NOUVELLES

Pistorius: le ministère public fait appel de sa condamnation à six ans de prison

21/07/2016 06:50 EDT | Actualisé 21/07/2016 06:50 EDT
ASSOCIATED PRESS
CORRECTS DATE - FILE - In this Friday, Sept. 12, 2015 file photo, Oscar Pistorius puts his hand on his face in court in Pretoria, South Africa, as judgement is passed in the shooting death of his girlfriend, Reeva Steenkamp. The South African appeals court convicted Pistorius, Thursday Sept. 3, 2015 of murder, overturning a lower court's conviction of the double-amputee Olympian on the lesser charge of manslaughter for shooting his girlfriend to death in 2013. (AP Photo/Alon Skuy, Pool, File)

Le parquet sud-africain a annoncé jeudi son intention de faire appel de la condamnation à six ans de prison de l'ancien sprinter paralympique Oscar Pistorius pour le meurtre de sa petite amie, estimant que la peine était "scandaleusement trop clémente".

Dans un communiqué, le parquet a expliqué avoir "étudié avec attention" le jugement et décidé de faire appel. Cette condamnation est "scandaleusement trop clémente et a par conséquent conduit à une injustice", a-t-il justifié.

La peine est "disproportionnée par rapport au crime commis", a-t-il ajouté, le meurtre étant passible d'au moins 15 ans de prison en Afrique du Sud.

La condamnation d'Oscar Pistorius "a le pouvoir de discréditer l'administration judiciaire", a encore prévenu le parquet.

Lors du rendu de son jugement le 6 juillet, la juge Thokozile Masipa avait estimé que "les circonstances atténuantes l'emportaient sur les facteurs aggravants" et justifiaient "de ne pas imposer la peine plancher de 15 ans pour meurtre".

Elle avait notamment énuméré la "vulnérabilité" d'Oscar Pistorius au moment du drame puisqu'il était sur ses moignons, ses tentatives vaines de ranimer sa compagne Reeva Steenkamp et de demander ensuite pardon à la famille Steenkamp.

Dans la nuit du 13 au 14 février 2013, le sextuple champion paralympique, amputé des deux jambes, avait abattu, chez lui à Pretoria, sa petite amie qui était enfermée dans les toilettes. Il a toujours plaidé la méprise. Il était convaincu, n'a-t-il cessé de répéter, qu'un cambrioleur s'était introduit dans sa maison de Pretoria.

Interrogé jeudi par l'AFP, Andrew Fawcett, un des avocats de l'ancien athlète, a déclaré ne pas avoir lu le document du parquet. "Donc je ne peux faire aucun commentaire. Quoi qu'il en soit, nous ne faisons généralement pas de commentaire" sur ce genre de développement judiciaire, a-t-il précisé.

L'annonce de l'appel du parquet constitue le énième rebondissement dans une saga judiciaire qui passionne les médias.

En première instance, Oscar Pistorius avait écopé de cinq ans de prison pour l'"homicide involontaire" de sa petite amie. Mais en appel, il avait été reconnu coupable de meurtre, avant d'être condamné à six ans de prison.

Il est actuellement détenu dans la prison de Kgosi Mampuru à Pretoria. Selon le droit sud-africain, il est éligible à la libération conditionnelle après avoir purgé la moitié de sa nouvelle condamnation, soit en 2019.

"Nous espérons, a encore dit le parquet jeudi, que cet appel clarifiera davantage le principe des condamnations, en particulier pour les crimes pour lesquels des peines planchers sont fixées par la loi, en dépit du fait qu'un juge a toute discrétion de s'écarter de la peine minimale après voir pris en compte des circonstances atténuantes".

Déjà publié sur Le HuffPost:


Procès Pistorius: la scène de crime (IMAGES CHOQUANTES)

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter