STYLE

La collection capsule «carboneutre» Port Franc pour Simons arrive à Québec

01/08/2016 02:04 EDT | Actualisé 01/08/2016 02:06 EDT
Annie Lafrance

La marchandise tant attendue est enfin arrivée au Port de Québec. Après un périple de 65 jours de La Rochelle, en France, jusqu’à Québec, le voilier historique Picton Castle a déchargé lundi matin ses 96 boîtes contenant la collection capsule de Port Franc, destinée aux magasins Simons.

Poussé uniquement par le vent, le voilier à trois mâts a fait un voyage de plus 6 000 kilomètres. Il s’agit d’une toute première traversée commerciale transatlantique de cargo à voile de notre époque moderne. Un projet à la fois unique et écologique pour l’entreprise Simons qui fait non seulement un clin d’œil à ses racines (la maison recevait ses produits d’importation par bateau lors de sa fondation en 1840), mais, surtout, poursuit son virage vert. « Dans une industrie de mode très polluante, des initiatives écologiques sont plus que les bienvenues. On cherche des solutions durables, un geste à la fois », a indiqué le vice-président de Simons, Philippe Normand.

Lundi matin, une trentaine d’employés de la maison Simons ont acheminé à la chaîne les 96 boîtes de marchandises dans cinq taxis électriques de Téo Taxi (qui ont fait trois allers-retours), dans le but de ne dépenser aucune goutte d’essence. La marchandise a été ensuite transportée jusqu’au centre de distribution de Simons.

En magasin d’ici dix jours

Les clients devront patienter encore sept à dix jours avant de pouvoir mettre la main sur l’une des marinières, sur un imperméable ciré, un sac nautique ou encore un bonnet de fabrication française. La marchandise doit d’abord passer par l’entrepôt de Simons, être vérifiée et étiquetée, avant d’être envoyée dans sept magasins de la bannière. Les magasins de Québec, Montréal, Toronto et Vancouver recevront la collection capsule, qui ne sera pas offerte en ligne. « C’est un premier test, indique M. Normand. Nous savons que l’intérêt de la clientèle est là, mais nous voulions d’abord mener à terme cette première cargaison avant de poursuivre notre collaboration ».

La collection comptera des produits importés par la maison de négoce Port Franc, dont les marinières de La Fileuse d’or, fabriquées entièrement à la main en Bretagne depuis 1927, ainsi que des imperméables des ateliers Guy Cotten, en Bretagne.

D’autres livraisons écologiques à venir

L’idée d’un transport carboneutre en voilier vient d’ailleurs de Port Franc. L’entreprise montréalaise a ainsi l’ambition de devenir un importateur n’émettant aucun gaz à effet de serre, de renchérir le cofondateur Fabien Loszach. « L’enthousiasme de Simons lorsqu’on a présenté le projet a accéléré le processus et nous sommes très fiers de voir enfin arriver la cargaison au Port de Québec – qui est arrivée à Québec avec une semaine de retard - », a-t-il ajouté, prenant également part au travail à la chaîne du débarquement de la marchandise.

D’autres livraisons écologiques devraient s’ajouter. Un autre voilier est en préparation pour une deuxième traversée transatlantique carboneutre, prévue à l’automne, de confier M. Loszach.

Le débarquement de Port Franc à Québec


VOIR AUSSI: