NEWS

La Corée du Nord aurait piraté des mails de responsables sud-coréens

31/07/2016 11:20 EDT | Actualisé 31/07/2016 11:20 EDT
KCNA KCNA / Reuters
North Korean leader Kim Jong Un meets Salvador Antonio Valdes Mesa, member of the Political Bureau of the Central Committee of the Communist Party of Cuba (CPC) and vice-president of the Council of State of Cuba, and his party on a visit, in this undated photo released by North Korea's Korean Central News Agency (KCNA) July 1, 2016. REUTERS/KCNA ATTENTION EDITORS - THIS PICTURE WAS PROVIDED BY A THIRD PARTY. REUTERS IS UNABLE TO INDEPENDENTLY VERIFY THE AUTHENTICITY, CONTENT, LOCATION OR DATE OF THIS IMAGE. FOR EDITORIAL USE ONLY. NO THIRD PARTY SALES. SOUTH KOREA OUT. THIS PICTURE IS DISTRIBUTED EXACTLY AS RECEIVED BY REUTERS, AS A SERVICE TO CLIENTS.

Le parquet de Séoul soupçonne la Corée du Nord d'avoir piraté des comptes mails de dizaines de responsables sud-coréens cette année, la dernière d'une série de cyber-attaques attribuées à Pyongyang, rapporte lundi l'agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Les investigations ont montré que 56 personnes, parmi lesquelles des responsables aux ministères des Affaires étrangères, de la Défense et de l'Unification, se sont fait voler le mot de passe de leur compte mail par "un groupe lié à la Corée du Nord", ajoute Yonhap, citant le Bureau suprême du parquet sud-coréen.

Aucun représentant du parquet n'a pu être contacté par l'AFP pour réagir.

Selon Yonhap, les pirates ont créé 27 sites de phishing (hameçonnage, technique visant entre autres à obtenir les données personnelles des victimes) en utilisant un serveur d'hébergement gratuit en janvier. Ces sites étaient présentés comme des portails web exploités par le ministère de la Défense, des universités et des sociétés liés à la Défense, afin de dérober les mots de passe, selon la même source.

Une enquête est toujours en cours afin de vérifier si des informations confidentielles ont été divulguées.

Ces informations interviennent quelques jours après que la police sud-coréenne a indiqué que la Corée du Nord avait dérobé les données personnelles de plus de 10 millions de clients du centre commercial sud-coréen en ligne Interpark.

Jeudi, l'Agence nationale de la police sud-coréenne a indiqué que la principale agence d'espionnage du Nord -- le Bureau Général de Reconnaissance -- était à l'origine de l'attaque dans laquelle les mêmes codes et numéros d'identification d'adresses internet utilisées précédemment par la Corée du Nord pour des attaques en ligne.

Les tensions entre les deux îles de la péninsule coréenne sont élevées depuis que Pyongyang a procédé à son quatrième test nucléaire en janvier, suivi par une série de tests de missiles balistiques.

VOIR AUSSI:


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter