NOUVELLES

Guide de visite à Rio: De la sécurité à la samba en passant par les plages

22/07/2016 11:59 EDT | Actualisé 22/07/2016 11:59 EDT

RIO DE JANEIRO — À quelques semaines seulement des Jeux olympiques, le Brésil est confronté à de nombreux problèmes: une économie en chute libre, le virus Zika et une crise politique, avec une présidente qui fait l'objet d'une procédure de destitution. Mais pour les braves — ou téméraires — qui s'y rendront, Rio de Janeiro peut amener son lot de belles découvertes. Les diffuseurs qualifient déjà son paysage du plus télégénique de l'histoire. Mais peu importe la beauté télévisuelle de cette métropole côtière et bouillonnante, où se croisent les jungles urbaine et sauvage, les images d'un écran ne peuvent rivaliser avec l'expérience d'y être en chair et en os.

Voici quelques questions et réponses pour visiter Rio, de la sécurité aux fêtes rythmées par la samba.

Q: Rio est-elle sécuritaire?

R: Avec plus ou moins 85 000 policiers et soldats dans les rues pendant les Jeux — deux fois plus qu'à Londres en 2012 — les responsables olympiques et locaux ont insisté pour dire que Rio sera «la ville la plus sécuritaire au monde», du 5 au 21 août. Il reste que les crimes violents y sont une réalité, résultat de criantes inégalités entre les classes sociales. Il est bien avisé de se faire discret.

Pour les Cariocas, comme s'appellent les six millions d'habitants de la cité, les vêtements passant inaperçus sont de rigueur, pour des raisons pratiques et de sécurité. Les sandales Havaianas abondent et vu les plages, les shorts de surf, les t-shirts, les pantalons ajustés et les camisoles ont la cote. Et bien que l'hiver a tendance à être doux, un chandail ou manteau léger peut être le bienvenu si le mercure descend à 15 degrés Celsius.

Il est préférable de ne pas exhiber montres et bijoux n'étant pas clairement faits de plastique, et le même conseil tient pour les cellulaires et appareils photo.

Les appareils électroniques coûtent extrêmement cher au Brésil, et un téléphone intelligent peut représenter plusieurs mois de salaire. Il est mieux de les cacher.

Si vous êtes quand même victime de vol, ne soyez pas réactionnaire ou combatif. Remettez vos biens calmement, en vous rappelant que ce n'est là que du matériel. Les maux de tête des annulations de cartes sont moins pires que de risquer d'être blessé.

Q: Parlez-vous anglais?

R: En un mot: non. À l'extérieur des installations olympiques, des hôtels et des restaurants luxueux, la plupart des Cariocas parlent seulement le portugais, même s'ils peuvent connaître quelques mots en anglais ou en espagnol. Malgré tout, la majorité des gens sont enclins à aider les étrangers et vont même utiliser des gestes pour se faire comprendre.

Q: Qu'est-ce qu'on mange pour souper?

R: Si vous allez à l'un des «churrascaria», des barbecues à volonté brésiliens, la réponse sera de la viande, de la viande et encore plus de viande. Des étalages remplis de pièces de boeuf sur broche, de côtelettes d'agneau, de saucisses de porc et même de coeurs de poulet vous inciteront à remplir votre assiette jusqu'à ce que vous soyez sur le point d'exploser.

Pour les végétariens ou pour ceux qui récupèrent d'une surconsommation de viande, les options sont limitées. Les valeurs sûres incluent les bars à jus qui offrent plusieurs jus tropicaux fraîchement pressés ainsi que des baies d'açai — un petit fruit mauve gelé, mélangé et servi sous forme de barbotine.

Q: Y'a-t-il un réseau de transport en commun?

R: La ligne de métro de la ville a été prolongée pour desservir le quartier de Leblon, situé en bordure de la plage, et rejoindre le quartier de Barra da Tijuca, située à l'Ouest, au même endroit que le Parc olympique. Le projet est cependant en retard et pourrait bien ne pas être terminé à temps pour les Jeux. Les autobus sont source de confusion, bondés et dangereux. Il est généralement mieux de les éviter. Il y a des taxis en abondance et ils sont relativement fiables — assurez-vous que votre chauffeur allume ses phares à la noirceur. Plusieurs ne le font pas.

Q: À part les compétitions sportives, qu'y-a-t'il à faire à Rio durant les Jeux?

R: Plusieurs choses. Et la bonne nouvelle, c'est que les meilleurs attraits de Rio sont gratuits.

Rio a été durement frappée par la récession alors que l'économie a régressé de quatre pour cent l'an dernier, haussant le taux de chômage et l'inflation. La chute vertigineuse de la monnaie locale, le real, a fait de Rio une ville plus abordable pour les visiteurs qui dépensent en dollars ou en euros. Mais le coût des hôtels et des restaurants peut tout de même être surprenant. Les voyageurs bien informés peuvent compenser ces coûts en profitant des nombreux attraits gratuits de la ville:

- Le mont du Pain de Sucre: Ce pic, bloc monolithique de granite, qui surplombe les eaux de la baie de Guanabara offrira sans aucun doute un décor à couper le souffle pour les courses de voile. Mais au lieu de simplement regarder le décor, pourquoi ne pas y faire une randonnée? Un guide est nécessaire pour escalader le Pain de Sucre lui-même, mais son plus petit jumeau, le Morro da Urca, est domptable sans aide. Un chemin de terre serpente la végétation tropicale jusqu'au sommet tout en offrant des vues imprenables sur les tours de la ville, sur les favelas — des quartiers pauvres situés sur le flanc des montagnes — et sur la brumeuse forêt tropicale.

- Le coucher de soleil à Arpoador: Voyez le spectacle chaque soir alors que le soleil plonge doucement dans l'Atlantique depuis les rochers de la ville d'Arpoador, situés entre les plages de Copacabana et d'Ipanema. La foule qui se rassemble à cet endroit applaudit le spectacle soir après soir.

- Pedra do Sal: Expérimenter une «roda de samba», de la samba en direct, là où le genre musical le plus populaire du Brésil a vu le jour. Les lundis soirs attirent des centaines de passionnés à cet ancien marché d'esclaves situé dans le centre-ville historique de la région de Gamboa.

- Centro: Les plages de Rio volent habituellement le spectacle, mais la région de Centro, où les fondations de la ville ont été érigées il y a 451 ans, est un trésor d'églises de l'époque coloniale et de monuments historiques. La plus impressionnante d'entre elles est le Mosteiro Sao Bento, une église baroque et un monastère où les moines interprètent des chants grégoriens durant la messe du dimanche. Soyez-là tôt pour obtenir un siège. On retrouve également à Centro le cabinet royal portugais de lecture, une merveille du 19e siècle. La salle, située à la récemment renouvelée Place Tirdentes, regorge d'étagères à livres faites de bois de jacaranda et de vitraux.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

  • Milos Raonic
    Anadolu Agency via Getty Images
    Le tennisman canadien, qui a atteint la finale de Wimbledon en juillet, a annoncé après le tournoi qu'il ne se rendrait pas au Brésil pour les JO. «Après une longue réflexion avec ma famille et mon équipe d'entraîneurs, j'ai fait ce choix en raison de préoccupations au niveau de la santé, notamment l'incertitude entourant le virus Zika», a-t-il déclaré. Raonic est un des meilleurs Canadiens de l'histoire du tennis. En participant à la finale anglaise, il devenait le premier homme du pays à se qualifier en simple pour le match ultime d'un des quatre tournois du Grand Chelem.
  • Rory McIlroy
    XXSTRINGERXX xxxxx / Reuters
    Les golfeurs sont nombreux à faire l'impasse sur les Olympiques, même si leur sport se retrouve à la compétition pour la première fois en 112 ans. Les quatre meilleurs joueurs au monde, dont McIlroy, ont peur du virus Zika et ne veulent pas courir de risque. Dustin Johnson, #2 mondial, a indiqué que lui et sa compagne, la Canadienne Paulina Gretzky, ne voulaient pas risquer de retarder la conception d'un enfant à cause de la maladie.
  • Simona Halep
    Stephen White - CameraSport via Getty Images
    «La famille est trop importante pour moi et je ne peux pas risquer de ne pas pouvoir en avoir quand ma carrière dans le tennis sera terminée», a expliqué la Roumaine Simona Halep.
  • Tejay van Garderen
    Chris Graythen via Getty Images
    Le cycliste américain, qui participe en ce moment au Tour de France, a reconnu que la possibilité d'infection était assez faible, mais n'a quand même pas voulu courir de risque, puisque sa femme est actuellement enceinte. «Je ne veux pas risquer de rapporter quelque chose qui pourrait potentiellement avoir un effet», a-t-il dit dans un communiqué.
  • Vijay Singh
    USA Today Sports / Reuters
    L'ex-numéro 1 mondial, qui est originaire des Îles Fidji, a déclaré au Golf Channel : «J'aimerais jouer aux Olympiques, mais avec le virus Zika, vous savez, et toute cette m*rde...». «Ce n'était pas une décision si difficile... je me sens mal, je voulais jouer et j'ai finalement décidé de ne pas le faire», a-t-il ajouté.
  • Savannah Guthrie
    Lucas Jackson / Reuters
    Il n'y a pas que les athlètes... L'animatrice du Today Show, que l'on voit ici en compagnie du musicien John Legend, est enceinte de son deuxième enfant, et a donc décidé de ne pas suivre l'équipe de l'émission phare de NBC à Rio.
  • Lindsay Vonn
    Arnd Wiegmann / Reuters
    La championne mondiale et olympique ne participait de toute façon pas aux Olympiques d'été, puisque son sport, c'est le ski. Elle aurait toutefois été une présence remarquée dans les estrades et dans les environs de Rio, sauf qu'elle a décidé de regarder le tout de son téléviseur, de peur d'attraper le virus.