NOUVELLES

Une voiture piégée tue un journaliste bien connu en Ukraine

20/07/2016 09:16 EDT | Actualisé 20/07/2016 09:16 EDT

MOSCOU — Un journaliste bien connu a été tué par l'explosion d'une voiture piégée mercredi à Kiev, la capitale de l'Ukraine.

Le fondateur de la publication pour laquelle travaillait le reporter avait lui-même été victime d'un meurtre sanglant il y a 16 ans.

Le principal site ukrainien d'informations en ligne, Ukrainska Pravda, a révélé que la voiture du journaliste Pavel Sheremet a explosé quand il est monté à bord pour se rendre au travail.

Le site ajoute que la voiture appartenait à sa rédactrice fondatrice, Olena Prytula, qui était la compagne de M. Shermet. Des photos montrent la carcasse calcinée de la voiture abandonnée au milieu de la rue. Le président ukrainien a ordonné que Mme Prytula soit protégée, selon son porte-parole, Svyatoslav Tsegolko.

Un conseiller de la ministre ukrainienne de l'Intérieur, Zoryan Shkiryak, a déclaré sur Facebook qu'un engin explosif improvisé avait été placé sous la voiture. Il a dit qu'il s'agissait soit d'une bombe à retardement, soit d'une bombe télécommandée. L'engin contenait l'équivalent de 600 grammes de TNT.

La ministre ukrainienne de l'Intérieur Khatiya Dekanoidze a déclaré à la télévision, depuis les lieux du crime, qu'elle supervisera personnellement l'enquête. Toutes les hypothèses sont envisagées, a-t-elle dit, et il y va de « l'honneur » de la police de Kiev de résoudre ce crime.

Une publication russe, Novaya Gazeta, cite plusieurs amis du couple qui affirment qu'il s'était plaint d'être suivi.

La communauté médiatique ukrainienne avait été gravement secouée par le meurtre brutal du fondateur d'Ukrainska Pravda, Heorhiy Gongadze, en 2000. Un membre du ministère de l'Intérieur a été reconnu coupable du meurtre 13 ans plus tard, mais on ne sait toujours pas qui l'avait ordonné. Un enregistrement sonore semble toutefois pointer du doigt l'ancien président ukrainien Leonid Kuchma.

Le président actuel, Petro Porochenko, a offert ses condoléances aux proches de M. Sheremet.

Le journaliste bélarussien de 44 ans s'était fait plusieurs ennemis en Russie et au Bélarus avant de déménager en Ukraine, où il disait jouir d'une plus grande liberté de presse.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

La visite de Justin Trudeau en Ukraine