnats du monde de Kazan en 2014, rappelle L'Équipe.
  • Argentine - Luis Scola
    ASSOCIATED PRESS
    L'homme fort de la sélection argentine de basket (35 ans) a été désigné en avril, six mois après avoir porté l'équipe en finale du tournoi des Amériques. Champion olympique en 2004 à Athènes, il a également remporté le bronze en 2008 à Pékin.
  • Roumanie - Catalina Ponor
    AFP
    Déjà sortie deux fois de sa retraite (annoncées en 2007 et 2012), la gymnaste roumaine est la seule qualifiée de ce sport pour Rio. Elle tentera de gagner une sixième médaille olympique après les trois en or d'Athènes (2004) et les deux en argent et bronze de Londres (2012).
  • Grande-Bretagne - Andy Murray
    Le champion olympique 2012 et récent vainqueur de Wimbledon a été désigné porte-drapeau de la Grande-Bretagne, aux dépens d'athlètes comme le boxeur Nicola Adams et la rameuse Katherine Grainger notamment. Il est le premier tennisman britannique à avoir cet honneur.